/!\ forum interdit aux moins de 16 ans /!\

 

Partagez | 
 

 Pretty woman, the kind I like to meet ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mar 17 Juil - 22:41


Xue Feng Qian & Ki Hyung Kim

Dortoirs de Jing Ying puis Boutiques de Nanjing Road ; 30 Octobre 2011

Lorsqu’il se réveilla ce matin-là, Ki Hyung n’en avait pas cru ses yeux. Il était là, près de Xue Feng, dans cette chambre qu’elle avait si longtemps partagée avec Zhen Juan. Il était là, près d’elle, le plus simplement du monde. Alors que la jeune femme dormait encore, il se délecta de la vision qu’elle lui offrait de sa silhouette endormie en se rappelant avec un sourire en coin qu’il n’y avait pas si longtemps, il la haïssait.
Soudain, il fut tiré de sa rêverie par la sonnerie de son portable. Pensant d’abord l’avoir laissé dans sa poche il se tortilla pour tenter d’attraper le petit objet avant de réaliser la tête encore ensommeillée que son portable se trouvait dans sa veste restée posée sur le bureau.
Se maudissant du peu de délicatesse qu’il mettait dans ses gestes et du bruit de la sonnerie qui allait certainement réveiller Xue Feng, il vint trouver son téléphone qui au même moment marqua l’appel manqué. Il pesta intérieurement : quel genre de cinglé pouvait bien l’appeler à 8h du matin ?!

Le numéro n’était pas répertorié dans son téléphone. Bon au moins ce n’était pas un appel masqué, il pourrait le rappeler, mais au même moment, une petite enveloppe vint s’afficher sur l’écran, signe que son correspondant avait laissé un message vocal. Il s’empressa de l’écouter et resta sidéré : il s’agissait de son professeur d’anglais. Ce dernier venait de tenter de le contacter afin de lui fixer un rendez-vous afin de lui parler du cours qu’il avait loupé la veille. C’était du délire ! Depuis quand les professeurs de cette foutue école se permettait un tel comportement envers lui ? Et si tôt le matin, un samedi qui plus est ! Ki Hyung fulminait. Il n’avait vraiment pas que ça à faire !

Énervé au possible il coupa son portable. Non, il n’irait pas ! Et puis quoi encore ? Bien décidé à ignorer cette affaire il retourna auprès de Xue Feng. Malheureusement pour lui, à peine eut-il regagné les draps et passé son bras autour de la jeune femme qu’il croisa les yeux grands ouverts et interrogateurs de cette dernière.
La vue de son ancienne ennemie les yeux encore ensommeillés, le visage pourvu de mèches de cheveux rebelles le fit frissonner. Ça en devenait presque ridicule cet effet qu’elle lui faisait sans avoir besoin d’esquisser le moindre geste, et pourtant il ne pouvait aller à son encontre.
Lui tendant son sourire le plus tendre, il laissa sa colère de l’appel s’évanouir pour venir remettre doucement en place ses cheveux.


- «Désolé de t’avoir réveillé. »

Elle ne réagit pas. Il ne sut si la jeune femme avait du mal à immerger ou si elle était tout simplement troublée par sa présence en vue de sa réaction actuelle. Doucement elle se frotta les yeux, faisant l’effet le plus adorable sur celui qui l’avait accompagnée la nuit dernière.
Peu désireux de l’ennuyer de si bon matin, il se leva du lit, plus énergique que jamais. Il n’avait pas beaucoup dormit la veille, mais la seule présence de la jeune femme le transformait en véritable pile électrique. sur le ton le plus joyeux qu’elle lui ait connu , il lui lança :


- « Je retourne à ma chambre pour me changer. Prend ton temps pour te préparer, je t’y attendrai. A tout à l’heure ».

Sans plus rien ajouter il claqua la porte, oubliant à la fois sa chemise et sa veste tant il était déjà pressé de la retrouver. Pas une seconde il n’avait pensé qu’elle avait pu oublier la promesse qu’elle lui avait faite : en effet, aujourd’hui était un jour spécial. Aujourd’hui, ce serait lui qui lui prendrait la main pour l’emmener vers son monde doré. Et si en temps normal il n’aurait jamais accompagné une femme en séance shopping, ce jour-là il était plus excité que jamais à l’idée de parer sa princesse des plus magnifiques atours.

Une fois dans sa chambre, il s’adossa à la porte de cette dernière, un sourire béat aux lèvres. Il aurait dû se doucher, se changer, mais rien à faire, tout cela n’avait pas d’importance. Se précipitant sur son ordinateur et son portable après sélectionné sa tenue, il surfa pendant de longues minutes, donna plusieurs coups de fil, fit des réservations…
Il voulait lui offrir le plus beau. Bien sûr Xue Feng était issu d’une famille recomposée qui avait assez de moyens pour qu’elle ne soit pas aussi éblouie qu'une Cendrillon, mais il avait pour idée que cela ferait tout de même son petit effet.

Presque 09h. On toqua à la porte. Jetant un œil à l’heure sur son PC, il poussa un « merde » venant du cœur en réalisant qu’il n’était toujours ni douché, ni changé. Fermant son ordinateur sans prendre le temps de l’éteindre, il ouvrit en trombe la porte, tombant nez-à-nez avec Xue Feng toute prête à sortir. Lui, au contraire, avait la nuque luisante, et déglutissait tant bien que mal alors que la jeune femme l’interrogeait à nouveau des yeux.


- «Désolé je… J’ai pas vu le temps passé ! » Dit-il précipitamment avant de la regarder plus attentivement et d'échapper un - «Tu es magnifique» bien peu contrôlé mais criant de sincérité. Il la laissa ensuite entrer dans sa chambre. A son bras, elle tenait les effets qu’il avait oublié dans sa chambre. Le remarquant, il les lui prit poliment des mains en la remerciant sincèrement, profitant de leur proximité pour passer une main derrière la tête de Xue Feng pour l’attirer à lui et lui déposer un léger baiser sur la joue.

- « Je fais vite, promis ! »

Paniqué au possible, il partit en trombe vers la salle de bain, ramassa au passage les vêtements qu’il avait prévu de mettre, trébucha sur la prise de son PC, jura, et disparut enfin dans la salle de bain. Quelques instants plus tard, il ne resta plus dans la chambre que le ruissèlement de l’eau sur son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mer 18 Juil - 23:50

Un ovni… voilà l’impression que m’avait laissé Ki Hyung en sortant de ma chambre, à 8h du matin, l’air parfaitement en forme.

Je n’aurais su dire ce qui m’avait tiré de mon sommeil, je n’avais pas entendu de bruit notable - ça m’aurait marquée -, je n’avais pas le sommeil léger de toute façon, donc il en fallait beaucoup pour me réveiller. En y réfléchissant bien, je crois que ce qui m’avait troublé c’est que les bras qui m’avaient enlacé toute la nuit, et auxquels je m’étais habituée, avaient soudainement disparu… et ma quiétude avec. Si j’avais pensé à un bruit qui aurait pu m’avoir réveillé, c’est parce qu’en ouvrant les yeux j’avais vu Ki Hyung avec son téléphone sur l’oreille, mais comme il ne parlait pas, ça devait être un message vocal simplement… bref, si son portable avait sonné, je ne l’avais probablement pas entendu… Donc j’en revenais à l’hypothèse du léger sentiment d’abandon qui m’avait titillé et, dès le matin, je m’en trouvais bien pitoyable.

