/!\ forum interdit aux moins de 16 ans /!\

 

Partagez | 
 

 Menu discount et Leçon de conduite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Menu discount et Leçon de conduite
Mer 30 Mai - 21:11


Xue Feng Qian & Ki Hyung Kim

Nanjing Road ; 10 Octobre 2011 à 12h45



Ça y est, c’était partit. C’était inévitable.
Il avait fini par recevoir « le fameux » coup de téléphone de Xue Feng dès le samedi soir. Complétement expédié elle s’était simplement contenté de lui dire à quelle heure et à quel endroit elle l’attendrait le lendemain.
Il ne connaissait pas le lieu, mais ne s’en inquiéta pas vraiment, son chauffeur saurait l’y conduire.

Seulement la jeune femme avait tout prévu : « Et ne pense même pas arriver comme un prince, tu devras prendre le bus. ». Il avait acquiescé. Comment pourrait-elle bien savoir si oui ou non il prendrait son foutu bus ? Une courte recherche sur internet lui donna sa réponse : le restaurant où elle l’attendrait était situé sur le même trottoir que l’arrêt, autant dire que si elle ne le voyait pas descendre de ce dernier il était cuit. Elle avait déjà tout prévue.

C’est ainsi que pour la première fois de sa vie, le bel héritier s’était munit d’un plan et avait prévu son trajet à l’avance. Au total seulement huit stations. « Une heure et demie devrait suffire » avait-il pensé. Le matin après s’être longuement préparé, il avait été conduit jusqu’à l’arrêt de bus de la ligne qu’il devait prendre, acheta un ticket, et prit place dans un transport en commun. Il y avait peu de circulation ce jour-là. Dès lors il se retrouva à devoir attendre pendant près de quarante minutes « son professeur » improvisé.
D’un côté il ronchonnait au possible, il n’était ni patient, ni habitué à l’être. De l’autre, il était plutôt content d’avoir trouvé un moyen de transport aussi « rapide ». Après tout, huit arrêts, pour lui, c’était beaucoup…



Il soupira pour la centième fois de la journée, depuis qu’il s’était levé. Et plus les minutes passaient, plus cette fameuse question le tourmentait. « Pourquoi ? ». Non mais vraiment, pourquoi avait-il sentit le besoin de lancer ce pari ridicule ? Pourquoi s’était-il entêté à vouloir la paix avec cette Xue Feng ? Il l’ignorait encore, mais plus boudeur que jamais, il était bel et bien là à attendre devant un arrêt de bus, seul comme un parfait idiot que sa chère ennemie montre le bout de son nez.

Et d’ailleurs, en parlant d’idiot, il se sentait à bout de nerfs en vue des regards que tous les passants lui lançaient. Et pour cause : debout devant un petit restaurant au milieu d’un quartier populaire d’où l’on entendait les cris infernaux des maraîchers, il ne se fondait pas vraiment dans le décor. Vêtue de vêtements de grandes marques et de différents accessoires tout aussi coûteux, il ressemblait bien plus à un acteur échappé d’un tournage qu’à un simple habitant.
Spoiler:
 

Il n’attendait plus qu’une chose, que Xue Feng arrive, et que cette journée se termine le plus vite possible et sans encombre.
D’ailleurs, au même moment, la jeune femme arriva, tout droit sorti d’une boutique juste en face. Lui tendant un sourire qui se voulait chaleureux, il tenta de sortir sa voix la plus enjouée.


- « Salut Xue Feng ! Tu es un peu avance, tu aurais pu prendre ton temps ».


Il expira plus fortement qu’à l’accoutumée. Il avait réussi à lui parler de façon agréable, c’était déjà un bon début.


Dernière édition par Ki Hyung Kim le Ven 1 Juin - 11:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 31 Mai - 19:26

Tenue:
 

Je regardai l’heure sur mon portable avant de regarder par la vitrine du magasin. Ce que je voyais ? Un pauvre perdu qui ne savait pas calculer un temps de trajet en bus d’une vingtaine de minutes et arrivait bien trop en avance. Ne prenait-il jamais sa voiture pour savoir que l’université n’était pas si loin que ça du centre-ville ? Ah, c’est vrai qu’il avait un chauffeur… ce fils à papa.
Je soufflai et avançai un peu plus loin dans le magasin, pour être sûr qu’il ne risquerait pas de me voir, même si après il comprendrait probablement que j’étais ici depuis le début, je n’avais pas envie qu’il vienne, furieux, me chercher dans ce magasin parce que je le faisais poireauter. Et puis ça n’allait pas le tuer d’attendre, tiens.

C’était à se demander pourquoi je l’avais fait venir alors que j’essayais de repousser notre « rendez-vous ». Bon, j’étais mature, j’avais 19 ans maintenant ! Il allait falloir que j’arrête de jouer les gamines, ce n’était pas pour moi que je devais faire ça… sinon je ne l’aurais pas fait… mais j’avais le sens du sacrifice, heureusement.

Encore qu’il avait de la chance ! Il faisait beau. Donc il n’attendait ni dans le froid, ni sous la pluie au moins, m’enfin en général je restais cloîtrée quand il pleuvait, la pluie me rendait totalement amorphe et me donnais envie de dormir encore et encore… si, c’était possible, même moi il m’arrivait d’être amorphe des fois.

Quand j’eus finis de faire le tour, en essayant des vêtements que je réservai pour la prochaine fois que je viendrais, je décidai d’aller voir ce pauvre garçon. Il me vit d’ailleurs tout de suite, et j’eus la surprise de le voir sourire presque chaleureusement. Je réprimai une moue, plus forcé tu meurs.

- « Salut Xue Feng ! Tu es un peu avance, tu aurais pu prendre ton temps ».

Il souffla longuement et je m’empêchai de rire en me mordant l’intérieur de la joue. J’aurais pu me sentir vexée que cette entrevue l’enthousiasme à ce point, mais c’était pareil pour moi tout de même.

« Tu vois que tu peux être agréable quand tu veux, » lançai-je en lui donnant un gentil petit coup de coude dans les côtes en souriant. « Je commence à avoir faim, c’est pour ça que je me suis dépêchée. Allez, suis-moi ! »

Par réflexe, j’attrapai son bras et me dirigeai vers le restaurant où j’avais décidé de l’emmener dans un petit restaurant que j’appréciais particulièrement et où je venais au moins une fois par semaine, et qui se trouvait juste à côté de l’arrêt de bus. C’était un restaurant familial, tenu par la grand-mère, ses enfants - et leurs épouses - préparaient et servaient… et on avait parfois la chance de voir les bouilles des petits-enfants qui venaient nous saluer. Je les adorais. Ce n’était évidemment pas de la grande cuisine, on était aussi très loin des belles assiettes et des couverts en argent… mais j’espérais que Ki Hyung ne serait pas trop désagréable.
Il y avait déjà une bonne quinzaine de personnes en train de manger, des têtes que je connaissais de vue, c’était aussi des habitués.

« Nǎi nǎi !! » m’écriai-je en entrant. « Une table s’il vous plait !
- J’arrive Xue Feng ! »

Je tournai la tête vers Ki Hyung, perdant quelque peu mon sourire.

« Et ne t’avise pas d’être impoli. »

Je crois que je ne supporterais pas qu’il ne montre pas de respect aux personnes qui travaillaient ici. J’avais longuement discuté avec l’une des épouses une fois ou deux, et ce n’était pas facile pour eux de tenir ce restaurant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Ven 1 Juin - 17:50

Comme si le fait d’être agréable avec n’était pas déjà assez difficile comme ça, la jeune femme l’avait gratifié d’un « petit » coup de coudes dans les côtes, suivit d’un sourire. Le jeune héritier arqua un sourcil : «mais qu’est-ce qu’il lui prenait tout à coup ? Avait-elle vraiment tellement faim qu’elle en perdait l'esprit ? Le jeune homme n’eut pas le temps de s’étendre davantage sur le sujet que déjà, sa meilleure ennemie l’avait entraîné vers le restaurant derrière eux en le tenant par le bras.

Ce geste anodin provoqua une sueur froide chez Ki Hyung. Non, là vraiment, c’était tout bonnement hallucinant. Il réfléchit un instant : elle se moquait très certainement de lui. Xue Feng n’était pas le genre de fille à pardonner aussi facilement ce qu’il avait provoqué à l’académie, et était bien trop entêtée pour avoir changé d’avis concernant sa personne. Elle le mettait certainement à l’épreuve, c’était forcément cela, songeait-il, bien trop méfiant pour y voir là un simple geste de bienveillance.

L’endroit était petit. Vraiment petit. Au-delà de ça, le sol comme les murs étaient faits en un bois que l’on devinait vieux et usé, le manque d’aération embaumait la pièce des odeurs alléchantes provenant de la cuisine, tandis qu’au milieu de tous cela, deux femmes allaient et venaient entre les tables les bras chargés de plats fumants.
Xue Feng demanda une table, et reçu aussitôt une réponse d’une des serveuses qui l’appela par son prénom.

« Elle tente de m’impressionner en me montrant qu’elle est connue du personnel » pensa Ki Hyung bien loin du compte. Comme si elle avait deviné qu’à cet instant il était plus que mal à l’aise, la jeune fille à son bras le toisa d’un regard bien moins sympathique tout à coup, et perdant dans le même temps son sourire, elle le prévint qu’il avait plutôt intérêt à être poli. Cette remarque l’agaça. Lui retirant son bras, sourcil froncés, il répliqua :


- «Pour qui tu me prends ? Je ne suis pas un sauvage, et j’ai certainement reçu une meilleure éducation que tu ne le p… Enfin bref je sais encore comment me tenir dans un lieu public »

Il se claqua intérieurement. Il devait garder son calme et lui prouver qu’en dépit de toutes les circonstances qui les opposaient, il pouvait se montrer le plus charmant des hommes. Bien évidemment il n’avait aucune difficulté à l’être lorsqu’il s’agissait de filles de sa classe, mais concernant Xue Feng, aussi jolie qu’elle ait pu être, c’était plutôt une aventure en terrain miné qu’une balade de croisière. Une des femmes débarrassée de ses plats vint les accueillir chaleureusement, tandis qu’elle les installer à une table au fond du restaurant :

- « Je vous ai préparé notre table spécial intimité» Elle glissa alors un clin d’œil très évocateur à Xue Feng qui en disait long sur ce qu'elle pensait de la situation.

Ki Hyung en ria. Enfin, disons plus précisément qu’un sourire moqueur s’était glissé sur ses lèvres alors que ce dernier retenait son rire. Se faisant, l’héritier ouvrit le menu qui lui avait été attribué et en resta scotché sur place les yeux aussi ronds que des soucoupes.
Il crut rêver : il n’avait jamais rien mangé qui figurait sur cette carte en dehors du riz, et surtout, les prix indiqués étaient bas. Très bas. Il aurait voulu garder ce genre de remarque pour lui, mais la surprise fut telle qu’à mi-voix il ne put s’empêcher de glisser :


- «Comment peuvent-ils tenir un restaurant en appliquant des prix pareils ?... »

Il ne regardait plus Xue Feng qui elle n’en perdait pas une miette. Le bel héritier sortit de sa prison dorée allait devoir apprendre les petites joies du prolétariat, et c’était plutôt bien partit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Sam 2 Juin - 0:53

J’étais toujours à fleur de peau, oui, je le savais, mais quand il s’agissait de quelque chose qui me tenait à cœur c’était encore pire… et pire encore pour ceux qui étaient à proximité. M’enfin je ne pouvais pas faire autrement malgré que je m’étais exhortée à faire « confiance » à Ki Hyung, je n’y arrivais pas pour tout. Et j’appréhendais.
Vexé, il retira brusquement son bras de ma main, me laissant tout le loisir de me rendre compte que je ne l’avais pas lâché depuis tout à l’heure. Ah ! J’avais tellement l’habitude d’entraîner Zhen Juan ou encore Hu Liang que je le faisais avec tout le monde maintenant… mais Ki Hyung n’était pas la meilleure personne à qui faire ça. J’étais trop impulsive.

- «Pour qui tu me prends ? Je ne suis pas un sauvage, et j’ai certainement reçu une meilleure éducation que tu ne le p… Enfin bref je sais encore comment me tenir dans un lieu public »

N’avais-je pas le droit de me méfier de lui ? Est-ce qu’il n’était pas du genre à taper un scandale pour un moindre détail ? Est-ce qu’il ne l’avait pas déjà fait au moins une fois dans sa vie ? J’aurais pu en mettre ma main à couper. Je ne répondis rien, cependant, inutile de réveiller le fauve alors qu’il s’évertuait à rester calme… et qu’il ne m’en faudrait pas non plus beaucoup pour m’énerver.
La grand-mère vint finalement vers nous, un grand sourire aux lèvres qui me fit peur.

- « Je vous ai préparé notre table spécial intimité »

Oh non… Dire que je venais parfois ici avec Zhen Juan… qu’est-ce qu’ils allaient penser de moi ici si je venais avec plein de mecs différents ? Bon… il fallait juste que je me montre pas « intime » avec Ki Hyung, et ça irait… ce qui devrait être simple, voire très très simple.
Je levai les yeux vers lui, m’attendant à tomber sur un sourire dégoûté, mais il souriait et se retenait apparemment de pouffer de rire. Ouais, c’était une situation trop drôle, c’est certain… Boulet.
On se laissa conduire à ladite table, elle avait au moins l’avantage d’être à l’écart donc nous serions tranquille pour discuter. Nǎi Nǎi nous donna les menus et je décidai que je devais prendre sur moi pour paraitre aussi souriante que d’habitude, sinon ça aurait l’air louche, ils savaient que j’étais de nature joyeuse et expansive après tout.
Je commençai à lire rapidement le menu, que je connaissais pourtant par cœur, pour choisir mon repas. De quoi avais-je envie ?

- «Comment peuvent-ils tenir un restaurant en appliquant des prix pareils ?... »

Je relevai les yeux vers Ki Hyung qui avait plus échappé cette phrase qu’autre chose. Je soufflai, ne voyait-il pas où nous étions ? Le style des clients ? Le décor de la salle ? Je secouai doucement la tête, il fallait que je me calme et que je lui explique calmement.

« S’ils vendaient plus cher, les gens ne viendraient plus… Tout le monde n’a pas les moyens de se payer un restaurant trois étoiles, pourtant même les pauvres aiment manger hors de chez eux… »

Et tous les propriétaires de restaurant n’étaient pas riches, là preuve, ils gagnaient juste ce qu’il fallait ici, mais sans plus et ils vivaient tous ensemble pour faire des économies. Mais je ne me voyais pas l’expliquer comme ça à Ki Hyung, après tout, on m’avait confié ça parce qu’on me faisait confiance et que je savais que ça devait rester entre nous.

« Il faudrait que tu sortes un peu de ta bulle si tu veux connaitre le monde… l’univers ne se résume pas à la richesse matérielle, il y a des choses plus importantes… les traditions par exemple. »

Parce que nous étions bien dans un restaurant typique qui avait une bonne quinzaine d’année d’après ce que j’avais compris, et tout ce qui avait changé ici c’était les menus, sinon le décor et le personnel était le même… presque.

« Mais je te mets au défi de trouver un endroit plus chaleureux et délicieux qu’ici. Un endroit où tu reviendrais sans hésiter parce que tu as envie d’être à l’aise simplement. Ça n’existe pas, pas dans ton monde je crois… »

J’avais assez fréquenté son univers par le biais de mon beau-père et je n’avais jamais vraiment apprécié les repas qu’il nous emmenait faire, ma mère et moi, pour les grandes occasions, ou avec des collaborateurs. Ils l’avaient vite compris d’ailleurs, je n’étais pas à l’aise dans des grands endroits où tout le monde parle au même niveau… pas d’éclat de voix, pas d’éclat de rire, je ne voyais pas l’intérêt.

Je fis un petit sourire à Ki Hyung et tournai la tête vers la grand-mère qui me surveillait du coin de l’œil, je lui fis un petit signe et lui demandai deux bières. Elle repartit dans la cuisine, je crois que j’aimerais bien être en forme comme elle quand j’aurais son âge, ça faisait rêver.

