/!\ forum interdit aux moins de 16 ans /!\

 

Partagez | 
 

 Menu discount et Leçon de conduite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Sam 16 Juin - 0:14

Je n’arrivais pas à réaliser. Le silence qui tomba après mes paroles me glaça, et je le sentis plus intensément que jamais… mon cœur se serrait à m’en faire mal, mon estomac se tordait, ma gorge se nouait et j’avais peur d’en perdre le souffle. Tout c’était fait en une unique seconde, s’ensuivit la chute d’une épée de Damoclès.

- « Je vois… »

Sa voix et le ton qu’il avait pris me firent l’effet d’une gifle… une gifle que j’aurais sans doute préféré prendre. Mais, quoi ? Pourquoi était-il si froid, nous nous étions laissé déborder la situation, mais ne se rendait-il pas compte que ça n’avait été qu’une erreur ? Il voulait me faire croire que ça pouvait le blesser ? Non, quelle idée… il devait simplement être vexé que je ne me jette pas dans ses bras aussi facilement que les filles qui lui tournaient autour tout le temps. Mais je n’étais pas comme ça… et même si j’avais ressenti quelque chose de particulier pour lui, c’était Ki Hyung, ça restait le leader du High Five dont je connaissais pertinemment la réputation de coureur. Je n’étais pas si naïve que ça tout de même.
J’inspirai silencieusement pour ne pas m’effondrer, fermant les yeux pour couper court aux larmes qui, je le sentais, n’allaient pas tarder à menacer de me trahir. Quand je rouvris les yeux, il finissait de renfiler ses vêtements, il s’appuya ensuite contre la paroi et je vis une larme lui échapper. Voyant que je le regardais, il fit semblant de tousser et je détournais les yeux. Je perdais pied… jamais je n’avais ressenti autant d’émotions contradictoires… ça faisait si mal.

Je me relevai, prête à mettre les choses au clair. Je n’allais pas me laisser impressionner par sa colère, il y avait méprise et je détestais laisser des malentendus tout gâcher… aussi simplement que ça. Mais quand je voulus parler, il m’arrêta.

- « Ne me parle pas. »

Je réussis à réprimer de justesse un hoquet affecté qui aurait probablement été le déclencheur du torrent de larme que je retenais. Ki Hyung se détourna alors de moi et je m’appuyai moi aussi contre une paroi, au plus loin que je pouvais pour qu’on ne soit aucun dans le champ de vision de l’autre. Je ressentais déjà toute la rancœur qu’il éprouvait à mon égard, alors que ma tête se remplissait de questions. Je n’avais pas rêvé, cette larme sur sa joue, je ne l’avais pas fabulée. Merde qu’est-ce qui nous arrivait ? C’était n’importe quoi…

Les quarante-cinq minutes qui suivirent furent les plus longues de toute ma vie, alors qu’à chaque instant j’avais envie de parler à Ki Hyung mais il ne m’aurait pas laissé faire, il ne m’aurait pas écouté… alors à la place, je me laissai ronger par la culpabilité, mon cœur battant mal… Je fixais le sol, cherchant en moi le courage de me secouer. Ce n’était pas mon genre d’être aussi abattue… je me relevais toujours, pourquoi là je n’y arrivais pas ?

Quand je sentis l’ascenseur bouger, je relevai légèrement la tête, exhalant un léger soupir de soulagement. Mais je sentais son regard sur moi, mal à l’aise, je ne le regardai pas, je n’avais pas envie de voir à nouveau son regard noir qui me meurtrirait bien plus que d’habitude.
En moins d’une minutes, l’ascenseur s’arrêta au rez-de-chaussée et Ki Hyung sortit immédiatement, j’eus à peine le temps de le voir sortir de l’immeuble et tourner dans la rue. Je sortis à mon tour, sous le regard du technicien.

« Est-ce que ça va mademoiselle ? »

Le regardant à mon tour, je le vis m’adresser un sourire compatissant. Est-ce que ça se voyait tant que ça qu’il s’était passé quelque chose ? Je hochai faiblement la tête et avança de quelques pas dans le hall… fébrilement, je me retournai vers les escaliers, je devais aller voir les enfants, et penser à autre chose… c’était la meilleure chose à faire, après tout, non ?
Pourtant, sans trop comprendre, mes jambes m’emmenèrent vers l’extérieur, et une fois dehors je me mis à courir dans la direction que je l’avais vu prendre. Non, non ! Rester à rien faire, ce n’était définitivement pas moi ! Et même si je devais endurer les pires insultes qu’il connaissait pour réussir à lui dire ce que j’avais sur le cœur, alors soit, mais je ne pouvais pas me montrer faible maintenant. Tant pis si mon cœur me faisait mal, tant pis si j’avais peur de l’affronter... tant pis si cette douleur était trop nouvelle pour que je sache l’amadouer… depuis quand est-ce que je me laissais abattre aussi facilement ?