Je m’assis sur le lit et me frottai de nouveau les yeux avant de m’étirer. J’avais dormi. J’avais même plus que dormi, j’avais carrément rattrapé les heures de sommeil qui m’avait manqué… et j’avais si bien dormi que, pour une fois depuis très longtemps, je me sentais complètement reposée. Parler avec Ki Hyung m’avait fait du bien… ou alors c’était simplement sa présence… c’était possible, mais je préférais me dire que ce n’était pas ça, ou pas totalement.
Il avait dormi, là, à côté de moi, dans cette chambre que j’avais partagé avec Zhen Juan… évidemment, ça me paraissait extrêmement bizarre, mais ça m’aidait à ne plus voir cette chambre comme une sorte de purgatoire où je devais simplement attendre que mon meilleur ami revienne.

Je pris quelques minutes pour finir d’émerger, je n’étais vraiment pas du matin. Je me levai finalement et, voyant les affaires de Ki Hyung sur mon bureau, je repensai à ce qu’il avait dit. « Prends ton temps pour te préparer » Mais me préparer à quoi ? On avait quelque chose de prévu ? … ah… non, je n’étais décidément pas du matin, il ne fallait pas trop m’en demander dès le réveil. Mais bon, il serait toujours temps de lui demander quand je l’aurais de nouveau en face de moi.
Je filai donc dans la salle de bain et commençai par me laver le visage pour me tirer de ma torpeur avant d’aller sous la douche, étant donné que très loin de moi était l’habitude de prendre des douches froides, c’était absolument l’inverse, et il m’arrivait de me rendormir sous l’eau quand j’étais mal réveillée… enfin, maintenant ça ne m’arrivait plus puisque j’attendais d’être réveillée complètement avant de me doucher, c’était plus prudent.
Je me dévêtis et entrai dans la cabine de douche, j’ouvris l’eau à la température habituelle et la laissai me délasser. Je me douchai tranquillement et en ressortis une petite vingtaine de minutes après.

Comme Ki Hyung me l’avait dit, je pris mon temps pour me préparer. J’étais quand même curieuse, et je me sentais surtout idiote d’avoir oublié si nous avions quelque chose de prévu… A présent que j’étais réveillée et, normalement, opérationnelle, j’aurais dû me souvenir, mais non, rien ne me venait. Si ça se trouve il allait m’en vouloir d’avoir oublié… enfin, si c’était vraiment très important, je n’aurais pas oublié tout de même, donc c’était encore relatif.
Une fois habillée et mes cheveux démêlés et séchés - pourquoi je les gardais aussi longs, sérieux ? - je retournai dans la salle de bain et rangeai mon bazar, puis je me postai devant le miroir. Ayant moins mauvaise mine que ces quelques deux dernières semaines, je décidai de me maquiller pour n’avoir définitivement plus l’air d’être la loque que j’avais été sérieusement en passe de devenir. J’aimais me maquiller habituellement, mais comme c’était à peine si je me regardais dans le miroir ces derniers temps, c’était plus difficile d’avoir une tête potable.
Je retournai finalement dans ma chambre et regardai l’heure, il était bientôt 9h. Il ne m’avait pas donné d’heure précise, mais je n’aimais pas être en retard, alors j’estimai qu’il était bien temps que j’aille le rejoindre. J’attrapai mon sac, ses affaires sur mon bureau, glissai mon foulard dans la poche de sa veste, et sortis en verrouillant derrière moi. Prudente, je vérifiai que j’étais seule dans le couloir et rejoignis la chambre de Ki Hyung et frappai doucement à la porte. De toute manière, nous étions samedi, alors à cette heure-ci, il ne devait pas y avoir beaucoup d’étudiant réveillé, et encore moins qui se baladait dans la résidence… le samedi, l’heure de pointe était aux alentours de 11h-11h30 pour le petit-déjeuner, et 14h30-15h pour le déjeuner… ça c’était des horaires pour moi !

Ki Hyung vint ouvrir sa porte, et je vis qu’il n’était pas prêt, apparemment je le prenais de cours. Il s’excusa puis me regarda avant de lancer un « Tu es magnifique » qui ne manqua pas de me faire rougir. Il me fit entrer et récupéra ses affaires en me remerciant. Il était tête en l’air lui aussi finalement… c’était assez rassurant, en fait, de se dire que même Ki Hyung Kim pouvait avoir une passoire dans la tête. Quand je fus près de lui, il passa une main derrière ma tête pour déposer un baiser sur ma joue, puis il partit dans sa salle de bain après m’avoir dit qu’il se dépêcherait.
Je ris doucement et m’appuyai contre son bureau en observant la chambre. Evidemment, et j’aurais dû m’en douter, elle était bien plus grande que la mienne… et que toutes les chambres standard de la résidence, mais j’étais prête à parier que les chambres des autres High Five devaient, aussi, être très spacieuses, il fallait bien ça pour faire rentrer leur égo… ah, voilà que je recommençais.

J’attendis patiemment, j’étais patiente, après une petite quinzaine de minutes, Ki Hyung ressortit de la salle de bain, plus calme déjà que quand j’étais arrivée. Mais j’avais eu beau réfléchir pendant qu’il se préparait, rien ne me venait en tête, je n’arrivais pas à me souvenir de ce que nous avions prévu de faire... Ah, si ce matin il n’avait pas été aussi réactif, j’aurais pu lui demander aussitôt après qu’il m’ait dit de me préparer… et j’aurais pu mettre cet oubli sur le compte de mon réveil. En tout cas, je ne pouvais que m’avouer que je le trouvais de vraiment très bonne humeur, et qu’à bien y penser, ce n’était pas si souvent qu’il se montrait aussi avenant devant moi. Enfin, ça paraissait tellement naturel… et il s’était tellement précipité que je me disais que, peut-être, cette sortie était importante pour lui… et moi je ne savais toujours pas de quoi il s’agissait. Bref, j’allais devoir le lui demander directement.

« Alors… où est-ce que tu veux qu’on aille de si bon matin ? » commençai-je en me redressant. « Très honnêtement, je ne sais pas si c’est ma mémoire qui est irrécupérable ou quoi… mais je dois avouer que je ne me souviens de ce qu’on avait prévu… désolée… »

Je lui fis un petit sourire embêté. C’est vrai, si ça comptait pour lui, c’était idiot de ma part d’avoir oublié… même si ces temps-ci j’avais eu des choses plutôt accaparantes en tête, ce n’était pas une raison, je n’aimais pas oublier les engagements que je prenais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Jeu 19 Juil - 15:21

Elle commença par lui demander où il comptait l’emmener. Jusque-là ça allait, il était normal qu’elle s’interroge, et Ki Hyung s’apprêtait à lui répondre lorsqu’elle continua en stipulant qu’elle ne se souvenait pas de ce qu’ils avaient prévus. Le leader du High Five lui jeta alors un regard suspicieux.

- « Désolé, hein ? ».