_________________


Dernière édition par Xue Feng Qian le Dim 3 Juin - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Dim 3 Juin - 1:32

Alors que le jeune héritier toujours « sous le choc » des prix proposés s’offrait une nouvelle claque mentale pour avoir laissé échapper son petit commentaire, la réaction de Xue Feng, qu’il imaginait titanesque, fut au contraire très calme quoi que légèrement exaspérée.
La jeune femme lui expliqua alors qu’en vue de la clientèle qu’il servait les propriétaires ne pouvaient pas se permettre de faire grimper les prix sous peine de ne plus recevoir personne.
Elle continua ensuite sa leçon en lui expliquant qu’il n’y avait pas que les choses matérielles dans la vie et que, les traditions par exemple, avaient bien plus d’importance.

Ki Hyung buvait littéralement ses paroles comme un gamin fasciné par ce que lui apprenait sa maitresse d’école. Elle parlait de traditions, il aimait cela. Ces dernières avaient toujours eu beaucoup d’importance dans son éducation puisque son existence même était une tradition aux yeux de la famille Kim. Pour la première fois les paroles de Xue Feng tombèrent sous son sens, et lorsqu’elle continua il ne l’interrompit pas une seule fois.

Elle le mit au défi de jamais trouver un endroit plus chaleureux que celui-ci et se faisant, elle lui offrit un sourire. Il tiqua. A cet instant, pendant une infime seconde, il l’avait trouvée rayonnante…
Se rappelant bien vite à la réalité, il porta son regard vers la grand-mère qui les avaient installés et à qui Xue Feng commandait alors deux bières.
Souriant à son tour, il la regarda consterné et ajouta d’un ton à moitié amusée :


- «Je ne savais pas que la grande Xue Feng pouvait avoir assez de goût pour apprécier ce genre de plaisir. Finalement je crois qu’on ne va pas cesser de s’étonner… »

Replongeant vers le menu, le leader du High Five se mordit la lèvre, l’air renfrogné. Il n’avait jamais rien mit de tel dans sa bouche, et quitte à fréquenter un endroit si loin de son monde, autant en profiter pour goûter à quelque chose de bon. Il ne voulait certainement pas admettre qu’aucun des noms sur la carte ne lui parlait, sa voisine de table en aurait été trop heureuse.
De ce fait lorsque la « nai nai » revint à leur rencontre afin de prendre leur commande, tout ce qu’il sut répondre c’est


- «Désolé je n’ai pas encore choisit »

Aussitôt la femme et Xue Feng se dévisagèrent, curieuse. Cela faisait pourtant un moment qu’il tournait les quelques pages du menu, il aurait été étonnant que durant tout ce laps de temps il ait été incapable de choisir.
Devant la mine décontenancée de Xue Feng qui devait certainement déjà s’imaginer que le leader du High Five faisait un caprice, Ki Hyung ne put que faire la moue et se replonger dans la carte.
La femme se pencha alors vers lui avec bienveillance et lui ôtant le menu des mains, le questionna droit dans les yeux :

- « Aimez-vous la viande jeune homme ? » Etourdit par sa question, il ne put qu’acquiescer. Elle continua de plus belle.
- « Et le riz, vous aimez le riz ? ». Même réaction, à la différence que cette fois il usa de la parole pour prononcer les mots « oui madame ».
- «Très bien… Et les légumes, vous en mangez ? ». Il répondit à l’affirmatif.
Semblant cette fois ravie, la bonne dame lui lança un nouveau clin d’œil en lui affirmant qu’elle allait lui concocter quelque chose de spécial, avant de finir en disant que ce n’était pas souvent qu’elle pouvait servir d’aussi beaux jeunes hommes dans son petit restaurant.

A peine partie, les joues du High Five prirent une teinte de tomate trop mûre. A sa façon elle s’était moquée de lui, mais dans le même temps, elle lui avait surtout sauvé la mise devant Xue Feng. Cette dernière le regardait d’ailleurs. Gêné, il passa une main dans sa nuque en détournant le regard.


- « Elle… Elle est vraiment gentille cette grand-mère… »

Soupirant, il laissa ses bras retomber sur ses genoux, incapable de regarder de nouveau Xue Feng. Il n’aimait pas être ici, il s’y sentait mal à l’aise. Mais puisqu’il n’était honnête qu’envers lui-même la plupart du temps, force était de constaté que cette fois, s’il se sentait si mal ce n’était pas parce que l’endroit ne lui convenait pas, mais plutôt, au contraire, parce qu’il découvrait qu’un tel endroit lui plaisait énormément. Xue Feng ne lui avait pas mentit une minute, dans son monde, il ne connaîtrait jamais pareille quiétude.
Il se passa une main sur le visage avant de se rassoir plus correctement. Confus au possible, il tenta de détourner la conversation sans savoir que sa question allait le trahir :


- «Et toi, c’était quoi le truc que t’a commandé ? »


N’importe qui de normal l’aurait su. Malgré son nom peu évocateur, les Xiaolong bao, ou bouchées vapeurs étaient reconnus comme l’un des plats les plus populaires de Shanghai. Seulement lorsque l’on est servi à chaque repas par un chef étoilé, difficile de trouver ce genre de saveurs. De ce fait, en l’interrogeant sur la composition de son plat, sans le savoir, Ki Hyung venait de trahir le fait qu’il ne connaissait rien à ce qu’affichait le menu. Ce que ne manqua pas de remarquer Xue Feng.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Dim 3 Juin - 16:18

- «Je ne savais pas que la grande Xue Feng pouvait avoir assez de goût pour apprécier ce genre de plaisir. Finalement je crois qu’on ne va pas cesser de s’étonner… »

Je me retournai vers Ki Hyung, fronçant les sourcils, me demandant si je devais m’énerver ou le traiter de boulet, mais cette fois de vive voix. Sérieux, c’était quoi cette réflexion pourrie ? J’étais pas une sainte quand même, y avait pas de raison pour que je boive pas un verre de temps en temps, j’avais 19 ans quand même, j’en avais vu d’autres même si j’étais dans des écoles de bourges.
Mais je décidai de ne rien dire, s’il avait envie de penser que je ne m’amusais pas, grand bien lui fasse.

Après quelques minutes, nǎi nǎi revint, je lui dis ce que je voulais et quand elle se tourna vers Ki Hyung, il avoua n’avoir pas choisi. Je levai les yeux au ciel, c’était quoi ça encore ? Il allait pas mettre une heure à choisir quand même ! Il n’y avait pas beaucoup de choix en plus.
Nǎi nǎi se pencha alors vers lui pour prendre une commande toute personnelle. Je vis alors, pour la première fois, un Ki Hyung gêné. Etait-ce qu’il était vraiment mal à l’aise… ou décontenancé par tant de bienveillance ? Je n’aurais su le dire.
Pendant qu’ils discutaient, j’ouvris ma bière et en versai dans mon verre, puis je fis de même avec la bière de Ki Hyung, pure habitude, j’étais quelqu’un de serviable.

- « Elle… Elle est vraiment gentille cette grand-mère… » dit-il quand elle fut repartie.

Je souris, m’autorisant à penser une seconde qu’il était adorable quand il était gêné. Peut-être que ce n’était pas un cas aussi désespéré que je le pensais.

- «Et toi, c’était quoi le truc que t’a commandé ? »

Je haussai les sourcils. Quoi ? Il ne savait pas ce que c’était les xiaolong bao ? Je soufflai, alors c’était ça… non mais quel idiot, sérieusement, il aurait pu le dire, non ?

« Qu’est-ce que tu as dans la tête pour ne même pas oser demander une petite aide ? Fallait me le dire que tu ne connaissais pas les plats, je ne me serais pas moqué… »

Évidemment, ça m’avait surpris de m’en rendre compte, mais je l’aurais aidé à choisir sans me moquer, j'étais pas aussi puérile. Si je me retrouvais dans un pays étranger - oui, pour Ki Hyung, c’était un peu ça je crois - j’aimerais qu’on m’explique ce que je pouvais manger. En plus, j’étais un peu difficile en matière de nourriture, je dois l’avouer.

« Enfin… les xiaolong bao sont des sortes de raviolis farcis au porc. C’est délicieux, je te ferais goûter si tu veux. »

Ouais, j’étais serviable et partageuse, si c’est pas beau, ça ! Je lui souris de nouveau, voulant lui faire comprendre que je n’étais pas peste comme il devait le penser. Ça m’arrivait, certes, mais j’étais pas réellement comme ça.

« En tout cas, si nǎi nǎi te prépare elle-même ton repas, tu es certain de bien manger, c’est une excellente cuisinière ! »

Et le mot était faible. C’était elle qui faisait la cuisine dans le passé, maintenant elle laissait ça à ses fils qui étaient plus endurants qu’elle, mais ça lui arrivait de le faire de temps en temps.

« Allez ! Trinquons à ton émancipation mon grand ! »

Je pouffai doucement de rire et attrapai mon verre de bière pour le tendre vers lui. Allez, détendons l’atmosphère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Dim 3 Juin - 23:14

Ki Hyung ne comprit pas tout de suite qu’il s’était « grillé » tout seul. Soudain, Xue Feng souffla, comme exaspérée, avant de lui dire sur un ton de reproche que s’il avait eu besoin d’aide pour comprendre la composition des plats elle l’aurait aidé sans se moquer de lui et lui expliqua derechef d’une voix des plus indulgentes ce qu’était le plat qu’elle avait commandé.
Aussitôt le leader du High Five fut pourvu d’une moue boudeuse qui en disait long sur la gêne qu’il ressentait. De sa plus petite voix, il lui répondit simplement :


- « Je ne pensais pas que tu serais si compréhensive avec quelqu’un comme moi… Je saurai m’en rappeler…»

Oui, Ki Hyung aurait parié très gros sur le fait que la jeune femme se serait payé sa tête en apprenant qu’il était incapable de différencier un bol de nouille sauté et un plat de viande bouillie. Et il aurait perdu. D’ailleurs depuis le court temps passé en sa compagnie, il avait l’impression de se perdre un peu lui-même, comprenant mal avec quelle facilité ils pouvaient se supporter alors qu’entre les murs de l’université une véritable guerre se déployait entre eux deux.
Il soupira d’aise. C’était étrange mais cette journée qui avait à son sens si mal commencer commençait à lui plaire. Xue Feng lui assura que si la grand-mère s’occupait personnellement de son plat il mangerait divinement bien, et continua sur sa lancée en « trinquant » à son émancipation.

Un sourire provocateur quoi qu’amusé sur les lèvres, le leader du High Five s’empara de son propre verre, et plantant son regard dans celui de Xue Feng il lui fit d’une voix presque suave :

*
- « Tu sembles décidée à me faire perdre ce pari, n’est-ce pas ?».

En vue du manque de réaction de sa voisine de table, il reprit aussitôt le dessus et fit s’entrechoquer les verres avant de balbutier complétement cette fois-ci.

- «Bon ba que le meilleur gagne hein… Santé ! » Et d’un coup d’un seul, le bel héritier vida son verre d’une traite avant de le reposer sur la table et de s’assoir en biais, les coudes posés sur le dossier de la chaise. Bon sang ce qu’il était stressé tout à coup ! Le silence gêné qu'avait suivit sa phrase lui avait fait réalisé qu'il s'était adressé à elle d'une façon dont il ne se serait jamais cru capable. Dans le même le jeune homme sentit ses joues à peines remises se ré-empourprer de plus belle. Il avait chaud, ça ne lui plaisait pas. Passant sa main entre son col et son torse, dévoilant sa peau au passage, il essuya discrètement la petite goutte de sueur qui était venue y perler.

Non vraiment ça ne collait pas… Il ne pouvait pas… « Apprécier » la compagnie de cette fille quand même ? Ce serait complètement absurde !
Resté dans ses pensées, le leader du High Five réalisa soudain que sa voisine ne parlait plus. Évidemment, vu la façon dont il se comportait ! La pauvre fille devait croire qu’il était le dernier des idiots à présent. Ne supportant pas cela, il se rassit une énième fois correctement, joua un instant avec ses baguettes, puis avec son verre vide avant de sursauter légèrement :


- « AH ! Au fait, euh… Merci pour… enfin pour m’avoir servi mon verre tout à l’heure. Je t’ai pas dit merci… Donc voilà je t'ai dit merci, je suis quelqu'un de polit. Je n'ai pas oublié de te dire merci...» Expirant un bon coup, il tenta de se détendre en attendant que les plats soient servis. Mais peine perdu, son stress, émotion qu’il n’avait que trop peu expérimenté juste lors, l’emporta tant et si bien qu’il fit tomber l’une de ses baguettes. Il se pencha pour la ramasser et croisa alors sous la table le regard d’une Xue Feng sur le point d’exploser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Lun 4 Juin - 20:20

Bon, je devais bien avouer que tout s’était plutôt bien déroulé pour le moment… oui, nous étions ensemble depuis à peine une vingtaine de minutes, mais ma dernière entrevue avec lui me permettait aisément d’affirmer qu’il en fallait bien peu pour nous faire sortir de nos gonds tous les deux. Une petite anicroche et c’était fini. Et pour cause, après un an de batailles, c’était difficile d’enterrer la hache de guerre… ou plutôt d’imaginer que ça pouvait être facile… aussi facile que ça.

Enfin, à mon invitation à trinquer, le coréen me renvoya un sourire provocateur et attrapa son verre.

- « Tu sembles décidée à me faire perdre ce pari, n’est-ce pas ?»

Je me mordis l’intérieur de la joue, m’efforçant de ne rien lui répondre. C’était moi ou ce type ne savait pas dire autre chose que des conneries ? C’était pourtant évident ! Bien sûr que je voulais gagner ce pari ! Il le voulait lui aussi probablement de toute façon ! Nous étions peut-être très différents mais fondamentalement, on voulait tous les deux la victoire. Et maintenant que je m’étais lancée là-dedans, si je perdais c’était mon groupe qui serait dissous, et les boursiers qui seraient encore plus torturaient. Je prenais des risques, donc, oui, je faisais ça sérieusement.
Ki Hyung se rendit visiblement compte qu’il aurait mieux fait de se taire, même si je m’étais efforcée de rester impassible. Il tapa doucement son verre contre le mien.

- « Bon bah que le meilleur gagne hein… Santé ! »

Il avait bafouillé. Pourquoi, tout à coup ? Il était vraiment pas net. Il cala son verre alors que je buvais lentement une gorgée de ma bière. Je l’observais. J’avais toujours eu une image de lui très nette : un type riche, froid, impassible, qui se laissait jamais déborder… ouais tu parles ! C’était tout un mythe qui s’effondrait là ! Ce serait presque drôle de le faire savoir aux élèves de l’université… m’enfin il y aurait des représailles, et puis le pari était secret.

Un léger silence s’installa et je détournai les yeux. Là, je pouvais être certaine qu’il ne faisait pas tout pour fausser le pari, jamais il n’aurait pu faire exprès d’être aussi maladroit et gêné… non, il était bien trop fier pour se faire passer pour un idiot… Non, pour aller jusqu’à s’empourprer, c’était forcément sans le vouloir… et il devait se maudire intérieurement. Rien que ça, ça me donnait envie de rire… mais il était tellement navrant… on est vite décontenancé quand on sort de sa tour d’ivoire hein !

- « AH ! » je sursautai « Au fait, euh… Merci pour… enfin pour m’avoir servi mon verre tout à l’heure. Je t’ai pas dit merci… Donc voilà je t'ai dit merci, je suis quelqu'un de poli. Je n'ai pas oublié de te dire merci...»