Après quelques minutes, j’aperçus sa silhouette sous un auvent. Soulagée de ne pas avoir été trop lente, je soupirai et me dirigeai vers lui, commençant à trembler… et ce n’était qu’à moitié de froid. Sans lui laisser le temps de me voir arriver, je me plaçai devant lui et passai une main sur mon visage pour dégager mes cheveux qui collaient à ma peau.

« Sale petit bourge ! » criai-je en retenant mes larmes du mieux que je pouvais. « Tu peux me dire ce qui t’arrives !? C’était quoi ça !? »

Je tentai de soutenir son regard, mais après quelques secondes, les larmes me montèrent aux yeux et je baissai la tête. Pour la première fois, j’étais obligée de détourner les yeux la première. Ce regard froid… je pensais le connaitre par cœur, pourtant jusqu’à présent ça ne m’avait jamais blessée à ce point. Il m’avait toujours détesté, mais avant je le détestais aussi… là, je…

« Quel égoïsme… Tu penses toujours qu’à toi hein… Vas-y, déteste-moi si tu veux, méprise-moi tant que tu veux… mais je ne te laisserais pas fonder cette rancœur sur un malentendu. »

Tant pis si je devais me dévoiler, comme si ce baiser n’avait pas été assez éloquent, comme s’il n’avait pas pu se rendre compte de ce qu’il m’avait fait ressentir dans ses bras. Et j’étais toujours incapable de le regarder dans les yeux, pourtant j’essayai et détournai aussitôt mes yeux sur le côté, le cœur battant dans ma poitrine, je croisai les bras.

« C’était une erreur, je n’aurais pas dû… m-me laisser aller… mais je n’ai jamais… ressenti… rien de comparable auparavant. » Je sentis mes joues rougir alors que les mots sortaient difficilement de ma bouche. « Peu importe ce que tu imagines, je suis sincère… même avec toi, je l’ai toujours été. T’as pas le droit de douter de moi pour ça… »

Une larme m’échappa et je m’empressai de l’essuyer. Je pleurais devant Ki Hyung… je me montrais faible devant lui alors que… je voulais plus que tout qu’il continue de respecter la Xue Feng forte que je lui montrais toujours.

« Ce n’est pas parce que tu n’as pas ce que tu veux que tu es le seul à en souffrir. »

Encore une fois, une larme m’échappa, suivit de près par d’autre. Je me mordis la lèvre, c’était pas possible… j’avais tenu trois quarts d’heure dans une cabine d’ascenseur sans pleurer et maintenant tout m’échappait.

« Sur ce, je ne t’imposerais pas ma présence plus longtemps… »

Je tournai les talons, sans lui adresser de dernier regard, je ne l’aurais pas supporté. Je repartis sous la pluie, il fallait que je rentre à l’université… non, d’abord il fallait que je me calme, sinon mon meilleur ami verrait tout de suite que ça n’allait pas et, une fois de plus, il faudrait que je lui mente. Mais, tout ce que je voulais pour le moment, c’était oublier ce qui c’était passé… à quoi bon se rappeler une telle erreur ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Sam 16 Juin - 1:25

Alors qu’il consultait son portable pour la énième fois dans l’attente interminable de son chauffeur, il sentit sa tête le tourner, trop affaiblit par la fièvre. Un instant il se prit à rêver des bras de Xue Feng, de la douceur de ses gestes, de l’odeur de sa peau, puis revint à la réalité aussi vite qu’il ne s’en était échappé, furieux. Ses mots allaient et venaient dans sa tête « Je ne peux pas. J’ai un petit ami ».
La dernière phrase plus encore l’obsédait. Qui était ce mec dont elle parlait ? Un gars qu’elle avait défendu ? Un rencard que lui avait imposé sa famille ? Ça se faisait beaucoup après tout dans leurs milieux. Et puis, après plusieurs instants de profondes réflexions, un nom vint s’étaler en néon devant ses yeux. Zhen Juan Lee. Bien sûr, il devait s’agir de lui ! Ils étaient comme cul et chemises, toujours collés l’un à l’autre, s’entendant toujours parfaitement.

Une rage folle s’empara de l’héritier. Dans sa colère il mit un coup de pied mémorable dans une pile de cartons à côté de lui. Il jurait sans arrêt, incapable de se contrôler. Et surtout, incapable de savoir ce qui l’irritait le plus : l’idée que Xue Feng ne soit pas seule, ou bien qu’elle l’ait volontairement trahie. Il ressassait tant et tant qu’il ne vit même pas arrivée la dites Xue Feng vers lui.
Se plantant face à Ki Hyung, elle le traita de « sale petit bourge ». Ses poings se serrèrent avec force tant il lui fut difficile de retenir sa colère lorsqu’elle l’insulta ainsi. Comment osait-elle encore paraître devant lui après « ça » ?! Elle le questionna. Ce qu’il lui prenait ? Il rit nerveusement à cette question. Elle se foutait de lui le doute n’était plus possible.