Aussitôt la jeune femme bredouilla tant bien que mal afin de rattraper le coup : là pour le coup elle s’était mise dans de beaux draps, il aurait mieux valu qu’elle ne dise rien du tout et qu’elle se laisse guidée. Plus vexé que jamais, Ki Hyung se courba légèrement pour avoir sa tête au même niveau que celle de Xue Feng, posa une main sur sa hanche tandis que l’autre vint se poser sur le haut de la tête de la jeune femme. Il eut une moue dubitative alors que la demoiselle le regardait surprise attendant de voir sa réaction. Et cette dernière ne se fit pas attendre : en une fraction de seconde il changea entièrement de position, bloquant la tête de Xue Feng sous son bras tandis qu’il lui frottait énergiquement le haut du crâne en maugréant :

- « Commet est-ce que t'as pu oublié notre rencard espèce de foutue et irrécupérable tête de linotte ?! »

Alors que le but principal de la manœuvre était de la sermonner, sa « punition » se transforma vite en jeu du chat et de la souris, l’une cherchant à échapper à l’autre. Tel deux gosses de maternelles ils se chamaillèrent, se crièrent l’un après l’autre, rirent de bon cœur, tandis que plus agile que jamais, Xue Feng ne cessait d’échapper à la poigne de l’héritier. Il laissa faire un moment, mais Ki Hyung n’aimait pas perdre. Se donnant un peu plus, il gagna en rapidité, et en moins de temps qu’il n’en fallu pour le dire, il bondit littéralement sur son ancienne ennemie, la bloquant dos à l’un des murs de la chambre, les poignets bloqués au-dessus de sa tête, alors que d’une voix à la fois moqueuse et suave il lui glissa un « Je t’ai eue » des plus provocants.
Le sourire de Xue Feng tomba aussitôt, et celui de Ki Hyung avec. Devenant soudain bien sérieux, il se pencha lentement vers elle. Était-ce par réflexe ou parce qu’elle acceptait qu’il puisse la posséder ? Il n’en savait rien, mais toujours était-il qu’elle avait fermé les yeux en le voyant s’approcher d’aussi près. A vrai dire, il ne voulait pas de réponse à cette question, préférant croire à la possibilité qui lui plaisait le plus. Mais cette fois-ci, il n’avait pas eu en tête de l’embrasser. Ses lèvres à quelques centimètres de son oreille il lui murmura
« La prochaine fois que je te donne un rendez-vous, je t’interdis de l’oublier, sinon… » Bien que souhaitant rester sage, il ne put résister à l’envie de glisser sa langue sur le lobe de la jeune femme, créant un frisson des plus plaisant chez cette dernière. « … Je te promet que je ne manquerai pas de te punir dignement ».

Il la sentait contractée sous ses caresses, et se délectait de l’effet qu’il pouvait produire, même chez elle. Une petite voix au fond de lui lui criait que ce n’était pas un comportement à adopter envers elle. Il devait être gentil, mesuré, laisser de côté ses envies pour se concentrer sur le seul bien être de son homonyme, mais rien à faire, il n’était pas Zhen Juan. Et elle était trop tentante. Il se sentait un peu plus attiré à chaque seconde passée en sa compagnie, alors forcément ça devenait difficile de faire dans la demi-mesure. Il parvint pourtant à se reprendre, enfin. Offrant à Xue Feng ce sourire tendre qu’elle seule connaissait, il la libéra de son emprise.
Le silence emplit la pièce, mais il n’avait rien de gênant pour une fois. En quelques minutes Ki Hyung acheva de se préparer, mettant ses chaussures et divers bijoux en acier qui rehaussait davantage sa tenue. Comme à son habitude, il semblait sortir tout droit d’un clip de Kpop et attirerait tous les regards sur lui. C’était un fait, Ki Hyung était un homme magnifique, mais malheureusement, il ne le savait aussi que trop bien. Attrapant un sac en bandoulière de cuir noir posé sur une chaise un peu plus loin, puis la veste que Xue Feng lui avait ramené, il sortit ses clés de la poche arrière de son jean noir et laissa Xue Feng sortir la première.

Tel deux stars se cachant des paparazzis, ils jouèrent de toute leur agilité afin de sortir de la résidence sans être aperçus de quiconque. Enfin ils furent dehors.
Par chance, étant donné que l’on était un samedi, même le concierge qui obligeait habituellement les élèves à signer son registre avant tout départ de la pension n’était pas là. Ils quittèrent donc Jing Ying dans le plus grand secret, et ne sachant toujours pas où Ki Hyung comptait l’emmener, Xue Feng fut trainée par ce dernier jusque dans les rues de Nanjing Road.

10h15. Les magasins commençaient tout juste à ouvrir leurs stores et à placer la marchandise en rayon. Mais Ki Hyung savait qu’ils avaient la journée devant eux, alors autant en profiter.
Glissant sa main dans celle de sa belle ennemie, il la guida vers un café de haut standing proposant une formule petit-déjeuner.
Xue Feng l’interrogea du regard : Il ne l’avait quand même pas réveillée de si bonne heure pour simplement prendre un petit dej’ dehors ? Devant l’air quelque peu incertain de la jeune femme, Ki Hyung su qu’il était temps de cesser les mystères :


- « Tu connais le film « Pretty Woman » ? »
Lui demanda-t-il avec un grand sourire qui en disait long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mer 25 Juil - 23:23

Comme je l’avais pensé, malgré l’apparente bonne humeur de Ki Hyung, il tiqua quand je lui avouai avoir oublié notre rendez-vous. Je tentai de m’expliquer mais bafouillai pitoyablement avant de finalement me taire, ça ne servait à rien, j’allais tout simplement m’enfoncer plus encore… mais j’avais pas envie qu’il se mette en colère pour ça, je ne l’avais pas fait exprès.
Ki Hyung se pencha, posa ses mains sur moi, et en une seconde il me coinça sous son bras et se mit à me frotter vigoureusement le haut de la tête avec son poing. Quelle brute ! Ah j’aurais vraiment mieux fait de me la fermer ! Face à un type pareil, mon honnêteté finirait par me perdre, j’en étais sûre !

Après nous être provoqués durant quelques minutes, j’étais sans doute plus insaisissable qu’il ne le pensait, il me plaqua contre le mur de sa chambre, apparemment fier de lui, retenant mes poignets entre ses mains. Il se pencha et susurra une petite menace à mon oreille… mais je dois dire que je ne prêtai que peu d’attention à ses paroles alors que sa langue venait de taquiner le lobe de mon oreille. Je ne bougeais pas et ne répondis pas, de peur de lui montrer un peu plus que ses caresses me faisaient de l’effet. Quand il me lâcha, je le vis me sourire… et mon cœur tressauta.

Il termina de se préparer puis on sortit finalement de sa chambre. Comme tout à l’heure, il n’y avait personne, néanmoins ça ne nous empêcha pas de sortir de l’université le plus prudemment possible. Il ne fallait pas oublier que n’importe qui pouvait brusquement sortir d’une chambre, et ça aurait été bien dommage de se faire griller maintenant, après les efforts de la veille pour ne pas nous faire voir dans le couloir. Sérieusement, j’aurais aimé pouvoir me balader avec lui sans avoir à faire attention, ça ne cessait de me rappeler tout ce qui était arrivé jusqu’à ce que je me retrouve là, bêtement avec lui… mais bon, puisque nous sortions de l’université, il y aurait déjà moins de risque que l’on nous voit…

Une fois hors de l’université, je suivis Ki Hyung, qui ne m’avait toujours pas dit où il comptait aller aussi tôt le matin. On prit finalement le bus qui nous mena sur Nanjing Road, mais ça ne m’aidait pas vraiment à savoir ce qu’il avait prévu.
Comme d’habitude, le trajet durant plus d’une demi-heure, puis Ki Hyung m’emmena dans un café plutôt classe, du style de ceux que j’évitais en général, mais bon je comprenais que ce soit le style de ceux que fréquentait Ki Hyung, plus ça que le restaurant où je l’avais emmené, quand bien même il y était retourné seul ensuite. Je le regardai, haussant les sourcils quand à notre présence dans ce café. Finalement ça non plus, ça ne m’aidait pas beaucoup… quoique je commençais à me souvenir de la conversation que nous avions eu dans la salle d’histoire, ou plus la fin de notre conversation.
Il me sourit finalement et éclaira ma lanterne.