Je passai une main sur mon visage en soupirant lourdement. Mais c’était pas possible un type pareil… il était sorti d’un mauvais manga ou quoi ?
J’entendis soudainement le bruit fin d’une baguette de bois qui tombe sur le sol. J’osai un regard vers lui alors qu’il se penchait pour la ramasser, je me penchai aussi et il tourna la tête vers moi, se figeant instantanément quand il vit que je le regardais.
Non, Xue Feng, ne t’énerve pas. Je ne savais pas que j’étais aussi peu patiente… j’avais quand même élevé mon petit frère pendant un an sans péter les plombs, et lui, en deux minutes, il arrivait à me faire passer de « ça se passe pas si mal » à « c’est un boulet, non mais je vous jure… ».

« C’est bon, t’as fini, là ? »

Je levai les yeux au ciel pour bien lui signifier mon exaspération et je me rassis sur ma chaise, m’empêchant de croiser les bras, inutile d’empirer la situation. J’attrapai mon verre et bus une gorgée avant de regarder Ki Hyung qui s’était redressé aussi.

« C’est quoi ton problème ? » demandai-je calmement. « Soit t’es insupportable dans l’arrogance, soit t’es exaspérant de maladresse… personne n'a trouvé le bouton off ? »

Je ne savais même pas comment je réussissais à lui dire ça calmement… quoi qu’au fond, je n’étais pas énervée, juste blasée au possible. Je m’étais préparée à passer une journée où je devrais justifier chaque parole parce qu’il se débrouillerait pour argumenter dans le sens contraire… j’avais presque angoissé pour rien… tel qu’il était maintenant, je pouvais le dévorer en une bouchée.

« Je vais pas te mordre… et n’essaie pas de jouer les durs alors que t’es pas dans ton élément, ça te perturbe, je le vois bien. »

Et je comprenais totalement, parce que si la situation était inversée, même si je connaissais l’univers des riches que mon beau-père m’avait fait découvrir, je n’y étais pas à l’aise du tout et la plupart de ces personnes arrogantes et pourries jusqu’à l’os me mettaient hors de moi… bref, j’étais mal placée pour me moquer de lui, et je n’en avais pas l’intention une seconde… en tout cas pas méchamment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Mar 5 Juin - 0:16

« C’est bon t’as fini là ?! »

Sursautant à l’entente de la voix de Xue Feng, le pauvre Ki Hyung manqua de se prendre le coin de la table en pleine tête. Ramassant sa baguette à la hâte, il se redressa correctement le visage en feux. En plus de devoir jouer les bons garçons, voilà qu’à présent il devait supporter la colère de sa voisine de table qui ne semblait plus supporter les maladresses répétitives du jeune homme.

Ce dernier finit par simplement détourner le regard. Il avait honte, et c’était peu dire ! A l’heure actuelle il aurait donné n’importe quoi pour fermer les yeux et les rouvrir en étant chez lui.
Mal à l’aise au possible, il tenta de se faire plus petit que jamais, lui qui d’habitude agissait tout au contraire, mais fut aussitôt rappelé par la voix devenue très calme de sa belle ennemie.
Elle lui demanda quel était son problème avant de le déchiffrer le plus simplement du monde.

« Je ne vais pas te mordre… et n’essaie pas de jouer les durs alors que tu n’es pas dans ton élément, ça te perturbe je le vois bien. » Voilà ce qu’elle lui avait dit. Et cela le réchauffa au plus profond.
Un léger sourire sur le visage, Ki Hyung soupira. Les deux coudes posés sur la table, il leva l’une de ses mains à son front afin de masquer son regard, avant de répondre d’une voix anormalement douce. Une voix qu’il s’étonna lui-même de pouvoir tenir, ce genre de ton que même les personnes qu’il aimait le plus ne lui connaissait pas.

- «Ma plus grande rivale qui lit en moi comme dans un livre ouvert… Comment pourrais-je encore passer pour un dur après ça ? » Il ôta sa main, la regardant soudain avec une attention toute nouvelle. Les sourcils très légèrement froncés en signe de trouble il la regarda avec insistance. Il ne comprenait pas sa soudaine chaleur. Il ne comprenait pas que son ennemie puisse aussi facilement l’épargner. Il devait savoir. Il voulait savoir…

- «Dis… Comment tu arrives à faire ça ? Je veux dire ! Après tout si on y regarde bien je suis le méchant de l’histoire, celui qui te pourrit la vie et malgré toutes les occasions que tu as eu de m’humilier depuis tout à l’heure tu es si… Attentionnée… Si ça avait été le contraire, je ne pense pas que j’aurai eu autant de sympathie envers toi.» Il se passa nerveusement le doigt sur les lèvres avant de poursuivre de plus bel.

- «Je ne pensais pas pouvoir dire un truc pareil mais… » Il ne parvint pas à le dire tout de suite. S’il sortait un truc pareil maintenant, c’était foutu, elle aurait presque gagné la moitié de leur pari. Mais qu’importait, il aurait bien d’autre occasions de la décevoir plus tard. « Finalement être avec toi c’est pas si mal. »

Sans pouvoir la regarder, il ne put pourtant retenir un léger sourire en coin tandis qu’au même instant, la nai nai de Xue Feng arrivait avec leurs plats tout chauds dans les mains.

- «Voilà pour toi Xue Feng » Commença-t-elle avec bienveillance tout en déposant délicatement le plat en natte tressée qui contenait les ravioles commandées par la jeune fille.
- « Et pour notre charmant indécis... Ma spécialité : Poulet croustillant sur son riz sauté ! Tu vas m’en dire des nouvelles !» Et effectivement, rien qu’à l’odeur, Ki Hyung savait que Xue Feng ne lui avait pas menti sur les talents de la grand-mère. Cette dernière se tenait d’ailleurs à présent toute droite près de lui attendant qu’il donne son avis.

Le jeune homme prit une première bouchée, et sans se contrôler tapa du poing sur la table avant d’avaler tout rond ce qu’il avait dans la bouche à défaut de le recracher. A peine avait-il avalé qu’il poussa un « merde ! » bien peu élégant en plissant les yeux à l’extrême. Sa gorge le brûlait.
Sans tenir compte de l’expression épouvantée de Xue Feng et de l’air colérique du garçon, la bonne dame se mit à rire de tout son saoul, ramenant à elle le regard choqué du bel héritier.

- «Mais fais donc attention espèce d’âne, tu te doutais bien que je n’allais pas te servir un plat froid ! »

Ki Hyung fronça les sourcils, agacé. Sa langue et sa gorgé brûlées, il retint sa colère en se contentant de pousser un grognement désapprobateur, redevenant bien vite l’insupportable enfant gâté. Déjà qu’il s’était blessé, cette vieille femme se permettait en plus de le traiter d’âne devant sa plus grande rivale. Les nerfs à fleur de peau, il se contint tant bien que mal pour sortir du bout des lèvres un « désolé » manquant cruellement de sincérité.
La nai nai le remarqua et tout sourire lui répondit en lui tendant un verre d’eau.


Cette attention des plus maternelles lui coupa le souffle. Le visage adoucit, il la regarda surpris comme un enfant ne sachant vraiment s’il était pardonné ou non. La remerciant, il but le verre d’une traite avant de réitérer l’expérience culinaire. N’oubliant pas cette fois de souffler avant de manger, il retrouva instantanément son sourire.


- « c’est délicieux » Il n’en fallut pas plus à la vieille dame pour s’exalter. Elle était ravie que son petit plat soit apprécié, elle ne le faisait plus souvent mais dans le temps il s’agissait d’une de ses spécialités. Leur souhaitant un bon appétit, et partit sans oublier de recommander à Ki Hyung de se méfier la prochaine fois. Un peu honteux de son attitude, il l’interpella : « Nai nai ! Merci. »

Il ne l’aurait jamais avoué de vive voix, mais il l’adorait déjà. Son expression le trahissait. Levant les yeux vers Xue Feng, il avala, les baissa de nouveau, puis parla enfin d’une voix presque suppliante

- «Je sais ce que tu vas dire. Je sais que je ne devrais pas jouer les durs, et je ne devrais pas être si désagréable… Si tu veux me faire la morale s’il te plait abstient toi, je connais déjà ma leçon… Il faut simplement que j’apprenne à l’appliquer c’est tout…

Se faisant le jeune homme continua de manger. Dieu que c’était bon ! Il n’avait jamais rien goûté de tel malgré les plats étoilés qu’il dégustait chaque jour. Intérieurement il se dit à lui-même que c’était peut-être ça le secret de quelque chose d’absolument délicieux : un plat rare. Il regarda alors Xue Feng du coin de l’œil un sourire en coin. Une fille comme elle, c’était quelque chose de rare pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Mer 6 Juin - 0:00

Je soupirai légèrement et me calai confortablement contre le dossier de ma chaise. Relevant doucement les yeux vers Ki Hyung, je le vis s’accouder à la table et se cacher derrière l’une de ses mains.

- «Ma plus grande rivale qui lit en moi comme dans un livre ouvert… Comment pourrais-je encore passer pour un dur après ça ? »

Je haussai doucement les sourcils, sa pensée était idiote, je vous le concède, quoi que théoriquement valable, parce que dans l’absolu nous n’étions pas amis et ne comptions pas le devenir, nous étions trop différents. C’était sa voix qui m’avait surprise, l’entendre parler d’une voix si douce était inattendu… mais agréable, néanmoins je m’abstins de toute remarque.

- «Dis… Comment tu arrives à faire ça ? Je veux dire ! Après tout si on y regarde bien je suis le méchant de l’histoire, celui qui te pourrit la vie et malgré toutes les occasions que tu as eues de m’humilier depuis tout à l’heure tu es si… Attentionnée… Si ça avait été le contraire, je ne pense pas que j’aurai eu autant de sympathie envers toi. »

Je détournai la tête et levai, encore une fois, les yeux au ciel. J’étais déjà au courant qu’il n’aurait pas fait la même chose, mais j’étais au moins assez mature pour que ça ne m’influence pas. J’étais comme ça de nature, ce que je faisais, je n’attendais rien en retour… j’aidais les gens parce que ça me semblait juste, je n’attendais pas qu’ils se sentent redevable de quoi que ce soit… j’étais gentille et « attentionnée » parce que pour le moment je ne le considérais pas vraiment comme un ennemi… ça ne durerait probablement pas, mais en attendant je devais rester fidèle à moi-même et lorsqu’il changerait de comportement, je ferais de même.

- «Je ne pensais pas pouvoir dire un truc pareil mais… Finalement être avec toi c’est pas si mal. »

… …
J’aurais été dans un dessin animé, je serais probablement tombée de ma chaise. Aaaah ! Mince ! Il aurait fallu que je puisse enregistrer ça ! J’étais persuadée que ce n’était pas demain la veille qu’il redirait quelque chose de ce genre ! Il fallait immortaliser ça !
Je vis un léger sourire sur ses lèvres. Quel idiot… évidemment qu’être avec moi, c’était bien, j’étais quelqu’un de cool quand on essayait pas de me marcher dessus. Comme quoi, les a priori… m’enfin, lui non plus n’était pas si terrible que ça après tout,

Nǎi nǎi arriva finalement avec nos plats. Elle posa mon assiette devant moi, je la remerciai d’un sourire et attrapai mes baguettes alors qu’elle attendait que Ki Hyung goûte son fameux plat. Pour l’avoir déjà goûté, je pouvais de nouveau affirmer qu’il allait se régaler.
Soudain il poussa un juron, je relevai la tête vers lui, fronçant les sourcils alors que Nǎi nǎi éclatait de rire, ce qui ne plus pas à notre petit prince.

- «Mais fais donc attention espèce d’âne, tu te doutais bien que je n’allais pas te servir un plat froid ! »

Je plaquai une main sur ma bouche pour étouffer mon rire. Haha se faire traiter d’âne, ça ne devait pas lui arriver souvent, surtout d’une simple grand-mère ! Décidément, j’adorais cette femme. Mais elle n’avait pas tort, quelle idée d’enfourner si vite de la nourriture tout juste servie !
La gentille Nǎi nǎi lui servit un verre d’eau pour soulager la brûlure, heureusement qu’elle ne s’était pas choquée par son juron… enfin, elle en entendait de belle ici aussi, il faut dire, il arrivait que les clients se soulent et ça ne se finissait pas toujours gentiment. Arf enfin…

Il la complimenta, et quand elle s’éloigna, il la remercia. Je baissai enfin les yeux vers mes xiaolong bao et j’en attrapai un pour le manger. Qu’est-ce que c’était bon ici ! Je me demandais parfois si c’était de famille ce talent, que ce soit Nǎi nǎi ou ses fils, ils cuisinaient tous divinement bien. Hey ! Je pourrais peut-être lui demander des astuces la prochaine fois pour le club !
Je regardais Ki Hyung, voyant bien qu’il était du même avis que moi sur Nǎi nǎi, et visiblement il n’était pas près de l’avouer.

- «Je sais ce que tu vas dire. Je sais que je ne devrais pas jouer les durs, et je ne devrais pas être si désagréable… Si tu veux me faire la morale s’il te plait abstient toi, je connais déjà ma leçon… Il faut simplement que j’apprenne à l’appliquer c’est tout… »

Je ne pus empêcher un immense sourire de passer sur mes lèvres. Bon, il commençait déjà à connaitre mon fonctionnement, c’était amusant… mais bon, puisqu’apparemment je lisais en lui comme dans un livre ouvert, ce n’était qu’un juste retour des choses.

« D’accord, alors je ne dirais rien pour cette fois. »

Cela dit, j’étais contente qu’il le prenne comme ça, et qu’il ne soit pas énervé avec ma façon de lui « remonter les bretelles » quand j’en ressentais le besoin… ou plutôt quand, lui, semblait en avoir vraiment besoin. Je n’étais pas un tyran, et je n’allais pas guetter le moment où il dirait quelque chose qui me resterait en travers de la gorge, parce que ça arriverait… plus d’une fois… et peut-être très vite si la situation venait à se dégrader. Pour le moment nous étions calme, mais il suffisait peut-être d’un seul détail pour que le château de cartes s’écroule.

« Si on m’avait dit un jour que je déjeunerais bien gentiment en tête-à-tête avec toi, j’aurais bien rigolé. Surtout dans un restaurant comme ça. »

Moi aussi j’étais un peu surprise de la facilité avec laquelle nous nous entendions, et ce même si ça ne devait durer qu’une heure. Et mieux valait que je n’oublie pas ça, car sinon ça allait me tomber sur la tête sans que j’ai le temps de m’y attendre. Nous voir en dehors de l’université me donnait l’impression que l’oppression que les boursiers subissaient étaient dans un monde différent, nous étions presque des personnes différentes.
Après avoir avalé une autre bouchée, je relevai les yeux vers Ki Hyung et l’observait quelques instants.

« Bizarrement… j’ai l’impression que je peux te faire confiance, monsieur le leader du High Five… mais finalement, tu as ce que tu m’as demandé l’autre jour : le bénéfice du doute ; une autre chance. »

C’est vrai, quand je le voyais là, j’avais du mal à me dire qu’il était fondamentalement mauvais, hautain, prétentieux, pourri… bref, Ki Hyung Kim quoi. J’avais été bien inspirée de nous envoyer hors de l’université, bien que j’avais d’abord pensé à nous retrouver dans un endroit peu fréquenté de Jing Ying… mais ça aurait été moins drôle que de lui faire prendre le bus !

« Enfin… t’es pas si terrible toi non plus. »

Je lui adressai un sourire rieur, associé à un petit clin d’œil, et je tendis le bras pour piquer un petit bout de viande dans son assiette. Je le ramenai à ma bouche et soupirai de plaisir tellement c’était bon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 7 Juin - 20:29

Malgré la demande qu’il s’était permit d’énoncer, le bel héritier ne s’attendait pas le moins de monde à ce que la leader des Against coopère. De ce fait, alors qu’il relevait les yeux vers elle histoire de voir son expression, il ne put que laisser transparaitre la surprise sur son visage. Elle souriait.
Et mieux encore, elle lui assura que pour cette fois, elle n’ajouterait pas la couche habituelle de remontrance à laquelle elle l’avait habitué. Elle continua en lui confiant que si quelqu’un lui avait prédit qu’un jour elle se retrouverait en tête à tête avec lui dans ce restaurant elle aurait bien rigolé à défaut d’y croire.