Mais alors, une chose se produisit qui fit prendre au leader du High Five la plus belle douche froide de sa vie. Ses larmes. Ses magnifiques larmes qu’elle n’arrivait plus à contenir. Cette vision enchanteresse lui coupa le souffle, et une réalité qu’il n’avait pas vraiment envisagé se profila au fil des paroles de la jeune femme : Elle le qualifia d’erreur. Il baissa les yeux les mains dans les poches.

Une erreur. Malgré ses larmes c’était ainsi qu’elle le voyait, une erreur. Pourtant, elle le lui assura, elle n’avait jamais rien ressentit de pareil, elle n’avait jamais rien ressentit d’aussi fort, et quoi qu’il ait pu penser d’elle, elle n’avait cessé d’être sincère dans le moindre de ses faits et gestes.

« T’as pas le droit de douter de moi pour ça ! »

Voilà ce qu’elle lui avait crié. Cette phrase lui serra le cœur : à bon ? Il n’avait pas le droit de douter d’elle ? N’avait-il vraiment aucune raison de croire qu’elle lui avait voulu du tort ? Il ne réalisait pas vraiment sa confession, trop préoccupé par le désordre dans sa tête et par les larmes qui affluaient dans ses yeux. Il aurait voulu la serrer dans ses bras, se foutant bien de la douleur qui tambourinait sa tête. A cet instant, tout ce qu’il demandait au ciel c’était de pouvoir la blottir contre lui, chasser ses larmes et lui demander pardon. Il n’en fit rien. Il était Ki Hyung Kim, et non pas l’un de ces types issue tout droit d’un drama capable d’exprimer leur sentiment comme on demande l’heure. Il se contenait avec le peu de force qu’il lui restait. Plus il la regardait et plus il voulait y croire, pourtant, dans un recoin de sa tête, l’idée d’avoir été piégé ne s’était pas encore effacé.

« Ce n’est pas parce que tu n’as pas ce que tu veux que tu es le seul à en souffrir. »

« Eut ce qu’il voulait » ? Elle était idiote ou quoi ? Que croyait-elle ? Qu’il était simplement en colère de ne pas en avoir obtenu plus ? Non mais quelle belle imbécile, c’était tout juste s’il n’avait pas l’impression d’avoir rêvé leur baiser, et il s’était lui-même contenu malgré le feu sous son ventre pour ne pas la brusquer, et voilà tout ce qu’elle pensait de lui ?!
Elle lui assurait qu’il n’avait pas le droit de douter d’elle, mais l’inverse dans tout ça ? En quoi Xue Feng était-elle différente de lui dans sa manière de l’appréhender ? Certes il s’était souvent affiché avec des femmes, mais c’était surtout afin de ne jamais laisser de doute possible aux gens. Il était bisexuel, les hommes l’attiraient parfois, alors oui, afin de palier à cela, il avait fait défiler dans son lit les plus belles créatures de la nuit, et ne cessait de faire les couvertures des magazines people au bras de femmes différentes. Il se mordit la lèvre. Au fond, il méritait bien ce qu’elle venait de dire, c’était l’image qu’il avait voulu porté, autant l’assumer à présent. Il n’avait pourtant jamais autant regretté cette décision. Le seul à souffrir ? Souffrait-elle au même niveau que lui ? Ses larmes s’accumulèrent sans plus de retenue, répondant au passage à sa question. Elle se sentait mal, elle souffrait. Elle souffrait par sa faute. Le temps qu’il mette de l’ordre à ses idées, quelques secondes passèrent, et alors qu’il s’avançait pour l’enlacer, elle, sans même voir son geste, recula et partit sans un regard. Il voulait la suivre, la rattraper, et l’embrasser avec autant de passion qu’une heure auparavant. Il la voulait tout contre lui. C’était totalement insensé, dénué de sens.

En l’espace d’une courte après-midi, la Xue Feng Qian qu’il s’efforçait de combattre depuis maintenant un an était devenu l’objet d’un désir qui le brûlait plus fort que tout ce qu’il avait pu connaitre jusque lors. Il amorça quelque pas, chancela légèrement, et fut arrêté net par la présence de sa voiture qui arriva au même moment. Devant l’état inquiétant de sa santé, son chauffeur l’obligea à s’allonger sur la banquette arrière de la voiture, tandis qu’il collait sur front un patch refroidissant et posais sur le corps glacé du jeune maitre un plaid laissé dans le véhicule.

S’abandonnant aux bons soins de son employé, Ki Hyung laissa la route le bercer. Il s’endormit presque aussitôt au bord de l’épuisement, ne sachant pas que durant tout le long du chemin, entre deux respirations difficiles, il avait prononcé son nom inlassablement.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Menu discount et Leçon de conduite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Divers] Menu transcendant et prêche
» TRAITE de BONNE CONDUITE de la Guerre
» Un menu Best Of Big Mac please. Le 17/02 vers 02h18
» Menu de lundi soir
» "L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle." (Philippe d'Arty)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:



Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jīng Yīng Academy ::  :: Nanjing Road :: Restaurants-