- « Tu connais le film « Pretty Woman » ? »

Uh ? Comme si je pouvais ne pas connaitre… alors que c’était juste l’un de mes films préférés que j’avais vu au moins un million de fois. Je souris à mon tour, amusée par une réflexion que je venais de me faire.

« Hm ? Le film où un riche homme d’affaire achète les services d’une prostituée pour lui tenir compagnie ? Bien sûr que je connais ! »

Bien consciente que ce n’était probablement pas ce à quoi il voulait faire allusion, je ris doucement mais un hoquet retentissant me fit tourner la tête vers une serveuse qui venait visiblement d’entendre un bout de ma phrase, ce qui l’avait choquée… Eh beh, il lui en fallait bien peu. Elle tourna rapidement la tête vers Ki Hyung, comme si j’allais la contaminer si elle me regardait plus longtemps qu’une seconde.

« Pour deux personnes ? »

Ki Hyung acquiesça et je regardai vaguement autour de moi en me demandant ce qui pouvait lui faire penser que nous étions plus que deux alors que, visiblement, personne n’était entré derrière nous. Je me mordis la lèvre, beh dis donc j’étais bien en forme ce matin… si tôt, ça ne me ressemblait pas.
La serveuse nous emmena néanmoins à une table, près d’une fenêtre et on s’installa. Elle nous donna deux menus puis fila voir d’autres clients. Je la suivis du regard un instant, avant de regarder Ki Hyung de nouveau.

« Je crois me souvenir que tu m’as dit vouloir me montrer le monde que tu fréquentais… tu vois, je ne suis pas un cas désespéré finalement. »

Je lui adressai un nouveau sourire et baissai les yeux sur le menu du petit-déjeuner. Je voulais bien le suivre où il voulait mais j’avais un peu peur de faire ma tâche… même si ce monde était un peu le mien du fait de la fortune de mon beau-père, j’avais tellement fait d’effort pour l’exécrer et m’y sentir le moins à ma place que j’avais un peu peur de faire honte à Ki Hyung… je n’étais pas du genre à choisir les mots que j’utilisais, quand j’avais envie de dire quelque chose je le disais tout bêtement, contrairement à toutes ces pimbêches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Sam 28 Juil - 13:07


« Hm ? Le film où un riche homme d’affaire achète les services d’une prostituée pour lui tenir compagnie ? Bien sûr que je connais ! »

Bon, pour ce qui était du riche homme d’affaire, on était dans le bon. Mais lorsque Xue Feng continua sa phrase, Ki Hyung se rendit compte de sa boulette. A vrai dire, sur le coup, il n’aurait su dire lequel d’eux deux était le plus idiot, pourtant en entendant le rire de la jeune femme à côté de lui, il comprit que c’était lui. Soudain, un hoquet de surprise s’échappa derrière eux : Tournant la tête Ki Hyung découvrit la silhouette de l’une des serveuses du café.
Cette dernière dévisagea bizarrement Xue Feng, avant de se tourner vers l’héritier et de confirmer le nombre de personne. Ils furent installés, et bientôt la demoiselle s’en alla sans demander son reste.

Ki Hyung se passa une main dans les cheveux, visiblement agacé.
Il avait beau vivre dans ce monde, parfois les réactions cruches des gens travaillant dans ce milieu le rendaient fou. Cela lui rappela, puisqu’il venait d’évoquer le film, cette fameuse scène dans Pretty Woman où l’héroïne mal habillée se rend dans une boutique de luxe avec une carte Platinium et se fait jeter comme une malpropre à cause de son apparence, pour au final en mettre plein la vue une fois vêtue de prompts habits. Enfin, il ne fallait pas se mentir : lui-même était un peu pareil, mais ce qui l’énervait vraiment dans cette façon d’agir c’était le fait que malgré le standing de l’endroit une vendeuse restait une vendeuse, et une serveuse restait une serveuse. Or, la plupart du temps, il avait remarqué que ces dernières dès lors qu’elles travaillaient dans des établissements luxueux se sentaient elles-mêmes supérieures, comme si le simple fait de travailler dans un magasin plutôt qu’un autre pouvait donner plus de valeur au travail.

Toujours occupé à fulminer dans son coin, une autre serveuse vint prendre leur commande. Habitué de l’établissement, Ki Hyung commanda une formule de petit-déjeuner occidental avec café chaud et viennoiseries alors que Xue Feng préféra s’en tenir au petit déjeuner traditionnel. Lorsque la serveuse fut partie, il regretta un peu de ne pas avoir laissé la jeune femme commander la première. S’il avait su qu’elle se limiterait à quelque chose de simple, il ne se serait pas laissé tenter.
Soudain, le tirant de ses pensées, son ancienne ennemie sembla se rappeler du but de cette journée. Le jeune homme ne put réprimer un franc sourire. En effet, elle n’était peut-être pas si irrécupérable que ça finalement. De sa voix la plus douce, il lui répondit :

- « Malgré ta position d’Against, ce monde tu le connais bien. Bon, peut-être pas à mon niveau, mais je ne pense pas te faire découvrir grand-chose. La vérité, c’est que… »

Il fut coupé dans son élan par la nouvelle arrivée d’une serveuse leur apportant leur commande. La pauvre fille ne faisait que son travail, mais en vue de ce que Ki Hyung comptait dire, cela l’agaça encore plus de devoir s’interrompre. Nerveux comme il l’était à présent, si ça n’avait tenu qu’à lui il se serait volontiers levé pour claquer la porte de l’établissement.
Il se claqua mentalement. Il était encore tôt, il n’allait certainement pas priver Xue Feng de petit-déjeuner pour un caprice. De ce fait, lorsqu’il fut enfin certain qu’ils ne seraient plus dérangés par qui que ce soit, il se pencha vers Xue Feng, les bras croisé sur la table, et la regarda profondément.


- « La vérité c’est que j’attends avec impatience la soirée de samedi prochain. C’est sûrement idiot de ma part, mais…même si je t’ai un peu… forcé la main » Il grimaça légèrement en s’entendant prononcer cela, comme s’il venait de se rappeler enfin du comment Xue Feng en était venue à accepter sa proposition. Elle n’avait dit oui que parce qu’il le lui avait imposé. « Je ne m’attendais pas du tout à ce que tu acceptes, et… »

A nouveau il ne put s’empêcher de déglutir, tout en tournant la tête.
Xue Feng le dévisageait, l’écoutant avec attention, et justement cela le gênait. Comment pouvait-il dire des trucs pareils de façon détendue ? Ce n’était vraiment pas son point fort la sincérité, et encore moins lorsqu’il s’agissait de paroles gentilles.


- « En fait, je voudrais vraiment que… Que pour toi cette journée soit extraordinaire. J’ai conscience qu’à la base tu n’as accepté que pour que nous puissions continuer le pari, et que c’était un peu égoïste de ma part de te faire ce genre de chantage, mais je ne le regrette pas. Et surtout… »

Lentement, il glissa l’une de ses mains sur celle de Xue Feng et entrelaça ses doigts dans ceux de cette dernière. Le regard à présent fixé sur leurs mains, il avait le visage rougit de gêne, mais parvint tout de même à articuler un léger :


- « Je ne veux pas que toi tu aies le moindre regret. Je n’ai peut-être pas le droit de te dire ça, mais aujourd’hui je ne me sens plus vraiment en compétition avec toi. Tout ce qui m’importe à présent c’est de te voir sourire.»