Elle n’avait pas tort. Lui-même allait de surprises en surprises avec elle, et quoi qu’il ait pu en penser avant qu’elle ne le rejoigne, désormais, il passait un bon moment.
Ils continuèrent de manger le plus simplement du monde, jusqu’à ce que Xue Feng lui dise :

« Bizarrement j’ai l’impression que je peux te faire confiance, monsieur le leader du High Five… mais finalement, tu as ce que tu m’as demandé l’autre jour: le bénéfice du doute ; une autre chance. »


Il en resta muet. D’étonnement, d’incompréhension, et très probablement de reconnaissance. Car Ki Hyung n’était pas fondamentalement quelqu’un de mauvais tel qu’on le définit. Certes il était d’une arrogance rare et avait toujours eu la fâcheuse manie de se sentir supérieur à tout et tous. Il avait élevé ainsi, qu’y pouvait-on ? Après tout, lorsque l’on apprend à un enfant à marcher sur ses pieds, il faudrait être fou pour croire qu’à l’âge adulte ce dernier saura tout aussi bien marcher sur les mains.
Le jeune homme en avait conscience : Xue Feng perdrait à coup sûr son pari. Certes, peut-être qu’aux termes de ses sorties « éducatives » il parviendrait à l’apprécier, mais le changer ? Il ne voyait vraiment pas comment. Il fixa son assiette un long moment sans y toucher, trop prit dans les méandres de sa réflexion. Le pari retenait soudain toute son attention ? Que ferait-il au terme de leur arrangement ? Si elle gagnait il y perdrait gros, mais étrangement ce qui l’embêtait davantage encore c’était l’idée de faire face à Xue Feng dans le cas où elle devrait annoncer la dissolution des Against. Si cela venait à arriver, elle ne lui reparlerait certainement jamais plus…

Et alors ?! Après tout, si elle ne s’en sentait pas capable, elle n’avait qu’à pas jouer les fières à bras !
D’un autre côté, il adorait ça chez elle.

C’était certainement pour ça qu’il appréciait autant le fait de l’embêter : lorsqu’elle se mettait en colère et le menaçait, il se sentait si supérieur que ça l’amusait. Et parfois même, ça l’attendrissait. Il se gifla intérieurement. Il devait arrêter de se prendre la tête comme ça ! Les choses étaient pourtant simples : le perdant se soumettrait au gagnant. Point.

Au même instant, la jeune femme d’une voix rieuse vint lui piquer une bouchée de son plat tout en lui assurant qu’il n’était pas si terrible. Elle décocha un long soupir de plaisir lorsque la viande eut atteint son palais. Ki Hyung ne put retenir un sourire :

- « Un rien te faire plaisir toi… »

Attrapant ses propres baguettes, il profita de son inattention pour jouer au même jeu, et piqua dans le plat de Xue Feng. Un sourire malicieux affiché sur le visage, il lui tendit lui-même un clin d’œil taquin en lui lançant un bref


- «A charge de revanche ! »

Soudain alors qu’il s’était totalement oublié dans son amusement, un détail vint le frapper. Il n’avait pas osé prendre une raviole entière à Xue Feng, après tout, elle ne s’était pas permis de prendre les gros morceaux. Il s’était donc contenté d’une part entamée à demie. Un voile blanc passa sur son visage. Devait-il se réjouir de cette « politesse » inconsciente ? Devait-il être dégouté d’avoir osé mettre dans sa bouche de la nourriture croquée par une autre bouche que la sienne ? Il n’en savait rien, mais en resta perplexe. Se passant une main à l’orée de son front, il la regarda un temps, puis voyant qu’elle ne semblait pas choquée le moins du monde, il haussa légèrement les épaules :

- « C’est bon aussi tes…xialong… bao ? » Elle acquiesça. « Je prendrai ça moi aussi la prochaine fois ! »

C’était venu naturellement. Lui-même n’y avait pas fait attention, et s’était contenté de s’en retourner à son plat qu’il mangeait alors avec gourmandise. Mais sa voisine, elle...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 7 Juin - 23:59

Je relevai les yeux vers mon vis-à-vis, presque prête à le voir céder à la colère face à mon geste impudent, il ne devait pas avoir l’habitude qu’on pique dans les assiettes des autres, moi c’était quelque chose que j’adorais faire. Beh oui, grosse mangeuse que j’étais, j’aimais goûter de tout, alors quand j’étais au restaurant je piquais dans l’assiette de mes amis… ou de ceux que j’aimais embêter, simplement.
Mais, bienheureusement, je vis un sourire prendre place sur ses lèvres. Même si ça aurait été amusant de le voir péter un câble pour ça, je préférais d’autant ne pas créer de scandale dans ce restaurant, de peur d’être trop gênée pour y remettre les pieds un jour. Et ce serait bien dommage.

- « Un rien te fait plaisir toi… »

Je hochai gaiement la tête. Je dois avouer que j’étais, en effet, pas bien difficile à contenter, et même lui s’en était rendu compte. Ce qui me surprit, en revanche, fut qu’il me rendit la pareille en prenant le xiaolong bao que j’avais déjà entamé. J’haussai doucement les sourcils, surprise qu’il face ça… et évidemment pas le moins gênée du monde, si je me permettais de le faire, il n’y avait pas de raison que je l’en empêche.
Semblant ne pas s’en apercevoir, il m’adressa un petit sourire accompagné d’un clin d’œil.

- « A charge de revanche ! »

Je ris de nouveau et rebaissai les yeux vers mon assiette pour recommencer à manger. Olala, tout de même, était-ce possible qu’en l’espace de moins d’une heure on réussisse à agir de façon si naturelle ? Enfin, moi, j’avais l’habitude d’être naturelle avec les personnes que j’appréciais, que je voyais pas plaisir… mais jamais je n’aurais cru pour m’amuser en présence de Ki Hyung Kim.
Je n’avais pas une once de mauvaise foi en moi - enfin si ça m’arrivait mais rarement -, aussi je n’irais pas nier effrontément que je ne passais pas un bon moment, ni changer brutalement de comportement pour soudainement me mettre en position de gagner notre pari… mais… je savais par expérience qu’il n’y avait jamais aucun intérêt à brusquer les choses, si je me montrais brusque avec ce type, il se braquerait… j’en étais certaine. Et en même temps, maintenant, est-ce que ce ne serait pas un peu idiot de vouloir le mettre au pied du mur pour qu’il change ? Cela arriverait progressivement, et trois mois entier ne seraient absolument pas de trop.

- « C’est bon aussi tes… xiaolong… bao ? » J’acquiesçai, souriant, c’était amusant de l’entendre prononcer si prudemment des mots que je prononçais pratiquement tous les jours. « Je prendrai ça moi aussi la prochaine fois ! »

Je haussai les sourcils alors qu’il se remettait à manger, le plus normalement du monde, comme s’il ne venait pas de dire ce qu’il venait de dire.
Je ne pus réprimer mon sourire et m’appuyai doucement sur ma main, sans lâcher le coréen du regard.

« Euh… ah ? La prochaine fois ? »

J’avais conscience qu’il y avait une petite chance pour que ce soit une façon de parler… néanmoins son comportement jusqu’à présent ne m’avait pas démontré qu’il n’aimait pas l’endroit… mais de là à penser qu’il y aurait une « prochaine fois »…

« Je vais me plaire à penser que tu le penses vraiment et que tu apprécies vraiment ce restaurant… cela dit… »

Je regardai doucement autour de nous, essayant d’imaginer l’endroit lorsque que Ki Hyung reviendrait… parce qu’évidemment, il n’était sûrement pas du genre à venir dans un restaurant tout seul, surtout un restaurant où il ne connaissait pas les plats.
Je ne pus m’empêcher d’éclater de rire en me renversant contre le dossier de ma chaise.

« Nan ! Pas moyen ! J’essaye d’imaginer les poufs qui t’accompagnent toujours assises dans cette salle, en train de manger dans des plats en natte, c’est impossible ! »

Vous rigolez ? Les filles de l’université ? Ici ? Nan, c’était risible ! Quoique si ça devait arriver, j’aimerais être une petite souris pour être en première loge et ne pas en rater une miette. Avec leurs faux ongles, elles allaient galérer avec les baguettes en plus ! Parce que ces gens-là, ça mangeait avec des couverts occidentaux, pas des baguettes, c’était trop misérable… la preuve, ils prenaient tous des couverts à la cafétéria, les boursiers et certains étudiants prenaient des baguettes, mais la majorité… jamais je ne les verrais avec des baguettes entre les doigts.
Je me calmai après quelques instants.

« Désolée, c’est tes ‘amis’, je devrais pas dire ça… mais c’était trop tentant. »

Honnêtement, je ne savais pas vraiment ce qu’il pensait des greluches qui étaient toujours avec lui… m’enfin, on ne pouvait pas réellement s’intéresser à ce genre de fille, elles étaient trop superficielles, même lui il méritait mieux que ça. Enfin, ça me regardait pas après tout.

« Cela dit, à moins d’y revenir tout seul, je vois pas bien qui t’accompagnerait dans cet endroit… en plus pour ça, il faudrait que tu expliques comme tu es venu ici la première fois. »

Je fis un petit sourire. Bon, peut-être que j’élaborais un peu trop… et peut-être que j’essayais de parler pour oublier les pensées que j’avais eu aussi… ouais, c’était probable. De toute manière, si c’était sorti aussi naturellement que ça en avait l’air, alors il n’y avait même pas réfléchi, et comme toujours j’anticipais… ah, moi et mes digressions incessantes… ça finirait par me rendre barge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Mar 12 Juin - 18:51

« euh… La prochaine fois ? » Avait-elle répétée surprise un sourire toujours posé sur son visage.
Ki Hyung en manqua de s’étouffer. La bouche encore pleine, il se hâta d’avaler tandis qu’une violente quinte de toux le prit. Le poing fermé devant la bouche, il se sentit plus mal que jamais.
Bon sang, il avait vraiment dit ça ! Il avait vraiment pensé revenir ici… Et puis quoi encore ?! Certes la cuisine était très bonne et la doyenne adorable, mais il ne fallait pas trop rêver non plus. Il n’avait rien à faire ici après tout !
Les sourcils légèrement froncés, il entendit Xue Feng lui dire qu’elle se plaisait à penser qu’il appréciait vraiment l’endroit. Le ton de sa voix le détendit immédiatement. Après tout il était bien ici, et puis, ça le changeait de la haute gastronomie. Mais surtout…

Xue Feng se jeta soudain en arrière dans sa chaise incapable de retenir son hilarité. « Nan ! Pas moyen ! J’essaye d’imaginer les poufs qui t’accompagnent toujours assises dans cette salle, en train de manger dans des plats en natte, mais c’est impossible ! »

Il la regarda un sourire en coin. Elle le faisait rire, il ne manquait plus que ça. Pourtant comment ne pas partager sa liesse lorsque l’on s’imaginait vraiment un tel tableau. Ki Hyung pensa notamment à la belle Xiao Sheng Jiang. Cette élite issue du même cursus que lui était aussi belle que brillante pour les études, mais tout comme lui n’était jamais sortie de sa bulle dorée. Autant dire que s’il l’emmenait dans une telle bicoque elle aurait vite fait de se mettre à pleurer de la seule absence de couverts occidentaux. Il s’accouda pour cacher ses lèvres étirées. C’était déjà bien assez drôle d’imaginer cette petite pimbêche dans un tel endroit, mais ça l’était plus encore d’imaginer qu’il puisse s’abaisser un jour à cela.
De son côté, la jeune femme avec qui il partageait cette journée se calma, et prit même le temps de s’excuser.

« Désolée, c’est tes ‘amis’, je devrais pas dire ça… mais c’était trop tentant. »

Ki Hyung planta son regard dans le siens, un sourcil levé, avant de reprendre en main ses baguettes, triant minutieusement d’un côté les morceaux de viande, de l’autre les légumes.


- « Franchement perd pas ta salive à t’excuser pour ça. Ces filles prennent les gens de haut mais s’agenouille la bouche ouverte sans une once de fierté dès qu’elles peuvent en tirer profit. J’ai bien plus de respect pour toi que pour elles. »

Il finit par terminer son plat. Toujours le coude sur la table il se passa une main dans les cheveux avant de retourner son attention sur Xue Feng. Oui, il avait bien plus de respect pour cette fille qu’il détestait. Il aimait chez elle son cran et son courage, et bien qu’il trouvait cet aspect trop naïf pour qu’elle ne se fasse pas avoir un jour, il aimait savoir qu’il pouvait exister des personnes qui, comme elle, donnait sans recevoir, et ne se plaignait pas. Il avait en horreur les « mendiants », ceux incapables de faire quoi que ce soit sans quérir et tendre la main. La plupart des élites qui composaient son cortège étaient comme ça, il n’avait de loyauté que pour sa carte de crédit, mais après tout, Judas était la preuve que cela existait depuis la nuit des temps.

Elle ouvrit à nouveau la bouche.
« Cela dit, à moins d’y revenir tout seul, je vois pas bien qui t’accompagnerait dans cet endroit… en plus pour ça, il faudrait que tu expliques comme tu es venu ici la première fois. »

Le bel héritier arqua à nouveau un sourcil en regardant la jeune femme comme si elle venait de lui sortir la plus parfaite des absurdités.


- «T’es bête ou quoi ? C’est avec toi que je reviendrai, idiote »

Il leva les yeux au ciel, secouant légèrement la tête un demi-sourire en coin. Se faisant il prit le plat vide de Xue Feng et le rangea avec sa propre assiette. Il s’y reprit à plusieurs reprises jusqu’à ce que la position de la vaisselle sale lui convienne. Puis, parlant pour lui-même, il glissa un léger « Voilà, comme ça, ça devrait être facile pour la vieille » . Il était satisfait de lui comme un gosse revenant pour la première fois de la course du pain. Et c’était malheureusement un exemple bien proche de sa réalité.

Se reconcentrant alors sur Xue Feng, il croisa les bras sur la table et se pencha vers elle.


- « Au fait, t’as prévu quoi pour la suite ? »

Alors qu’il achevait sa phrase, la lumière dans la salle s’amoindrit, obligeant le personnel à allumer les plafonniers, bientôt suivit par le bruit des gouttes de pluie battant sur le bitume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Mer 13 Juin - 0:41

J’avais ignoré la très poétique remarque de Ki Hyung à propos de ses « amies », il valait mieux, je n’aurais même pas osé lui dire quoi que ce soit, de peur qu’il s’enlise dans ses explications. C’était un tombeur, je le savais, mais là s’il continuait je n’allais pas tarder à le prendre pour un goujat. Bon, certes, elles étaient probablement comme ça ces poufs, et malgré toute ma bonne foi je n’irais pas essayer de les défendre… mais cela dit, je n’avais pas vraiment envie de savoir précisément ce qu’il faisait avec elle… Mais de tels mots sortant de sa bouche c’était… plus que surprenant, moi qui pensais qu’il avait un vocabulaire plus classe que ça.
Ça m’avait tellement surprise que j’avais à peine remarqué qu’il avait dit qu’il avait du respect pour moi. Evidemment si on me comparait à ces nanas, j’avais certainement plus de morale et de dignité… enfin, le débat n’était pas là. Et je décidai de continuer sans faire attention.

Et il arqua un sourcil, ce que je venais de dire ne lui revenait pas visiblement. Beh quoi, c’était quand même pas idiot ce que je disais. Hein ?

- «T’es bête ou quoi ? C’est avec toi que je reviendrai, idiote »

Je haussai les sourcils à mon tour, me mordant brusquement la joue pour m’empêcher de sourire bêtement. Ouah alors là on était dans une autre dimension. Déjà, qu’il veuille revenir ici me paraissait difficile à croire, mais qu’il veuille en plus revenir avec moi ! Là, j’avais un peu l’impression d’halluciner. Et ce n’était pas de la bêtise, c’était juste que jamais ça ne m’aurait effleuré l’esprit ne serait-ce qu’une seconde ! Et c’était logique ! Enfin, ça me faisait plaisir quand même.

Il tendit finalement le bras vers mon assiette vide et la posa dans la sienne, vide aussi. Je ris discrètement en l’entendant dire que ce serait plus simple pour nǎi nǎi. Oh mais c’est qu’il était vraiment quand il le voulait… et si vous voulez mon avis, il ne devait pas vouloir souvent… Enfin…
Je n’avais plus l’impression d’avoir Ki Hyung Kim en face de moi, mais simplement un double qui jouait très mal le rôle de l’héritier arrogant et égocentrique. Je l’avouais, je m’étais trompée sur lui, même s’il ne faisait de toute manière pas d’effort pour que les gens se rendent qu’il pouvait être normal et gentil.

Alors qu’il relevait les yeux vers moi, je le vis se pencher un peu, croisant les bras sur la table.

- « Au fait, t’as prévu quoi pour la suite ? »

Cette fois, je ne m’empêchai pas de sourire, trop contente du programme que je nous avais organisé… cela dit, même sans lui, mon programme aurait été le même, puisque j’avais réellement des choses à faire, mais c’était une bonne occasion pour lui.
Je posai un coude sur la table et m’appuyai sur ma main, mais alors que j’allais parler, le ciel dehors s’assombrit et les lumières du restaurant s’allumèrent. Je tournai la tête vers la fenêtre pour voir la pluie tomber à verse. Ah ! Pourquoi j’étais sortie en short aujourd’hui !? Heureusement que j’étais pas très frileuse hein.

Je regardai de nouveau Ki Hyung, bon au moins notre programme n’était pas chamboulé.

« Tu dois savoir qu’à la fin du mois, c’est Halloween. Pour l’occasion, je donne un coup de main dans un foyer d’enfants pour faire les décorations. J’ai toujours adoré ça. »

Que ce soit les enfants, les décorations ou Halloween, c’était juste absolument ce que j’adorais. Et je m’étais attachée à eux, c’était impossible de faire le contraire cela dit, ils étaient tous tellement adorables et on s’amusait beaucoup.
J’attrapai mon portable dans ma poche pour regarder l’heure, m’en inquiétant enfin.

« D’ailleurs on devrait peut-être y aller. Il vaut mieux arriver de bonne heure, ça laisse plus de temps à passer avec eux. »

Je lui souris et levai le bras pour faire signe à nǎi nǎi de revenir. Sans même que je dise quoi que ce soit elle dut comprendre puisqu’elle retourna au comptoir plutôt que de revenir pour me voir pour me demander ce que je voulais.
Le seul problème, c’est que je n’avais pas pensé à emmener de parapluie, je n’y pensais jamais, à croire qu’il ne pleuvait jamais à Shanghai… Oh ! Un kilomètre à pied sous la pluie, ça n’avait jamais tué personne.

« T’as de la chance que je n’aie rien prévu à l’extérieur, parce que crois-moi, ce n’est pas un peu de pluie qui m’aurait arrêtée. »

Je n’aimais pas vraiment la pluie, mais je crois que rien que pour embêter Ki Hyung j’aurais pu le trainer dehors. Ce n’était pas très sympa, mais je ne faisais pas ça par pure méchanceté non plus c’était juste pour l’embêter et voir ce qu’il était capable d’endurer venant de moi. Et j’étais toujours très imaginative quand il s’agissait d’ennuyer les gens.

Rebaissant les yeux sur la table, je vis qu’il restait un peu de bière dans ma bouteille, je l’attrapai et bu directement au goulot les deux-trois gorgées qu’il restait. J’avais beau être une jeune femme bien élevée, je ne me prenais pas vraiment la tête quand j’étais ici et en fait c’était rare que je ne boive pas carrément à la bouteille, j’avais évité de le faire devant Ki Hyung, mais finalement mon naturel me rattrapait.

Nǎi nǎi revint finalement vers notre table, son éternel sourire sur ses lèvres fines, et l’addition entre les mains, elle la posa sur la table, tournée vers Ki Hyung. Je soupirai et tendis la main pour la poser sur le papier, j’avais encore l’habitude de payer moi-même mon repas, surtout que c’était moi qui avais emmené Ki Hyung ici non ?

_________________


Dernière édition par Xue Feng Qian le Mer 13 Juin - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Mer 13 Juin - 12:07

Alors là pour le coup elle l’avait bluffé ! Du bénévolat ? Sérieusement ? Visiblement déçu, Ki Hyung vint se radosser paresseusement sur sa chaise. Ce n’était pas qu’il n’aimait pas les enfants, mais il n’en était pas friand non plus. Quant à l’idée de devoir se tremper les mains dans la colle et le papier kraft, il pouvait largement s’en passer.
Quelle plaie ! Alors que le restaurant lui avait paru une idée géniale, la suite de leur programme l’exténuait d’avance, le rendant presque boudeur. Franchement elle ne pouvait pas se contenter d’un ciné ou d’un parc d’attraction comme le font les gens normaux à n’importe quel rendez-vous ?!
Rendez-vous ? Le leader du High-Five tiqua, faisant claquer sa langue contre palet. Voilà qu’il voyait cette journée avec Xue Feng non comme la pire des punitions divines mais comme un rendez-vous à part entière. Il devenait dingue, il n’y avait aucune autre solution possible, pourtant, force était de constater que ce qui l’embêtait le plus ce n’était pas tant les enfants ou les travaux manuels, mais le fait qu’à l’évidence ils ne seraient plus que tous les deux.

Et en plus ce n’est pas comme s’ils avaient le temps car déjà la jeune femme lui peignait son immortelle ponctualité tout en appelant sa nai nai pour avoir l’addition.
Lorsque cette dernière arriva, Xue Feng tendit aussitôt la main afin d’attraper leur note. Aussitôt, Ki Hyung la lui attrapa d’un geste vif, avant de lui délier les doigts de la note avec douceur.

- « Tu fais quoi là ? » Lui demanda-t-il en sachant bien la réponse.

Leurs regards se croisèrent plus longtemps qu’ils ne l’avaient jamais été jusque lors. Ça l’énervait : certes ils n’étaient pas amis, certes elle l’embêtait plus qu’autre chose la plupart du temps, mais malgré son fichu caractère, Ki Hyung pouvait être fier d’une galanterie exemplaire, il était donc hors de question de laisser une femme payer un restaurant, aussi bon marché qu’il puisse être.

Alors qu’il lui tenait toujours la main, le jeune homme glissa sa main valide dans la poche arrière de son jean et en tira un billet bien supérieur à la somme indiqué sur le papier.

- « Gardez le reste pour vous mamie. » Fit-il en relevant les yeux vers la bonne femme qui gênée commença à refuser poliment, mais il ne voulut rien savoir, tentant de la rassurer en lui disant que ce qu’elle lui avait cuisiné valait bien plus encore. S’inclinant profondément, elle accepta alors en promettant qu’il serait toujours le bienvenu ici.
Ce ne fut que lorsqu’elle quitta son champs de visions que Ki Hyung réalisa qu’il tenait toujours dans sa paume la main frêle et brûlante de Xue Feng. Il s’en défit vivement, murmurant un léger « désolé » avant de se relever mollement de sa chaise.

Ki Hyung se demanda alors si elle n'allait pas l’engueuler d’avoir payé pour elle ou si elle allait plutôt le remercier, mais finit par prendre les devants avant qu’elle n’ait pu dire un mot :


- «Au fait, te méprends pas, c’est juste une question de galanterie. Aussi agaçante que tu puisses être quand on est à l’école tu restes une femme et moi un homme ». Le ton de sa voix, divagant entre une fausse-assurance et une confusion qu’il ne se connaissait pas le gêna lui-même. « Et puis ça me fait plaisir, alors n’essaye même pas de discuter !»

Une main sur sa hanche et l’autre se frottant les cheveux nerveusement, il tenta de jeter son regard n’importe où tant que ce n’était pas sur elle, le visage légèrement empourpré. Il n’avait pas dit les choses d’une façon très agréable à première vue, néanmoins, sa compagne de route n’était pas assez naïve pour y voir de l’arrogance, et surtout, elle apprenait à le connaître…
Agacé au possible par ses propres réaction, il passa devant Xue Feng, salua Nai Nai, et sortit du restaurant. Encore protégé par le store qui encadrait, Ki Hyung soupira en voyant le véritable déluge qui les attendait. La météo n’avait pas prévu cela, en tout cas, pas pour le matin. De ce fait le jeune homme serra les dents d’avance : les épaules découvertes et ses vêtements légers n’allaient pas lui laisser une seconde de répit face à ce torrent. Il tourna les yeux vers la belle jeune femme à ses côtés. Elle non plus n’avait semble-t-il pas vu le coup venir. Son short en jean et sa chemise légère n’allaient certainement pas la garder au chaud très longtemps.
Il voulut appeler son chauffeur. Après tout, même pour elle ce serai bien plus agréable que de marcher sous l’eau, mais il se retint. Jusqu’à présent la journée se passait sans encombres, or, il en était certains, s’il venait à faire un truc pareil, en plus de ruiner les plans de Xue Feng qui tenait à faire de lui le parfait prolétaire, il se verrait octroyer une belle engueulade de la part de cette dernière. Il entendait déjà les cris stridents de sa voix lui répétant qu’il n’était qu’un minable petit fils de riche et tout l’habituel bazar qu’elle lui ruminait à longueur de temps. Il sortit alors de sa poche la main qu’il avait placée sur son téléphone.

Jetant un regard en biais à la femme près de lui, il prit une grande inspiration, et sur un ton dénotant parfaitement son découragement, il lui fit

- « Allez, on y va… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 14 Juin - 1:17

Ki Hyung n’avait pas vraiment l’air enthousiaste à l’idée d’aller faire des décorations pour les enfants, m’enfin ce coup-ci, je ne m’étais pas fait d’idée hein, je me doutais bien qu’il n’aimerait pas ça. Mais après tout, le but de tout ça, ce n’était pas de lui faire faire des trucs qu’il aimait, je voulais lui montrer ce que c’était la vraie vie, et aussi qu’on ne faisait pas toujours ce qui nous plaisait.

Alors que je prenais l’addition, en vue de payer, Ki Hyung l’attrapa et l’enleva doucement d’entre mes doigts, sans pour autant me lâcher.

- « Tu fais quoi là ? »

Je relevai les yeux de nos doigts, que je fixais depuis plusieurs secondes, pour le regarder et nos regards se croisèrent. J’étais indépendante moi, contrairement aux poules - et pour une fois je ne disais pas pouf - qu’il se coltinait en permanence, et puis notre sortie n’avait rien de romantique, il n’avait rien à prouver, il n’avait pas à me séduire, alors où est-ce qu’il y avait un problème dans le fait que je veuille payer le repas ? C’était pas ça qui me ruinerait… quand bien même ma fortune n’était pas légitime.

Je ne dis pourtant rien et je le vis sortir un billet qu’il tendit à nai nai, et quand je la vis écarquiller les yeux, je regardai le billet à mon tour. Ouah ! Alors ça pour un pourboire…

- « Gardez le reste pour vous mamie. »

Toujours modeste, nai nai tenta de refuser, cela ne m’étonnait pas d’elle… par contre ça m’étonnait énormément de la part de Ki Hyung de faire ça. Et un immense sourire se traça sur mes lèvres sans que je puisse le réprimer. Alors il y avait vraiment un moyen d’atteindre Ki Hyung ? De l’émouvoir un tant soit peu ? Bon, alors j’allais peut-être pouvoir réussir à faire quelque chose de cette tête de mule.
Il réussit finalement à la convaincre de garder l’argent, et quand elle partit, Ki Hyung lâcha soudainement ma main. Je ramenai ma main vers moi, un peu gênée de ne même pas avoir trouvé bizarre de tenir sa main… décidément j’avais trop pros l’habitude auparavant moi.

J’attrapai mon sac alors qu’il se levait, et je me levai à mon tour. Je relevai la tête vers Ki Hyung pour lui dire quelque chose, mais il me devança.

- «Au fait, te méprends pas, c’est juste une question de galanterie. Aussi agaçante que tu puisses être quand on est à l’école tu restes une femme et moi un homme »

Je ris doucement, oubliant déjà le léger trouble qui m’avait envahi quand il m’avait tenu la main. Le ton de sa voix me faisait toujours délirer, à croire qu’il n’arrivait même pas à reprendre le dessus sur lui-même, et je ne comprenais même pas pourquoi. Est-ce qu’il était à ce point déstabilisé par le monde différent qui l’entourait ?

« Et puis ça me fait plaisir, alors n’essaye même pas de discuter !»

Je hochai doucement la tête, souriant, et je lançai un petit « ok », il passa ensuite devant moi pour se diriger vers la sortie, contrairement à moi, il était encore tout gêné, et il était vraiment adorable comme ça. Je lui suivis et fis un signe à nai nai et aux enfants qui venaient d’arriver, puis je sortis sur le pas de la porte. Je soupirai silencieusement, perdant un peu ma bonne humeur. Sérieusement, quel temps pourri hein ! J’allai avoir les jambes trempées… j’allais être trempée de la tête au pied ! … … bon, au moins je ne portais pas un chemisier blanc, c’était déjà ça. Et puis d’ici une dizaine, on serait au chaud avec les enfants.

- « Allez, on y va… »

Je lui emboitai le pas, contente de ne pas avoir à le trainer à l’extérieur pour aller jusqu’au foyer. On commença à marcher d’un pas pressé en longeant le plus possible les bâtiments pour s’abriter un tant soit peu sous les auvents, et je dois dire que j’avais un peu envie de courir, mais avec ces talons, et avec la pluie, je ne pourrais pas courir très longtemps, déjà que j’avais peur de glissai connement sur les dalles…

Des fois je me foutrais des baffes sérieux ! Pour une fois, j’aurais pas pu regarder la météo hein !? Pff ! Enfin bon, maintenant on y pouvait plus rien.

Arrivés à la moitié du chemin, alors que l’averse redoublait d’ampleur, j’attrapai la main de Ki Hyung et levai les yeux vers lui.

« Bon, je sais pas toi mais j’ai envie de courir moi ! »

Et, sans lui demander son avis, évidemment, je me mis à courir aussi vite que je pouvais en l’entrainant par la main. Les premières secondes, j’eus un peu peur de le faire tomber, le sol était traitre et puis je n’étais pas du genre délicate, mais comme il semblait suivre, je ne m’inquiétai pas plus, mais je crus à plusieurs reprises que j’allais mourir asphyxiée tellement la pluie rendait ça difficile.

Comme je l’avais calculé, une dizaine de minutes après, je fis entrer Ki Hyung dans un bâtiment vieux et pas très bien entretenu. Je lâchai doucement sa main et m’avançais vers l’ascenseur - hors de question de prendre les escaliers après avoir courus comme une dératée -. Une fois devant les portes, je tournai la tête pour voir un miroir et je grimaçai. J’attrapai mes cheveux pour les essorai et essuyai mes joues, me félicitant de ne pas m’être beaucoup maquillée aujourd’hui. Et je me tournai vers Ki Hyung.

« C’est injuste… absolument injuste… pourquoi, même trempé de la tête au pied, tu as encore l’air d’un jeune premier de cinéma, alors que moi j’ai l’air d’avoir été ramassée dans un caniveau ? »

Je fis une petite moue et me retournai pour appuyer sur le bouton de l’ascenseur. C’est vrai quoi, même mouillé il était canon, c’était injuste. Je détachai mes cheveux et les laissai retomber sur mes épaules, c’était moins pire déjà.
Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent après quelques instants.

« Allez, viens, c’est au septième étage… »

Je m’appuyai contre la paroi du petit ascenseur et fermai les yeux en essayant de reprendre mon souffle, alors que j’entendais Ki Hyung entrer à son tour et les portes se refermèrent.