Ça y’est, il l’avait dit ! Quelques heures auparavant il avait pensé à mille et une tournures de phrases toutes plus belles les unes que les autres, et au final, pas une n’était sortie de sa bouche. N’étaient venus que les mots les plus simples pour transcrire ce qu’il ressentait. Toujours incapable de la regarder dans les yeux, il attendait à présent de savoir si oui ou non il se ferait recaler. A cette idée il se sentit comme le pire des imbéciles : si elle le laissait sur le carreau, il pouvait définitivement dire adieu à leur journée qui avait pourtant si bien commencer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Dim 29 Juil - 19:21

J’écoutais Ki Hyung, un peu étonnée néanmoins qu’il me parle de cette manière, et je me rendais compte qu’il cogitait des choses qui ne m’avaient pas effleuré l’esprit une seule seconde. « Me forcer la main » ? Non, ce n’était pas vraiment ça, même si j’avais accepté pour lui faire plaisir, et qu’à ce moment-là je n’étais pas dans mon état le plus habituel, je n’étais toujours pas du genre à faire quelque chose qui allait à l’encontre de ma propre volonté, donc si j’avais accepté c’était aussi parce que j’en avais envie. Je ne m’en cachais pas, passer du temps avec Ki Hyung était agréable, même si ça me perturbait quelque peu en ce moment.

Il détourna finalement la tête avant de continuer à me dire ce qu’il avait sur le cœur. Je sentis le mien se mettre à battre un peu plus fort quand il me dit qu’il voulait que j’apprécie cette journée, cela dit je me sentis mal quand il évoqua le pari. Ce pari… je n’avais plus envie d’en entendre parler… mais était-ce vraiment la seule chose qui nous reliait, ou qui nous donnait une excuse pour passer du temps ensemble pour qu’il en reparle encore. Le pire dans tout ça, c’est que c’était moi qui lui avais demandé de continuer ce foutu pari alors qu’à présent je voulais juste oublier que j’avais accepté une chose pareille. Si Zhen Juan ne pensait pas que j’avais une chance, même en temps normal, de convaincre Ki Hyung de changer de comportement, c’était sûrement que j’en étais vraiment incapable… et continuer ce pari revenait à anéantir moi-même Against, et à offrir les boursiers en pâture à ces petits cons d’élitistes…

Alors je sentis ses doigts attraper doucement les miens, il baissa les yeux sur nos mains et je fis de même. Je me maudis de trouver rassurant ces doigts qui enlaçaient les miens, comme si c’était normal… et je m’en voulais de ne jamais avoir ressenti ça pour quelqu’un d’autre.
Je me mordis la lèvre, moi non plus je ne me sentais plus en compétition avec lui, je ne voulais plus l’être, d’autant que c’est ce qu’attendait les élèves de l’université, qu’on s’affronte jusqu’à ce qu’un des deux clans tombent… mais je voulais pas qu’on en arrive là, il y avait forcément un autre moyen… même après l’ampleur que ça avait pris.

- « Tout ce qui m’importe à présent c’est de te voir sourire.»


Je relevai les yeux, mon cœur se serra brusquement. Dans d’autres circonstances, j’aurais adoré entendre ces paroles, même venant de lui avec ce qui s’était passé… mais pour l’instant, oui j’aimai qu’il me dise ça, mais la culpabilité que je ressentais envers Zhen Juan venait de se réveiller brusquement malgré que j’ai essayé de ne pas y penser depuis mon réveil… j’avais espéré avoir une journée calme, et indolore, malheureusement s’il me parlait comme ça, ça ne m’aiderait pas.
Je réprimai un soupir, il fallait que je le lui dise, mais je me sentais un monstre de devoir lui avouer ça alors qu’il semblait avoir eu tant de mal à dire ce qu’il avait dit. C’était cruel peut-être. Il allait m’en vouloir. Penser que j’étais une fille odieuse. Mais je ne pouvais pas laisser faire ça pour l’instant… ce serait le trahir, quelque part, remuer le couteau dans la plaie et je savais que ça ne me pousserait qu’à m’éloigner de lui pour m’éloigner de la culpabilité qui me rongeait. Pourtant je lui avais promis de vite me décider, mais dans ces conditions, je ne pouvais pas réfléchir convenablement.

A contrecœur, je retirai mes doigts des siens et posai mes mains sur la tasse de café fumante posée devant moi.

« Tu… » Les mots avaient peine à sortir de ma bouche, si bien que je dus moi-même détourner la tête pour parler. Les rôles venaient de s’inverser, et je n’aimais pas ça du tout… ça ne m’aidait pas non plus à lui parler, sachant ce qu’il avait pu ressentir en me parlant. Un sourire triste s’imposa sur mes lèvres alors que j’échappai un léger rire. « Dire que si j’avais été n’importe quelle autre fille, à cet instant, j’aurais eu à me soucier de rien d’autre que ce que tu viens de dire… et j’aurais que tes paroles dans ma tête, qui tourneraient encore et encore… »

J’aurais voulu être n’importe laquelle de ces filles, tout de suite, enfin… au fond je l’étais, et si une part de moi ne pensait pas à Zhen Juan, je serais juste comme je venais de le décrire… en train de me demander s’il l’avait vraiment dit, ou si j’avais rêvé parce que j’avais envie qu’il me parle ainsi si gentiment…

« Tu sais que tu es important pour moi, tu sais que je pourrais pas te mentir là-dessus… et je sais que je t’ai promis de ne pas te faire attendre trop longtemps… mais il faut que je puisse… avoir quelques jours pour réfléchir convenablement… je ne dis pas que je ne veux pas être avec toi… juste que, pour quelques temps, je voudrais qu’on agisse comme des amis… comme… si on apprenait à se connaitre… »

Je voulais pouvoir me tenir en face de lui comme je l’avais fait quand on s’était vus au restaurant, même si à ce moment là j’avais de la rancœur envers lui, et toutes sortes de sentiments de ce genre parce que je ne pensais qu’à ce qu’il montrait devant les élitistes qui le vénéraient et les boursiers qui le craignaient… au moins, je n’avais pas l’impression de mal agir en étant avec lui. Si je pouvais retourner à ce moment-là, je crois que j’en profiterais un peu plus pour apprécier de me sentir son égale.

J’inspirai profondément alors que je sentais que je n’allais pas tarder à pleurer. Non, ce n’était vraiment pas le moment, et je voulais passer une journée sans me sentir ravager pour la situation.

« Je suis désolée… c’est méchant de te dire ça après ce que tu viens de me dire… mais ça le serait plus de ne pas tenir ma promesse parce que je n’aurais pas été sincère avec toi. Je ne me le serais pas pardonné. »

Je le lui avais dit déjà, je tenais à la sincérité, l’honnêteté, qui me caractérisait, c’était à mon sens, l’une des seules choses que l’on me reconnaissait que je comprenais vraiment. Je n’avais pas envie que ça change, même si ce que je disais n’était pas des plus agréables, ce que détestait, mais c’était un choix qui ne m’était pas donné de faire. J’étais comme ça, et je doutais qu’il ait envie que je change pour ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Ven 24 Aoû - 13:27

Comment les choses avaient pu en arriver là ? Qu’avait-il dit qui avait été de travers ? Petit à petit, tandis qu’avec une précaution d’ange Xue Feng lui demandait de ralentir son allure, Ki Hyung comprit.
Zhen Juan. Ce maudit Zhen Juan ! Il était toujours là, bien présent. Elle avait beau lui avoir offert ses lèvres, elle avait beau être si douce, si gentille avec lui, il était évident qu’une nuit n’avait pas suffi à le chasser de son esprit.
Un combat assourdissant s’entama dans le for intérieur de l’héritier. Une partie de lui se sentait heureux, comblé qu’elle soit là avec lui, et qu’elle ne lui ait mit qu’un gentil « stop » alors qu’il allait trop loin. Mais la seconde partie, quant à elle, fulminait, mourrait d’envie d’exploser. Cette douceur, cette précaution, c’était presque comme de la pitié : ça l’écœurait littéralement ! Il n’accepterait jamais que quelqu’un le prenne en pitié, le rabaisse à cela, pas même elle. Non mais qu’est-ce qui n’allait pas ? Il se montrait plus doux et patient que jamais depuis la veille, comment pouvait-elle encore avoir ne serait-ce qu’une once de pensée pour ce Zhen Juan de malheur ?

Nul autre que lui l’aurait très bien compris : on n’oublie pas en quelques heures un ami et un amour aussi fort. Il était clair comme de l’eau de roche que jamais Xue Feng ne pourrait oublier cette personne si particulière, ni la blessure qu’elle avait infligé à cette dernière. Mais il s’agissait de Ki Hyung. Dans ses bras, des femmes mariées étaient devenues des amantes infidèles. Pour lui, pour son étreinte, des filles qui pensaient avoir trouvé le grand amour laissaient tout tomber pour se donner à lui. Alors pourquoi pas elle ? Pourquoi Xue Feng était-elle si différente de toutes les autres ?

Et pourquoi, ô grand pourquoi, cela l’agaçait-il à ce point ? Chasser le naturel, il revient au galop. Pour le coup l’expression était vraiment bien trouvée. Il ne pouvait le cacher : ce n’était pas dans sa nature d’être patient et attentionné. Ce n’était pas lui, il n’avait jamais vécu comme ça. Lui, Ki Hyung Kim, n’aimait pas les femmes, il les consommait. Leurs larmes, leurs désirs, leurs petits états d’âme il s’en contrefichait royalement. Mais Xue Feng…
Oui, avec elle c’était différent. Ça l’avait toujours été. Son cœur se serra, il passa une main derrière sa nuque avant de juger la rue du regard à travers la baie vitrée. Il avait beau être en colère, piqué au vif par son refus, il était avant tout blessé. Il se ressassait ses mots : « ce n’est pas que je ne veux pas être avec toi » ; « tu es important pour moi », ça ne lui faisait aucun bien. Il ne comprenait pas pourquoi d’ailleurs – ça faisait mal. Tout simplement. Elles étaient pleine de promesse pourtant ces paroles, alors pourquoi résonnait en lui comme une sonnette d’alarme qui lui disait de ne pas se faire trop d’illusions.

Peut-être parce que pour la première fois de sa vie, il ne contrôlait pas les choses. Ce n’était plus à lui de décider s’ils continueraient sur cette voie ou non. Elle. Elle avait tout le contrôle, le pouvoir de décision. Sans qu’il ne s’en aperçoive, elle avait fait glisser d’entre ses mains les rênes qu’il aimait tant à tenir pour se les accaparer. Il soupira. Elle l’avait bien eu, alors pour une fois, il masquerait ses sentiments. Cette blessure, cette peur de son refus, de son contrôle perdu. Il lui cacherait la moindre parcelle de ces sentiments mauvais en lui, et accepterait ses conditions.

Apprendre à la connaître malgré ce sentiment de déjà la connaître par cœur. Se comporter comme… Des amis. Soudain il leva la tête vers elle – elle semblait prête à pleurer, et continua en s’excusant, en disant de ses propres paroles qu’elles étaient « méchantes ».

Un sourire un peu ironique se glissa sur les lèvres de Ki Hyung. Oui, là pour le coup, elle avait été méchante. Cruelle même, au point qu’il aurait presque préféré qu’elle l’insulte comme par le passé. Etrangement c’était bien plus dur d’entendre ses paroles aux allures bienveillantes lorsqu’elle-même avait l’air si apitoyée. Mais elle ajouta qu’elle ne se le serait pas pardonné si elle n’avait pas été sincère. Il hocha la tête, tentant de prendre l’air le plus compréhensif du monde. C’était un nouveau cadeau qu’il lui ferait : il ne dirait rien de la blessure qu’elle venait d’ouvrir, et lui laisserait croire qu’il était de son avis. Elle le méritait, elle plus que tout autre.

Se faisant rassurant, il tandis le bras pour passer un doigt sous le menton de la jeune femme, l’obligeant à quitter sa tasse des yeux pour retrouver le contact des siens.


- « Hey ! Te prends pas la tête comme ça s’il te plait. Pas aujourd’hui »


Il ôta sa main pour venir boire son café, l’air de rien. La boisson chaude lui brûla délicieusement la gorge, il se prit alors à penser que cet acte résumait parfaitement ce qu’il venait de passer. Continuer à prendre du plaisir dans la douleur, sourire tout en ayant la plus désagréable des sensations à l’intérieur de soi… Il soupira de lassitude contre lui-même. Voilà qu’il se transformait en véritable masochiste.

- « Tu as raison, on va prendre notre temps. » Il lui tendit un large sourire. « Tu vas voir, après la journée que tu vas passer, tous tes autres amis te sembleront tristes et ennuyants à pleurer ! »


Il tentait de la réconforter alors que lui broyait du noir. Quel pauvre con il faisait. Pourtant Xue Feng parut ravie de son manège et n’en décela rien. Les sourires reprirent leur place sur leurs visages, et c’est sans autre encombres qu’ils finirent leur petit-déjeuner et quittèrent l’établissement. Les rues étaient alors bien plus animées – tout autour résonnait les éclats de la grande ville. Attrapant Xue Feng par l’épaule plutôt que par la main, il la poussa amicalement vers le passage clouté qu’ils traversèrent afin de rejoindre à quelques mètres plus loin les grandes galeries, véritable caverne du luxe. Devant eux, les plus prestigieuses enseignes défilaient sans que Ki Hyung ne s’en impressionne une seule seconde.
D’escalators en escalators, ils parvinrent enfin à l’étage des collections féminines.


- « Allez princesse, je te laisse entre de bonnes mains ! »


Sans laisser le temps à la jeune femme de protester, Ki Hyung l’envoya droit entre les mains de l’une des vendeuses qui, semblant déjà bien connaître Ki Hyung, s’empressa d’accueillir « son amie » d’élogieux compliments sur son apparences avant de l’enfermer derrière le rideau de la cabine d’essayage. L’héritier, quant à lui, posté dans un fauteuil en cuir non loin du rideau de velours derrière lequel se changeait Xue feng, attendait que cette dernière lui montre le résultat tout en patientant à coup de jeux sur son portable.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mer 29 Aoû - 13:09

Je m’attendais à ce qu’il se mette en colère. Qu’il me regarde froidement, un air méprisant au possible planant sur son beau visage. Quelque part je m’en voulais d’avoir, au fond, toujours l’appréhension que Ki Hyung redevienne le plus simplement du monde celui que j’avais toujours connu jusqu’à présent, celui sur qui j’avais renversé une carafe d’eau l’an dernier… ou peut-être que, justement, parce que j’avais l’impression qu’il ne l’était plus, une part de moi s’accrochait à ces souvenirs pour ne pas oublier ce dont il était capable… je ne savais plus, j’étais perdue, et ce que je ressentais ne m’aidait pas à m’éclaircir les idées.
Ainsi, c’est avec surprise que j’avais senti les doigts de Ki Hyung se glisser sous mon menton pour que je ramène mon regard sur lui et il me rassura. Mais même s’il me disait de ne pas me prendre la tête, c’était plus fort que moi… cependant mes paroles semblaient être passées mieux que ce que j’avais craint, il comprenait.
Reposant ses mains sur sa tasse, il continua et je ne pus m’empêcher de sourire en l’entendant me dire qu’après lui mes amis me paraitraient fades. Ce genre de remarque lui ressemblait plus, et je décidai de suivre ce qu’il m’avait dit et de ne pas trop me prendre la tête… tout ce que je pouvais faire pour lui maintenant c’était me décider sur notre relation.