_________________


Dernière édition par Xue Feng Qian le Jeu 14 Juin - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 14 Juin - 13:58

La pluie faisait rage, mordante au possible. Malgré leurs efforts pour limiter les dégâts il n’avait pas fallu moins d’une minute pour que tous deux se retrouvent trempés jusqu’aux os.
Ki Hyung avait froid, vraiment très froid. Sur le grain de sa peau se dessinait les contours d’une chair de poule incontrôlable, et force était de constater qu’il devait serrer les dents pour ne pas que ses dernières claquent. Il avait hâte d’en finir, hâte de rentrer. Il s’imaginait déjà sous la chaleur du jet de sa douche, puis emmitouflé dans un peignoir tout chaud un tasse de café à portée de main.
Se laissant aller à rêver, il fut pourtant vite ramené à la réalité lorsque les intempéries redoublèrent.
Il se maudissait de ne pas avoir tenté de demander à Xue Feng que son chauffeur passe les prendre.
Pourtant, alors qu’il ruminait intérieurement, une douce surprise vint récompenser ses efforts.
En effet, Xue Feng venait de glisser sa main dans la sienne entremêlant leurs doigts tandis qu’elle lui proposait de se mettre à courir.

Bien qu’elle ne lui ait pas laissé l’occasion de répondre il ne pouvait qu’approuver l’initiative, et c’est ainsi qu’ils coururent comme des dératés à travers les petites ruelles main dans la main jusqu’à enfin se trouver dans le bâtiment voulu. L’endroit était sale et désert. Ça ne lui disait vraiment rien qui vaille. Essoufflé au possible par la course, il se passa un revers de main sur le front : sa tête lui faisait mal. Il ne manquait plus que ça.
Arrivés dans le hall en compagnie de Xue Feng, la jeune femme sursauta devant l’un des miroirs fixés au mur, tiquant devant l’étendue des dégâts causés par le temps. Elle essora longuement ses cheveux avant de se passer les mains sur les joues et de dire à l’adresse de Ki Hyung :

« C’est injuste… absolument injuste… pourquoi, même trempé de la tête au pied, tu as encore l’air d’un jeune premier de cinéma, alors que moi j’ai l’air d’avoir été ramassée dans un caniveau ? »

Sa remarque le fit rire. Il se regardait lui-même dans le miroir et ne trouvait pourtant pas son style bien brillant. Passant son bras autours des épaules de Xue Feng qui venait de libérer ses cheveux, il la força à se contempler tandis que sa main se posait sur le haut de sa tête.


- «T’es aveugle ou quoi ? Regarde-toi, t’as jamais été aussi sexy de toute ta vie comme ça. Mais c’est vrai que tu ne m’arrives toujours pas à la cheville. »

Il retira son bras en riant. Il la taquinait, mais il devait admettre que contrairement aux dires de la jeune femme, lui la trouvait vraiment « canon ». Sa chemise et son short collaient son corps révélant enfin ses formes les plus avantageuses à la vue de l’héritier. Ses cheveux trempés et désordonnés lui donnaient un air plus sexy que négligé, quant à sa peau immaculée, l’eau la rendait luisante. Mais tout ça, il se garda bien de lui dire. Les portes de l’ascenseur s’ouvrir enfin. Xue Feng lui précisa que l’endroit où ils allaient été au septième étage avant que tout deux ne s’engouffre dans la cabine.
En se refermant, les portes grincèrent avec un bruit de tous les diables, et il fallut patienter un peu plus que de raison pour que la machine se mette en marche. C’était déjà bien étonnant qu’il puisse y avoir un ascenseur dans un tel taudis, et il n’aurait pas préféré les escaliers de toute façon, de ce fait, Ki Hyung évita de faire une remarque concernant la petite taille de ce dernier.
Sur les petits boutons indiquant les étages, une lumière passa du 0 au 1, et continua comme ça jusqu’au 4.

La cabine avait grincé durant tout le long du court voyage, et alors que leur ascension se faisait vers le cinquième étage…


- « Haaaaa ! »

La cabine se stoppa net, faisant perdre l’équilibre à ses deux passagers devant la violence du choc. Pendant plusieurs longues secondes ils furent dans le noir le plus complet. La lumière revint enfin, mais l’ascenseur de repartait toujours pas. Alors que Xue Feng s’affairait déjà à appuyer sur le bouton alarme sans grand succès. KI Hyung soupira. Il ne manquait plus que ça à présent. Sa tête le lançait affreusement, il se sentait moite sans savoir si l’humidité de son corps venait de la pluie ou de la sueur, et voilà qu’à présent il se trouvait coincé dans une cabine d’ascenseur pas plus grande que des toilettes publiques, et où la lumière faisait des siennes par-dessus le marché !
Passant son bras par-dessous celui de Xue Feng par manque de place, il tenta le tout pour le tout en appuyant sur un second bouton d’alerte réservé à l’appel d’un technicien. Le micro ne se déclenchait même pas. Personne n’était relié à la cabine, ils étaient donc seuls sur ce coup.
Xue Feng s’énervait sur le micro, quémandant de toutes ses forces de l’aide au seul grésillement audible provenant des petits trous haut-parleurs.


- « Laisse tomber, vu l’état du bâtiment y’a peu de chance pour que l’ascenseur soit vraiment connecté à une compagnie de dépannage. On va devoir se sortir de là par nos propres moyens. »

Tirant son portable à la pointe de la technologie, Ki Hyung commença à composer le numéro des renseignements avant de venir coller le téléphone à son oreille. Pas de tonalité. Surpris, il ramena l’objet à ses yeux, et constata avec toute la peine du monde :

- « J’y crois pas… J’ai pas de réseau. Et toi ? » Même constat du côté de sa partenaire : l’orage ou le lieu lui-même coupait toute possibilité de communication extérieure.
Ils restèrent silencieux pendant un instant, ne sachant plus ni quoi dire, ni quoi faire. C’est alors que Ki Hyung brisa leur mutisme :


- « Bon, pousse toi un peu, je vais essayer de voir si y’a pas moyen de remonter. » Liant le geste à la parole, le jeune homme se servit de la petite taille de la cabine pour se hisser jusqu’au couvercle de cette dernière et l’enlever en le poussant d’une main. Une fois l’ascenseur découvert de son « toit », le bel héritier se dota de peu d’élan disponible et s’agrippa au bord de l’ouverture avant de se hisser hors de la cabine afin d’évaluer si oui ou non ils pourraient sortir par là. Après tout, l’ascenseur s’était arrêté presque au cinquième étage, il y avait donc une chance pour que la porte d’accès ne soit pas bien loin. Mais peine perdue, bien que l’ouverture tant convoitée soit à portée de vue, elle était encore trop loin pour espérer l’atteindre. Poussant un « putain » agacé tout en se frottant les cheveux, le leader du High Five sentit sa tête le tourner. Il ne redescendit pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 14 Juin - 15:20

Je crois que j’allais devoir prendre l’habitude d’ignorer la plupart de ses remarques. Il avait beau me taquiner et se moquer gentiment de moi… comment est-ce que je pouvais ne pas me sentir embarrassée par de telles paroles venant d’un mec aussi beau que lui hein ?
Mais bon, heureusement, les portes de l’ascenseur s’étaient aussitôt ouverte, me permettant de le fuir un petit peu… de façon minime puisque la cabine n’était pas vraiment spacieuse, mais je fus contente qu’il ne s’en plaigne pas, j’étais trop fatiguée pour le remettre à sa place, or il était hors de question que je le laisse se plaindre de quoi que ce soit.

Je m’appuyai complètement contre la paroi, fermant même les yeux, en me concentrant sur le mouvement de l’ascenseur. L’entendre grincer ne me gênait pas, je l’avais pris plus d’une fois sans aucun souci... enfin jusqu’à présent.

Brusquement, la cabine se stoppa et comme je rouvris les yeux je vis que nous étions dans le noir… et que j’étais à présent appuyée contre Ki Hyung. Je me redressai en tendant les mains vers le panneau de contrôle, et quand la lumière se ralluma j’appuyai sur le bouton de l’alarme pour faire venir quelqu’un, mais en vain, ça ne bronchait pas. Je soufflai, non mais c’était pas possible ! Bon j’étais pas claustrophobe mais j’appréciais pas de rester coincer dans les ascenseurs non plus !

Alors que Ki Hyung appuyait sur un second bouton, le micro lui offrit la même affectueuse réponse qu’à moi : rien. Il arrêta mais je pris le relai, il fallait bien que ça aboutisse quelque part non ?

- « Laisse tomber, vu l’état du bâtiment y’a peu de chance pour que l’ascenseur soit vraiment connecté à une compagnie de dépannage. On va devoir se sortir de là par nos propres moyens. »

Je soupirai doucement, j’étais bien obligée d’admettre qu’il avait raison. Mais c’était tellement inacceptable, des enfants vivaient dans ce bâtiment et ils prenaient souvent l’ascenseur, pas toujours accompagnés… si ça leur était arrivé hein ? Il n’y avait que moi que cette idée révoltait ?
Je tournai doucement la tête vers Ki Hyung qui avait tenté d’utiliser son portable, mais vu sa tête ça ne devait pas être concluant.

- « J’y crois pas… J’ai pas de réseau. Et toi ? »

Sans grand optimisme, je sortis mon portable de mon sac et regardai mais, évidemment, comme je m’y attendais, je ne captais pas non plus. Je secouai la tête, rangeai mon portable et m’appuyai de nouveau contre la paroi. Je laissai mon sac tomber sur le sol. Il était probablement inutile de crier pour attirer l’attention de personnes dans la cage d’escaliers, peu de personnes sortaient, surtout avec ce temps… et ils ne se rendraient sans doute pas compte que l’ascenseur ne fonctionnait pas, il n’y avait que sept étages, et l’ascenseur était long alors l’escalier n’était pas si terrible. Aaaah je me haïssais… pourquoi j’avais pas pris l’escalier comme d’habitude ? J’aurais pas pu me secouer un peu ? Pff…

- « Bon, pousse toi un peu, je vais essayer de voir si y’a pas moyen de remonter. »
« Eh ? »

Surprise, je le regardai ouvrir le haut de la cabine, avec une facilité déconcertante. C’était bien d’être grand quand même, non ? Il se hissa ensuite par la trappe pour sortir de la cabine. Ce mec ne cessait de m’épater… non seulement il n’avait pas fait de crise parce que nous étions coincés, ce que j’avais un peu redouter, je dois l’avouer, mais il était beaucoup plus agile que ce à quoi je m’attendais. Cela dit, il était musclé - et avec son débardeur blanc trempé qui lui collait à la peau je ne pouvais absolument le nier -, j’allais peut-être devoir oublier que jusqu’à présent je me plaisais à penser que ce n’était qu’un gosse de riche bon à rien.

Cependant, je me demandais ce qu’il pouvait faire à vouloir crapahuter là-haut ? Il pensait vraiment qu’on pouvait monter jusqu’au prochain étage ? Je savais même pas où on était d’ailleurs, et ça ne s’affichait plus sur les boutons. En même temps, ça ne m’avançait pas à grand-chose de savoir… je pouvais seulement espérer qu’on soit pas trop haut, au cas où l’ascenseur se décrocherait… non… mieux valait que j’arrête là mes divagations, sinon j’allais paniquer.

J’entendis Ki Hyung jurer, je compris donc que ça ne se passait pas comme il voulait. Je soufflai encore une fois, bon bah on allait rester coincer là alors finalement ? Je m’approchai de la trappe, mais il faisait sombre et je ne voyais pas grand chose. Je passai une main sur mon front avant de relever de nouveau les yeux.

« Ki Hyung » l’appelai-je doucement. « Tu devrais redescendre, je suis pas certaine que ce soit sûr de rester sur le toit d’un ascenseur... et fais attention en descendant, ce serait pas malin de glisser. »

Comme j’entendis le bruit de ses pas, je m’écartai, je n’avais pas très envie qu’il me tombe dessus en fait. Mais c’est vrai que c’était un peu dangereux de rester là-haut, ça devait être plein de câbles et tout… il devait y avoir des courants d’air en plus… … oui, j’avoue, je m’inquiétais un petit peu, mais c’était ma nature après tout !

Doucement, donc, je le vis redescendre par la trappe mais, sans trop savoir comment il se débrouilla, il dérapa et se rattrapa en s’appuyant contre la paroi… m’écrasant contre ladite paroi.

« Aoutch… je t’ai porté la poisse… »

Non, je n’y croyais pas réellement, mais là ça donnait un petit peu cette impression, non ? Je relevai doucement les yeux pour voir son visage, l’expression de son visage était différente, soucieuse, je fronçai les sourcils.

« Est-ce que ça va ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 14 Juin - 15:59

En entendant la voix de la jeune femme lui demander de revenir, Ki Hyung se passa une énième fois la main sur le visage. Ce dernier lui semblait aussi brûlant qu’une bouilloire en ébullition alors que le reste de son corps, lui, frissonnait. Dans sa tête il se supplia de ne pas tomber malade maintenant, ce n’était absolument ni le lieu ni le moment pour se montrer en état de faiblesse. Il avait froid et chaud en même temps, son corps tremblait et sa respiration se fit saccadée. Jurant un « putain » bien placé, il se passa les deux mains derrière la nuque avant de retourner dans l’antre de la machine.

Il redescendit donc tant bien mal auprès de Xue Feng. Cette dernière l’avait avertie de faire attention de ne pas glisser, mais comme si ses mots lui avaient jetés le mauvais œil, il glissa sur un pan de son pantalon trempé. En dérapant, il voulut se retenir au mur afin d’éviter de le prendre de plein fouet dans le visage. Coup de bol, il réussit son coup sans trop de mal. Par contre, ce qu’il ne vit pas tout de suite, c’est qu’alors que comme il le souhaitait, ses deux bras maintenaient son corps en s’appuyant sur la paroi de l’ascenseur, entre ces derniers se trouvait la silhouette magnifique de sa rivale coincée entre lui et le mur.

Leur position était telle qu’il pouvait sentir sa poitrine se soulever au rythme de sa respiration contre lui, mais déjà il n’en tenait plus compte. Ses yeux se brouillaient lentement. Se redressant quelque peu, il la regarda profondément pendant un long instant. Il avait mal, sa tête lui semblait peser deux fois son poids ordinaire. Elle lui demanda si ça allait. Il ne répondit pas. Non ça n’allait pas du tout. Il avait la nausée, et quoi que n’était pas médecin, il n’était pas assez naïf pour ignorer la poussée de fièvre qui l’engourdissait. Avec une lenteur infinie, incapable d’accomplir un autre geste, il vint poser sa tête sur l’épaule de Xue Feng, le regard clos et le corps agité de légers tremblements.


- « Désolé…. Juste un moment… S’il te plait… »

Sa tête à présent posée, il se sentait déjà moins lourd. L’odeur de la peau féminine sous lui le calmait. Il ne voulait même plus penser à sa fierté, à leur position habituelle au sein de l’école. A vrai dire tel qu’il se trouvait à présent, les termes Against et High Five ne voulait plus rien dire pour lui. Elle était là, elle était plus douce que ne le laissait présager ses actions scolaires, et lui n’avait qu’elle à présent. Elle posa soudain ses mains sur lui : il ne s’était pas rendu compte de la propre faiblesse de son corps. Il avait tangué dangereusement, et habilement rattrapé par Xue Feng pour ne pas tomber. Doucement, elle se laissa glisser contre le mur avec lui. Il n’avait pas encore rouvert les yeux, c’était encore trop pénible, mais il était encore assez conscient pour comprendre les choses. Après plusieurs longues secondes, il finit par rouvrir les yeux doucement.


- « Désolé… je crois que… » Sa tête le lança, il plaqua aussitôt sa main là d’où provenait la douleur, grimaçant avant de laisser retomber son bras. Il jeta son regard vers le toit. En vue de sa « glissade » il n’avait pas pris le temps de remettre le couvercle en place, et de ce fait, leur espace déjà bien clos s’en trouvait encore moins éclairé.
La respiration haletante, il passa la main sous son débardeur blanc trempé afin de décoller ce dernier de sa peau déjà bien assez gelée comme ça, délivrant à la vue de la jeune femme une vision des plus érotiques dont il n’avait pas même conscience. Il pensa à le retirer un moment le temps qu’il sèche mais Xue Feng était là, il en était hors de question. C’était bien assez de passer pour un bon à rien de fils à papa, pas besoin qu’elle le prenne en plus pour un pervers. Essayant de se calmer il sentit alors la main de la jeune femme sur lui. Il la regarda, sincèrement désolé, pour la toute première fois.