On termina notre petit-déjeuner et je laissai Ki Hyung me conduire, un bras sur mes épaules, au milieu des gens qui déambulaient dans la rue jusqu’aux luxueuses galeries. D’un coup je me sentis mal à l’aise, génial des magasins de luxe, mon plus grand bonheur sur cette planète. Une fois à l’intérieur, je me sentis encore plus tâche que d’habitude, à marcher entre les filles-à-papa escortées par un ou deux larbins portant leurs sacs fraichement sortis des boutiques. Eh ? À 11h du matin, déjà, elles couraient les boutiques ? Décidément, les filles comme ça me dépassaient… mais je retins ma bile entre mes lèvres.
Ki Hyung me fit finalement entrer dans un superbe magasin duquel je me serais probablement éloignée à toutes jambes en temps normal. Aussitôt à l’intérieur il me délaissa, m’envoyant dans les « bonnes mains » d’une vendeuse qui semblait déjà savoir ce que Ki Hyung voulait comme genre. Une fois dans une cabine démesurément grande, à attendre qu’on m’apporte des vêtements, je m’appuyai contre une paroi en soupirant. « Pretty woman » hein ? Il voulait jouer à ça pour la soirée de samedi ? Bon, certes, je n’avais pas emmené de robe de soirée dans mes bagages en venant à Shanghai, et il aurait donc fallu que j’en achète une… et venir ici alors qu’il y était apparemment déjà venu avec d’autres, c’était bizarre.
Le rideau se rouvrit finalement - et je me félicitai d’avoir attendu pour commencer à me changer - et la vendeuse me tendit un long pan de tissu noir en me souriant.

« Essayez ça, ça devrait vous aller comme un gant ! »

Je la remerciai et elle referma le rideau. Je soufflai et me déshabillai pour enfiler ce qu'elle m'avait apporté, me disant de premier abord qu'elle aurait au moins l'avantage d'être sobre. Mais elle se révéla être beaucoup plus courte que je l’avais cru en la voyant, et le décolleté dans le dos agrémenté de chainettes me laissa perplexe.
J’en étais encore à me tortiller devant le miroir à l’intérieur de la cabine, m’imaginant avoir le courage de sortir en public dans ce genre de robe, quand la vendeuse revint et, voyant que j’étais habillée, me tira hors de la cabine. Je piquai un fard monumental quand elle me plaça face à un grand miroir éclairé… me laissant dos à Ki Hyung.

« Vous êtes superbe !
- V-vous trouvez ? balbutiai-je, ahurie. C’était pas le mot que j’aurais employé.
- Mais bien sûr ! N’est-ce pas qu’elle l’est ! » répliqua-t-il en se tournant vers Ki Hyung.

Elle me tourna, moi aussi, face à lui, ma gêne ne s’arrangea pas et je détournai la tête. Elle me lâcha finalement.

« Ne bougez pas, je vais vous trouver des chaussures pour aller avec ! »

Je croisai les bras sur ma poitrine, préférant quand même rester face à Ki Hyung plutôt que d’offrir à sa vue mon dos dénudé. Je me regardai une seconde avant de lever enfin les yeux vers Ki Hyung.

« Tu aimes vraiment ce genre de robe ? » demandai-je doucement.

J’espérais que non… mais c’était un mec, et puis c’était la vendeuse qui le connaissait visiblement qui m’avait apporté ça, donc il devait forcément apprécier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mer 29 Aoû - 15:24

Qu’est-ce qu’elle fabriquait ? Xue Feng avait beau être une fille, elle en mettait du temps à sortir de cette foutu cabine ! Et cette vendeuse… Ki Hyung étant connu comme le loup blanc dans les grandes enseignes, elle s’était empressée de jouer la carte de la bonne employée, mais là ça devenait lourd.
Il n’était pas patient, loin de là, et après tout, il n’avait accompagné une fille dans les magasins qu’une seule fois dans sa vie et ça lui avait suffi ! Certes il avait choisi-lui même cette activité, il devait le reconnaître, mais finalement, avec le recul, il se demanda s'il n'aurait pas mieux fait de demander simplement à l'homme de main de sa maison de s'occuper de commander une robe pour la soirée, tout simplement...

Trépignant d’impatience, il soupira de soulagement en entendant la vendeuse dire de Xue Feng qu’elle était magnifique. Un sourire à la fois carnassier et satisfait s’étira sur son visage : évidemment qu’elle serait magnifique – elle l’était déjà en temps normal – mais il se prit à l’imaginer vêtue d’une magnifique robe de soirée, longue et sobre qui laisserait transparaitre la candeur de la jeune femme. Il avait hâte de la voir, vraiment hâte. Xue Feng sembla pourtant douter et la vendeuse l’obligea alors à se placer devant Ki Hyung.

Ce dernier manqua un battement alors qu’au même moment la vendeuse repartait en quête d’une paire de chaussures.

Merde, c’était quoi ce plan ?!

Devant lui se trouvait une Xue Feng vêtue de la manière la plus sexy qu’il lui ait jamais connu. Sa robe était courte, très courte même, pourtant il ne put que se délecter du spectacle de ses longues et fines jambes blanches. Le décolleté était plutôt dense lui aussi comme le laissait deviner la position de Xue Feng qui semblait pour le moins mal à l’aise. Voyant qu’il ne réagissait pas, le souffle coupé, elle lui demanda doucement s’il aimait vraiment ce genre de robe. Cela ne redonna pourtant pas la parole à l’héritier. Un sourcil levé, la jeune femme tourna le dos à Ki Hyung afin de se regarder dans le miroir. Cela ne dura qu’une seconde, mais cette dernière avait été suffisante pour que le leader du High Five découvre « le dos » de la robe, et au passage celui presque entièrement découvert de son ancienne ennemie.
Bon sang comment pouvait-elle être aussi sexy ?! Il se mordit douloureusement le coin de la lèvre, jurant de mille façon e son for intérieur. Ce devait être une punition divine, ça ne pouvait pas être autre chose. Il était responsable de la rupture entre elle et Zhen Juan alors Dieu le lui faisait payer en la dévoilant à ses yeux de façon aussi provocante sans qu’il ne puisse se ruer sur elle, c’était évident !
Si cela n’avait tenu qu’à lui, en vue de l’effet que cette apparition avait provoqué, il aurait littéralement bondit sur elle pour la punir de la plus douce façon qu’il connaissait de le tenter ainsi.

Elle l’interpella de nouveau en douceur, le tirant brutalement de ce prologue de fantasme que son esprit commençait à dessiner, tandis qu’au-même moment la vendeuse revenait une paire de chaussure en main, toute fière de son ouvrage. Ki Hyung se leva brusquement du fauteuil et se planta devant elle, furieux et frustré au possible.