- « ça craint pour une première sortie, hein ? »

Il essaya de détendre l’atmosphère en tentant de la faire sourire. Elle semblait inquiète. Pour lui ? Oui, mais le leader du High Five se mordit discrètement la joue en se disant qu’elle aurait été dans cet état avec n’importe qui d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 14 Juin - 19:06

Je n’osais pas vraiment bouger, vu l’état dans lequel Ki Hyung était, j’avais un peu peur qu’il perde l’équilibre et qu’il tombe. Son regard commençait à se voiler, et ça ne m’aidait pas à me rassurer. Qu’est-ce qu’il avait tout à coup ? Il allait pourtant bien tout à l’heure… non ?

Doucement, il posa sa tête sur mon épaule et je sentis son souffle bouillant se faufiler dans mon cou, je me figeai.

- « Désolé… Juste un moment… S’il te plait… »

Je hochai doucement la tête alors que je le sentais trembler. Il n’y avait pas que son souffle qui était brûlant, son front l’était tout autant, et il tremblait comme s’il faisait extrêmement froid… moi-même, je commençais à avoir chaud avec son corps pressé contre le mien, pourtant mes vêtements étaient mouillés et froids. Je tournai la tête vers les portes de l’ascenseur, il fallait que ça se remette en marche… s’il se sentait mal, on n’allait pas pouvoir tenir comme ça bien longtemps… pas lui, en tout cas.

Je sentis son corps s’écarter de moi, instinctivement je passai mes bras autour de lui pour le rattraper, et il sembla juste se rendre compte de ce qui avait failli lui arriver. Je décidai alors qu’il n’était pas très prudent de rester comme ça, je n’aurais pas la force de le retenir s’il tombait vraiment, je me laissai donc glisser jusqu’au sol, l’entrainant avec moi.
Je calai ma tête contre la sienne en soupirant. Je devais essayer de trouver une solution… malheureusement nous étions vraiment limités là. Si seulement je pouvais être sûre que le son de ma voix se porterait jusqu’à l’extérieur et que quelqu’un m’entendrait, je n’hésiterais pas, mais vu l’état de Ki Hyung, je préférais ne pas crier en vain à côté de lui.

- « Désolé… je crois que… »

Il bougea finalement, monta une main à sa tête avant de relaisser son bras. J’avais raison de penser qu’il devait avoir bien mal à la tête, mais s’il avait autant de fièvre que je le pensais ça n’allait pas s’arrêter de sitôt. Comme il leva la tête vers le plafond encore ouvert, je posai ma tête contre la paroi en continuant de réfléchir. Mais je n’arrêtais pas de m’inquiéter pour lui, s’il était assez malade pour ne pas avoir l’énergie de se plaindre, c’est qu’il devait y avoir de quoi se faire du souci, non ? Je rebaissai les yeux vers lui et le vis agiter son débardeur, me donnant une vue magnifique sur son torse. Non, là je ne pouvais absolument plus me dire qu’il ne faisait rien si ce n’était attendre qu’on le serve… ah mais comment est-ce qu’il pouvait être aussi sexy ? Ça devrait être un crime… Quoi, je n’allais pas le nier, je n’étais qu’une femme après tout…
Il devait vraiment avoir chaud tout de même, doucement je glissai un bras autour de son cou et je posai ma main sur son front, repoussant ses cheveux qui lui collaient à la peau. J’avais toujours les mains un peu froides, j’espérais que ça le soulagerait un petit peu.

- « Ça craint pour une première sortie, hein ? »

Je haussai doucement les sourcils et laissai finalement un petit sourire prendre place sur mes lèvres. Je secouai la tête en levant les yeux au ciel, rentrant dans son jeu.

« Ça tu l’as dit… mon pauvre petit bichon qui tombe malade à cause d’une petite averse… »

Je caressai doucement son front et glissai ensuite ma main jusque sur sa joue, avant toute chose, il fallait que j’arrive à le rafraichir un peu, mais je n’avais rien sous la main. Posant mon regard sur mon chemisier détrempé, une idée me vint, et je me mis à rougir brusquement. Je n’avais que ça de froid et de mouillé sous la main… je soupirai doucement et, de ma main libre, je commençai à déboutonner mon vêtement.

« Ferme les yeux s’il te plait » murmurai-je, embarrassée. « Je sais pas pour combien de temps on est là, alors faut essayer de faire baisser la fièvre. »

Une fois que j’eus défait tous les boutons, j’attrapai l’un des deux pans et le remontai jusque sur son front. J’espérais qu’il m’avait écouté et qu’il avait fermé les yeux, je ne portais qu’un soutien-gorge sous mon chemisier… et encore une fois je me maudis d’avoir aussi mal choisi mes vêtements.

« C’est assez gênant comme ça, alors ne fais aucune remarque, tu veux ? »

Maintenant j’espérais un peu moins que quelqu’un arrive, j’aurais l’air de quoi moi, là, en soutien-gorge et avec Ki Hyung appuyé sur mon épaule, le chemisier sur son front. Je glissai doucement ma main qui caressait sa joue le long de son bras et la posai sur sa main.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 14 Juin - 21:09

« Pauvre petit bichon » ? Sérieusement ? Ki Hyung soupira, plus las que jamais, faisant bien comprendre de son seul regard noir ce qu’il pensait de ce genre de traitement. Non mais oh ! Il était Ki Hyung Kim quand même !
La présence de la main de Xue Feng sur son visage lui était salvatrice. Sa paume était fraiche et douce, il s’en délectait complètement, c’était vraiment agréable. Malheureusement, très vite, chauffée par son visage fiévreux, la main de la jeune femme perdit de sa fraicheur. Les yeux à semi-ouverts, il tenta de calmer sa respiration saccadée. Comme elle l’avait prédit, il resterait probablement un bon bout de temps ici. Il devait absolument faire en sorte d’aller mieux.

Soudain, Xue Feng se mit à rougir. Il prit peur, espérant qu’il n’allait pas lui arriver la même chose qu’à lui car dans telle situation, il ne pourrait pratiquement rien pour elle. Mais elle n’était pas malade le moins du monde. Pour toute réponse, elle lui demanda de fermer les yeux. Il la regarda étonné avant de se plier à ses ordres. Il la sentit se mouvoir contre lui d’une façon qu’il connaissait trop bien pour ne pas la deviner. Elle était vraiment en train de faire « ça » ? Bien qu’il n’ait pas ouvert les yeux, il sentit son visage le brûler plus encore tandis que la sensation du tissu trempé sur son visage vint répondre à sa question.
Il n’y croyait pas, elle l’avait vraiment fait. L’imposante Xue Feng, leader des Against se trouvait là contre lui la poitrine découverte dans le seul but de faire baisser sa fièvre. C’était tout bonnement hallucinant pour ne pas dire complètement fou. En même temps, ce qui était encore plus dingue c’était bien sûr d’imaginer à ce tableau le royal Ki Hyung complètement anéantis par une grosse averse et blottis au creux des bras de cette dernière.

Il ne voyait rien, mais très vite, son imagination se mettant en route, il sentit le désir monter en lui. Dans un sens, ça le rassura : aussi malade qu’il puisse être, il était encore « prêt à l’action »… Il se blasa lui-même d’une telle pensée. Non mais vraiment il fallait bien qu’il soit sonné pour penser à un truc pareil ! C’était quand même Xue Feng ! Et aussi belle qu’il puisse la trouver, elle était son ennemie naturelle, celle dont il n’avait cessé de parler pendant plus d’un an. Celle pour qui il passait des nuits à se torturer les méninges, c’était vraiment pas croyable de retourner sa veste si facilement ! Bon d’accord, il n’était jamais qu’un homme comme les autres, mais là ça dépassait l’entendement.
Combattant sa propre immaturité, le leader du High Five entendit soudain la voix de Xue Feng plus douce que jamais lui dire :

« C’est assez gênant comme ça, alors ne fais aucune remarque, tu veux ? »

Ce qu’il pouvait être con… Voilà tout ce qui lui vint en tête alors. Elle était prête à aller jusque-là pour lui, pour lui apporter un tant soit peu de réconfort, et tout ce dont il était capable en retour c’était de fantasmer sur ce que ces yeux ne voyaient pas. Il se gifla intérieurement, se traitant de pervers et de mec pitoyable. Il jouait les mecs galants au restaurant mais lorsqu’il s’agissait de vraiment agir en gentleman il ne valait pas un clou.

Bien décidé à se reprendre, les yeux fermement plissés, il se redressa tant bien que mal.


- « Rhabille-toi s’il te plait… Tu n’as pas à faire ça pour moi. »

N’étant plus collé à elle, il ne savait pas si oui ou non elle l’avait écouté. A présent occupé à se défaire de ses propres vêtements, Ki Hyung se débarrassa du veston, puis du débardeur blanc qui couvrait le haut de son corps. A présent torse nu, il la prévint :

- « Je vais ouvrir les yeux… »

Se reculant, il reprit sa place bien plus confortable au creux des bras de Xue Feng. Cette dernière avait remis sa chemise mais n’avait pas eu le temps de la reboutonner entièrement. S’il ne vit son sous-vêtement, il eut pourtant la chance d’apercevoir la gorge de la jeune femme, et pour la première fois, cet infime détail suffit à le satisfaire. Son haut prit place sur son front. Il soupira de bien-être. Un silence apaisant s’était installé entre eux : bien que Ki Hyung n’en menait toujours pas large il se sentait déjà mieux que lorsqu’il crapahutait au-dessus de la cabine. De ce fait, il voulut briser leur quiétude. Seulement la faiblesse de son corps mettait les choses sans dessus, et sa voix fatiguée avait à présent des intonations plus suaves que jamais, alors que son souffle chaud dans la parole venait directement caressait la peau de Xue Feng


- « Xue Feng… Ce que tu as fait tout à l’heure pour moi… vraiment… merci. »

Leurs mains étaient assez proches l’une de l’autre. Il en profita donc pour prendre cette dernière au creux de la sienne. Avec douceur il la souleva, y posa un rapide baiser, puis vint la poser sur sa nuque brûlante. Il en frissonna de béatitude.


- « ça fait du bien ».


Il ouvrit enfin les yeux. Leurs regards se croisèrent alors, plus profondément que jamais. En son for intérieur, il se rappela alors de toutes les heures qu’il avait perdu à penser à elle en la maudissant. Elle si belle, et si attentionné. Il se sentait vraiment méprisable à travers ses yeux, et une seconde plus tard, un léger sourire vint orner son visage. Contre elle, il avait perdu sur toute la ligne. Alors qu'il se fondait dans ses yeux il comprit qu'il venait à la fois de perdre son pari, et sa haine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Jeu 14 Juin - 23:02

Malgré la chaleur fiévreuse que dégageait Ki Hyung, je sentais quelques frissons me traverser, il faut dire que la paroi de la cabine était un peu froide contre mon dos, mais je faisais abstraction, je n’étais pas la plus à plaindre tout de même. Je continuais de caresser doucement le front de Ki Hyung avec le tissu froid de mon chemisier, en espérant que ça réussissait à le soulager un petit peu… enfin, cela ne dura que jusqu’à ce qu’il se redresse et s’écarte de moi, gardant néanmoins les yeux fermés.

- « Rhabille-toi s’il te plait… Tu n’as pas à faire ça pour moi. »

De nouveau, je me sentis rougir, mais je récupérai mon chemisier pour l’enfiler et je commençai doucement à rattacher les boutons. Il m’avait surprise à dire ça tout à coup, même si ça me soulageait un petit peu de n’être plus ainsi découverte tout contre lui. Du coin de l’œil, je le vis enlever sa veste puis son débardeur, mais je me reconcentrai vite sur mon chemisier. Évidemment, si ce n’était pas mon vêtement qui le rafraichirait, alors ce serait le sien…
Après un instant, il brisa de nouveau le silence.

- « Je vais ouvrir les yeux… »

Un petit sourire m’échappa, on pouvait dire ce qu’on voulait, Ki Hyung était quand même un gentleman quand il le voulait, même malade. Alors qu’il se calait de nouveau contre moi, je laissai en paix les derniers boutons de mon chemisier. J’attrapai son débardeur, le pliai quelque peu, et je le posai sur son front. Il soupira doucement contre ma peau, ne manquant pas de me faire frissonner une nouvelle fois. Il était las, je le sentais, et il se reposait complètement sur moi.

- « Xue Feng… Ce que tu as fait tout à l’heure pour moi… vraiment… merci. »

Comme s'il avait besoin de me remercier... cela dit j'aurais préféré qu'il n'en reparle pas, enfin heureusement il ne m'avait pas regardé, ça aurait été encore plus embarrassant.
Avant que je dise quoi que ce soit, il attrapa ma main qui était contre la sienne, je baissai les yeux pour le regarder faire, et il monta ma main à ses lèvres pour y déposer un baiser. Mon cœur fit un violent dératé, ses lèvres étaient brûlantes, douces… non, j’en revenais pas qu’un baiser sur ma main puisse me troubler à ce point-là…
Doucement, il glissa ma main jusqu’à sa nuque et je le sentis frissonner, ma main devait toujours aussi froide.

- « Ça fait du bien ».

Mes doigts commencèrent machinalement à caresser ses cheveux, Ki Hyung rouvrit les yeux et ils rencontrèrent aussitôt les miens. De nouveau, mon cœur se mit à battre plus fort, je serrai doucement ma main libre, essayant de me reprendre. Pourquoi est-ce que je n’arrivais pas à me défaire de ces yeux ? Ces yeux que j’avais tant de fois affronté à l’université. Ces yeux qui me regardaient toujours de haut. Ces yeux qui s’étaient moqués de moi tant de fois.

« Contente de te soulager un peu » soufflai-je tout doucement.

Je tentais de me reprendre mais c’était impossible à cet instant. Pourquoi est-ce que son regard était si différent ? Pourquoi, pour une fois que je ne voulais pas l’affronter, je n’arrivais plus à m’en défaire. C’était Ki Hyung ! Mon rival ! Mon ennemi ! Durant un an, aucun de nous n’avait lâché notre guerre, et là… dans cet ascenseur… pourquoi est-ce que j’avais l’impression que tout le reste avait disparu ?
Je détestais ça… je n’arrivais même pas à me sentir coupable de ce que je ressentais, là, maintenant. J’étais juste… irrésistiblement, irrémédiablement attirée par lui…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Ven 15 Juin - 0:21

Leurs visages plus proches que jamais, elle s’était contentée de lui souffler un court « contente de te soulager un peu ». La façon dont elle le fixait, la façon dont lui, la contemplait. Il ne tenait plus, elle lui coupait le souffle. C’était complètement hors de la réalité ce sentiment : il n’avait cessé de la haïr, de vouloir sa perte, et à présent, la seule chose qu’il désirait se résumait en un mot. Elle. Elle et sa douceur qui ne connaissait pas de limite. Elle et ses remarques piquantes. Elle et ses sourires qu’elle ne cachait pas. Cette fois, dans tout son corps, ce qui lui faisait le plus mal ce n’était plus sa tête, mais son ventre qui se tordait de désir.

Il tentait de se contenir. C’était Xue Feng, la garce qui l’empêchait de faire virer tous ces bons à rien de boursiers. La femme qui avait acquis la fortune par alliance mais se permettait de se dresser devant lui. La femme qui lui avait renversé une carafe d’eau sur le corps devant toute l’université. La seule à l’avoir jamais vraiment défié. Mais non, il n’y avait rien à faire. Cette Xue Feng là il n’arrivait plus à la voir. Il ne voyait plus que la femme prête à se dévêtir pour qu’il aille mieux, celle qui lui avait fait découvrir une grand-mère aimante et généreuse, celle qui souriait et parlait avec lui sur un pied d’égalité. Il regretta de ne pas avoir connu cette facette d’elle avant. Il se sentit con.
Tout ce temps passé à la haïr, toutes ces nuits où elle avait perturbé son sommeil, tout ça s’envolait doucement, chassé par la vision parfaite qu’il avait d’elle à présent.

Il redressa son dos, de façon à se tenir haut dessus d’elle et non plus la tête contre son épaule. Il n’était plus question de rester en position de faiblesse devant elle, il avait été bien assez pitoyable jusque-là. La jeune femme avait le visage rougit, et respirait avec moins d’aisance. Ce détail fit naitre sur son visage un léger sourire d’excitation. Il ne réalisait même plus la situation. Il avançait vers elle genoux au sol, la faisant reculer jusqu’à ce qu’elle fut dos à la paroi de la cabine. Il la toisait d’un regard de prédateur, une lueur brillante teintait ses yeux, tandis qu’il se courbait vers elle. Il vint appuyer sa main gauche contre la paroi de la cabine tandis que la seconde vint se poser sur la hanche de Xue Feng. Elle était bloquée, sa silhouette assise entourée par les jambes de Ki Hyung. Ainsi placée, et complètement à sa merci, il ne pouvait plus revenir en arrière. Il n’en avait même pas envie. Il la désirait trop et beaucoup trop fort. Se penchant toujours plus vers elle, il l’entendit murmurer dans un souffle

- « Qu’est-ce que tu fais ?... »

Ce qu’il faisait ? C’était évident pourtant. Et Dieu seul savait combien, si elle ne l’avait pas voulu aussi, elle aurait pu lui faire mal. Il la connaissait déjà trop bien pour savoir qu’elle ne se laissait par faire, pourtant, à l’heure actuelle, elle n’opposait aucune résistance et ce constat donnait le coup de pied qu’il fallait à son assurance. Se penchant toujours plus vers elle, il sentit son souffle se mêler au sien, et sans plus de détour lui murmura un court
« pardonne-moi… » avant de venir poser ses lèvres sur les siennes avec une douceur frôlant la démesure. D’abord prudent, les mains de Xue Feng dans son dos, l’attirant plus à elle, vinrent lui confirmer qu’il n’agissait pas contre sa volonté. De ce fait, la main qui était posée contre le mur vint se loger dans la chevelure de la jeune femme. Il adorait ça, ce baiser au goût de démence. Ça ne leur ressemblait pas, ni à elle, ni à lui, et pourtant, il n’avait jamais été autant transporté que du bout de ses lèvres.
Lentement, elle laissa la langue du High Five caresser la sienne, alors que leurs mains se perdaient sur le corps de l’autre. Celle de Ki Hyung ne pouvait déjà plus se passer de sa nuque et de sa taille, tandis que la jeune femme laissait les traces de leur impulsivité du bout des ongles dans son dos musclé.

Depuis les yeux de Ki Hyung, la fièvre donnait un côté irréel à la scène. C’était trop bon, il ne pouvait pas y croire. Délaissant sa bouche afin qu’elle reprenne son souffle, il glissa ses lèvres sur le lobe de son oreille avant de picorer sa nuque de tendre baisers. Elle sentait tellement bon, elle lui faisait perdre le contrôle. Une main posée sur sa joue, il caressa cette dernière de son pouce tandis que ses lèvres achevaient le dessin d’un suçon sur la peau immaculée de Xue Feng. Il revint alors à sa bouche, à son corps. Si n’avait tenu qu’à lui, il l’aurait découverte toute entière. Mais elle était devenue trop précieuse et trop rare pour qu’il se permette d’aller plus loin. Malgré le feu qui lui rongeait le bas ventre, il finit par mettre fin à leur étreinte. Il haletait péniblement, des gouttes de sueur perlant sur tout son corps, tremblait, frissonnait. Afin de ne pas chanceler il passa chacun de ses bras sur les épaules de Xue feng, et lia ses mains pour l’encadrer complètement. Son regard trahissait l’état de son envie, pourtant il n’alla pas plus loin, se contentant de la regarder troublé, et surtout enchanté par cette partie d’elle qu’elle venait de lui offrir.

Il détacha l’un de ses bras pour venir caresser avec une infinie douceur son visage. Pour la première fois de sa vie, il était incapable de trouver les mots convenables à la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Ven 15 Juin - 10:53

Dans le feu de son regard, je discernais une lueur carnassière et déterminée qui m’attirait autant qu’elle m’inquiétait. Alors Ki Hyung se redressa, retrouvant son ascendant sur moi, je laissai retomber mes mains sur le sol et tentai de garder une respiration normale, mais je sentais mes joues s’enflammer de ce désir que je tenais à refouler. Il voulut se rapprocher de moi, mais je reculai, me glissant en arrière jusqu’à ce que mon dos se retrouve bloqué contre une autre paroi, ou plutôt le coin de la cabine, et nos regards ne se lâchaient toujours pas. Ce n’était même pas une question de fierté, moi qui avais pourtant pour habitude de ne jamais baisser le regard devant qui que ce soit, peut-être juste la crainte que quelque chose se casse si je lâchais ce regard maintenant… l’intensité de ce moment… ou bien ma conscience qui m’aidait à garder un semblant de distance entre lui et moi.
Lentement, je sentis l’une de ses mains glisser sur ma taille alors que l’autre se posait sur le métal de la paroi, à côté de ma tête, me donnant l’étrange et étrangement agréable impression d’être piégée.
Lorsqu’il se pencha sur moi, réduisant la distance encore salvatrice qui nous séparait, rapprochant son magnifique visage du mien, me faisant déjà perdre pieds, je ne pus m’empêcher d’échapper un léger :

« Qu’est-ce que tu fais ?... »

C’était ma dernière tentative, la seule dont j’étais capable pour essayer de rester raisonnable malgré mes envies. J’avais espéré que cette simple petite question lui ferait réaliser ce que nous étions l’un pour l’autre, et ce que nous étions sur le point de faire. Mais ça ne l’arrêta pas, et j’avais peut-être été naïve de penser qu’il avait plus de retenue que moi qui n’attendais plus qu’un geste de lui pour me jeter dans ses bras.

« Pardonne-moi… »

Avec une douceur que je ne lui aurais pas soupçonnée, il posa ses lèvres brûlantes sur les miennes, m’embrasant tendrement. Je n’attendis pas plus pour passer mes bras dans son dos, l’attirant un peu plus contre moi, désirant sentir son torse contre ma poitrine et l’empêcher de s’éloigner de moi. Il glissa une main dans mes cheveux, et, un peu plus encore, je me sentais comme un pion volontaire, me laissant avec plaisir manipuler par la puissance de son arrogance et le tourbillon d’émotion qui me bouleversait. Je n’arrivais même plus à savoir si, ne serait-ce qu’une seconde, j’avais désiré lui résister…

Parce qu’il n’y avait soudain plus que lui et moi, nous nous laissions aller, nos bouches se dévorant l’une l’autre alors que le baiser s’intensifiait, je laissai sa langue se glisser jusqu’à la mienne, m’arrachant un soupir alors que je me pressais contre lui, mes mains se crispant contre sa peau. Qu’essayais-je de faire ? De perdre la tête complètement ? A moins que ce ne fut déjà fait…
Il quitta finalement ma bouche et je sentis ses lèvres glisser jusqu’à mon oreille, puis dans mon cou tandis que je subissais les frissons qui me parcouraient. Sa main redescendit sur ma joue, caressant ma peau avec douceur. Comment pouvait-il être ainsi ? Comment avais-je pu me tromper sur lui ? Comment pouvais-je faire volte-face aussi facilement ?
Ses lèvres me faisaient perdre le contrôle de mon corps comme de mon esprit, je sentais que je tremblais sous lui… et alors qu’il suçotait ma peau, je n’eus même pas la volonté de protester, le laissant apposer cette marque sur moi, marque qui m’empêcherait d’oublier une fois que nous serions séparés.
Puis de nouveau, il revint prendre mes lèvres quelques courts instants avant de s’écarter finalement de moi. Je laissai doucement retomber mes bras sur mes jambes, essayant une bonne fois pour toute de me reprendre, et de me remettre du vide brusque qui s’était logé contre moi là où Ki Hyung m’avait étreint. Je reposai ma tête contre la paroi et le regardai de nouveau. Son état ne s’était pas arrangé, mais je m’exhortai à ignorer que ses tremblements et la chaleur encore plus intense de son corps n’étaient pas seulement dus à sa fièvre.
Il s’appuya de nouveau sur moi, posa ses bras sur mes épaules, m’emprisonna une fois encore entre ses bras. Je m’empêchai de le toucher, de peur de faiblir encore une fois… je n’étais qu’à un doigt de lâcher prise… quand il me regardait ainsi, j’avais envie de m’abandonner à la déraison.

M’ôtant à mes pensées, il reposa une main sur ma joue et je me sentis soudain extrêmement mal, sa caresse me rappelant une douceur beaucoup trop familière. Mon cœur se serra brusquement et je baissai les yeux. Mon esprit venait de trouver l’unique moyen de me raccrocher à la réalité : mon meilleur ami. Je ne pouvais pas me laisser divaguer ainsi, je l’aimais. Ce n’était pas bien. Pour lui, je ne pouvais pas lui faire ça. Mais pourquoi mon cœur me faisait si mal ? Je savais que ce n’était pas seulement la culpabilité qui commençait à me ronger…

Je posai doucement ma main sur celle de Ki Hyung pour l’enlever de ma joue.

« Ki Hyung… je ne peux pas… »

Je me mordis la lèvre pour m’empêcher de souffler un ‘désolée’. Ce n’était qu’un baiser après tout, ce n’était pas comme si c’était particulier pour lui. Je ne relevai néanmoins pas les yeux vers lui, de crainte de succomber.

« J’ai un petit-ami… »

Et ça me paraissait tellement étrange de le lui dire à lui. Mes yeux se posèrent sur nos mains qui étaient toujours l’une contre l’autre, un peu à contrecœur je le lâchai. Je me sentais honteuse de ressentir tout ça, c’était idiot, quelle idée de me laisser charmer par mon ennemi, qu’est-ce qui n’allait pas chez moi?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite
Ven 15 Juin - 20:59

Alors qu’il attendait d’elle qu’elle le rassure sur ce qui venait de se passer, la jeune femme se contenta d’ôter sa main de son visage, avant de lui dire sur un ton désolé qu’elle ne pouvait pas faire ça. Elle ne pouvait pas ? Non mais c’était du délire total là ! Ne venait-elle pas de répondre à son étreinte ? Ne l’avait-elle pas embrassé avec autant de passion que lui ne l’avait fait ?
Certains qu’elle tentait simplement de se défiler en réalisant ce qu’il venait d’arriver, Ki Hyung vint déposer à nouveau ses lèvres sur les siennes afin de lui faire comprendre que son excuse à deux balles ne lui suffirait pas.
Elle tourna presque aussitôt la tête, rejetant cette fois le baiser du High Five, mais n’osa pourtant pas le regarder dans les yeux lorsqu’elle lui avoua :

« J’ai un petit-ami… »

Le dernier contact entre eux était leurs mains qui se touchaient toujours. Cela aussi, elle le rompit. De la même façon qu’elle rompit net la passion qui venait de l’enflammer.
Baissant la tête de façon à ce que son regard soit caché par sa chevelure, il esquissa un sourire crispé, incapable de prononcer autre chose qu’un bref :


- « Je vois… »

Ça y’est. Elle avait réussi un coup de maître : l’humilier. L’humilier encore plus profondément que le jour où elle avait renversé le contenu d’une carafe sur lui devant toute la fac réunie. Et lui, il s’était fait avoir comme le premier des débutants. Comment avait-il pu croire une seule seconde qu’elle pouvait être si différente ? Comment avait-il pu se laisser prendre au piège de ses sourires et de ses faux airs de bonne citoyenne qui malgré sa fortune mange dans des restaurants de quartiers et fait du bénévolat. Elle avait forcément tout planifié d’avance. Peut-être pas le coup de la panne, il ne fallait pas pousser, mais il était à présent certains que tout ce qu’ils venaient de vivre n’était qu’une mise en scène pour le rabaisser. Que comptait-elle faire après ? Raconter leur journée à tout Jing Ying pour qu’il perde sa crédibilité ?

Il rit à nouveau d’une façon qui faisait plus penser à un grincement de dents qu’à autre chose tandis que dans le même temps se poings se serraient à lui en faire mal.
C’était donc ça… Elle ne voulait certainement pas s’embêter avec lui pendant trois mois et du coup avait décidé d’aller au plus vite. Leur arrangement ne valait peut-être rien pour elle, elle n’y avait certainement vu qu’une bien belle façon de l’avoir, de le piéger. Et c’était un coup de maître, non pas par l’idée, mais parce qu’il avait eu la naïveté de croire en tous ses gestes. Il se releva difficilement, remettant ses vêtements encore humides, et dès lors se refusa à se rassoir. Adossé à la paroi de l’ascenseur, une main dans une poche et l’autre se tenant fermement à la barre d’appui, il laissa peser le silence. Ça le bouffait complètement, il n’arrivait pas à y croire. D’ailleurs qu’avait-il bien pu croire durant tout ce temps ? Aussi énervé qu’il n’était profondément déçu, il ne put retenir une larme qui vint s’écraser sur le sol de l’ascenseur au moment même où il reniflait. Il sentit le regard de la jeune femme sur lui et porta son poing à sa bouche en faisant mine de tousser. Il était pitoyable, mais était pire que lui. Oui, il ne pensait plus qu’à ça. Elle était pire que lui. Encore plus indémontable. Encore plus sournoise. Elle l’avait fasciné et il en payait bien cher les conséquences.

Xue Feng se releva et ouvrit la bouche. Non, c’en était assez. Il s’était bien assez fait avoir pour aujourd’hui. Avant même qu’elle ait pu dire quoi que ce soit, il la stoppa d’un ton sec et arrogant, bien décidé à redevenir le Ki Hyung qu’elle haïssait :


- « Ne me parle pas. »

Tournant la tête dans un coin pour ne plus la voir, il se sentit plus fatigué que jamais. Toutes les minutes il se mit à consulter son portable pour y trouver une barre de réseau. Rien. Toujours rien. A ce rythme-là, ils allaient bien finir par y passer la nuit.
Pourtant, quarante-cinq minutes plus tard, la machine se remit à vibrer avant de descendre très doucement vers le rez-de-chaussée. Surpris par la remise en marche, il tourna enfin la tête croisant la mine dépitée de Xue Feng. Un instant il se mordit la joue, peut-être avait-il tiré ses propres conclusions un peu trop vite, sinon pourquoi aurait-elle une telle expression ?
Non ! Il était hors de question de se faire avoir une fois de plus. Lorsqu’enfin la cabine atteignit le sol, et que les portes s’ouvrirent, il se faufila entre elles avant de se mettre à courir comme un dératé sans aucun merci au technicien, et encore moins avec un au revoir à l’adresse de Xue Feng.

Il la détestait ! Non, pire, il la haïssait ! Cette fille était tout simplement détestable ! Il n’existait pas pire qu’elle au monde, il en était à présent certains. Elle avait été jusqu’à se montrer la femme la plus adorable du monde pour ensuite lui faire ÇA ! Il ne le lui pardonnerait pas, il se le jura.
Dehors il pleuvait encore, mais il n’en avait plus rien à faire. Se planquant sous le store d’une boutique, il appela son chauffeur. Il n’avait plus qu’une envie : rentrer et oublier tout ce qui venait de se passer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message Sujet : Re: Menu discount et Leçon de conduite

Revenir en haut Aller en bas
 

Menu discount et Leçon de conduite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Divers] Menu transcendant et prêche
» TRAITE de BONNE CONDUITE de la Guerre
» Un menu Best Of Big Mac please. Le 17/02 vers 02h18
» Menu de lundi soir
» "L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle." (Philippe d'Arty)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:



Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jīng Yīng Academy ::  :: Nanjing Road :: Restaurants-