- « Vous trouvez ça drôle ? Allez chercher quelque chose de décent, c’est une robe de soirée que l’on cherche, pas la dernière tenue d’hôtesse en vogue ! »

A la fois secouée et outrée du comportement insolent du jeune homme, la vendeuse s’en alla comme elle était venue sans demander son reste. Les sourcils froncés, Xue Feng le dévisageait, toute prête à lui faire savoir qu’elle n’aimait pas sa façon de corriger le personnel. Ki Hyung ne lui en laissa pas le temps : attrapant sa veste posée sur l’accoudoir du fauteuil, il s’approcha de la jeune femme, un air de tueur sur le visage. Curieusement, alors qu’il avançait, elle recula tant et si bien qu’elle se retrouva dos à l’un des murs de la cabine. L’air on ne peut plus sérieux, le leader du High Five ne s’était pas démonté et se retrouva à présent à quelques centimètres d’elle. Luttant pour la regarder dans les yeux, il comprit le recul de sa belle lorsque cette dernière lui demanda fébrilement ce qu’il faisait : il sursauta légèrement en croisant son propre reflet dans le miroir de la cabine.

Il avait vraiment l’air effrayant avec ce regard sérieux, et ce visage fermé. Agacé, il soupira puis passa sa veste autour des épaules de Xue Feng.


- « Cette vendeuse n’a vraiment aucune goûts… »

Tenant toujours les pans de sa veste autour de la jeune femme, il ne put s’empêcher de jeter un rapide coup d’œil à la silhouette qu’il cachait, et ne put s’empêcher de rougir en détournant le regard alors qu’au même moment, tout sourire, Xue Feng l’interrogeait du sien.

- « Comme si un homme pouvait être assez fou pour montrer celle qu’il aime dans une tenue pareille… Je ne tiens pas à passer ma soirée à me battre pour chasser des mecs en manque ! »

Une moue boudeuse sur le visage, Ki Hyung se retira. La vendeuse revint accompagnée d’une collègue qui l’aidait à transporter un portique contenant un large panel de robes.
- « Monsieur Kim ? » L’interpella-t-elle, hésitante. « Désirez-vous choisir vous-même le modèle de la robe ? »

Sans tenir compte de l’avis de Xue Feng, alors qu’il lui tournait le dos, il répondit simplement.


- « Les couleurs pales et le blanc lui vont très bien… »

Sans plus un mot, il sortit du salon d’essayage, et après un court balayage de la boutique, il sortit de cette dernière, attendant qu’on le rappelle pour juger du résultat.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mer 29 Aoû - 19:15

Alors que, gênée, je regardais Ki Hyung, attendant une réponse, une réaction quelle qu’elle soit, celui-ci se contentait de me fixait sans broncher… et c’était d’autant plus gênant. Sérieusement, est-ce que c’était si terrible que ça comme résultat ? Je n’avais peut-être pas la silhouette pour porter des robes aussi… aussi… non, j’avais pas de mot. Je me retournai de nouveau vers le miroir, par réflexe, pour ne plus regarder Ki Hyung puisqu’il semblait n’avoir toujours pas l’intention de dire quoi que ce soit. Mais à peine fus-je face au miroir que me revint en tête le décolleté béant de mon dos alors je me retournai de nouveau en soupirant. Non, je ne pouvais décemment pas porter ça…

Finalement, je me décidai à tenter de l’appeler de nouveau pour savoir s’il allait me faire une syncope ou non, mais la vendeuse se décida à revenir au même moment avec des escarpins noirs. Avant qu’elle dise quoi que ce soit, Ki Hyung s’approcha pour lui donner son avis sur la robe. Je soupirai de soulagement, heureuse qu’il ait le même avis que moi sur cette fichue robe, néanmoins la jeune femme sembla choquée au plus haut point… quelque chose me disait que c’était la première fois qu’on objectait à son sens de la mode. Enfin, si elle travaillait dans ce genre de magasin, c’était déjà sûr qu’on n’avait pas les mêmes goûts vestimentaires.
Trop fidèle à moi-même pour ne pas réagir, je regardai Ki Hyung les sourcils froncés. Qu’il n’aime pas, d’accord, mais est-ce qu’il était obligé d’être aussi sec avec elle ? J’étais certaine qu’il n’aurait eu qu’à se faire aussi charmant qu’il le pouvait pour lui expliquer, elle aurait tout aussi bien compris. Cette pauvre vendeuse fila finalement sans rien répliquer, et je la comprenais.

Regardant toujours Ki Hyung, j’étais prête à le réprimander pour ce comportement odieux, mais l’expression de son visage me fit l’effet d’une douche froide, et je gardai la bouche fermée. Aussi, quand je le vis s’approcher de moi sans se départir de sa mauvaise humeur, je pris un peu peur et reculai jusqu’à ce que mon dos bute contre la cabine, je me mordis la lèvre. Je l’avais rarement vu avec cet air aussi en colère… enfin du moins pas sans que je l’aie au préalable provoqué, et là ce n’était pas simplement parce que je n’aimais pas sa façon de parler à la vendeuse qu’il se serait mis en colère à ce point… mais alors quoi ?
Alors qu’il se retrouvait à quelques centimètres de moi, me laissant tout le loisir de sentir son souffle sur ma peau, je me sentais prise au piège comme un malheureux petit lapin face à un loup, et j’avais peur qu’il me croque. Je réussis quand même à avoir assez de voix pour lui demandait ce qu’il était en train de faire. Aussitôt il se reprit, je soufflai et il soupira en voyant son reflet dans le miroir. Il mit ensuite sa veste - que je n’avais pas vu qu’il tenait - sur mes épaules en disant que la vendeuse n’avait pas de goût. Non, on était d’accord là-dessus.
Comprenant qu’il n’était pas en colère après moi, je me détendis un peu. Et alors que je me disais que c’était surprenant qu’un homme aussi frivole que lui n’aime pas les robes de ce genre, il se mit brusquement à rougir puis annonça qu’il n’avait pas envie d’avoir à éloigner les autres hommes toute la soirée. Donc… est-ce que je devais comprendre que la robe m’allait bien, en fait ?

Enfin, la vendeuse revint avec un portique plein de robes, et je soupirai de soulagement en voyant qu’elles avaient, elles au moins, une longueur décente. Elles demandèrent l’avis de Ki Hyung sans même me regarder et il leur répondit comme si c’était le plus normal du monde. Je serrai les lèvres pour retenir mon agacement puis le regardai sortir du salon d’essayage. Voilà, de nouveau il m’abandonnait à ces folles… je n’allais pas survivre.
Je m’approchai du portique pour jeter un œil au robe, ignorant totalement les conseils des demoiselles… j’avais 19 ans, je savais choisir ce que je voulais porter, non ? Ma main se posa finalement sur un haut en satin, couleur argent, je glissai mes doigts jusqu’à la jupe en organza et écartai les autres robes pour pouvoir mieux la voir. Sa dentelle et sa jupe asymétrique eurent raison de moi et j’en tombai aussitôt amoureuse.

« Vous voulez l’essayer ? me proposa la vendeuse.
- Oui. »

Elle la décrocha et alla la mettre dans la cabine, je m’y rendis aussitôt pour la passer. Je ne savais pas si elle plairait à Ki Hyung, mais au moins j’aurais pu la porter une fois durant quelques minutes, c’était déjà ça. La vendeuse dut, évidemment, m’aider pour remonter la fermeture puis je sortis de la cabine pour m’admirer dans le miroir, j’en restai bouche bée. Si ma mère me voyait porter une robe comme ça, elle me penserait probablement malade…

« Je vais chercher M. Kim. »

Je hochai la tête et, quand elle fut sortie je me rendis compte que l’autre vendeuse était déjà partie. Je posai mes mains sur la jupe pour ne pas me prendre les pieds dedans et me mis à tourner pour voir le tissu bouger. Si j’avais su qu’une telle robe me plairait, j’aurais demandé à ma mère de m’en acheter une plus tôt, ça aurait peut-être rendu moins difficile les cocktails où elle et mon beau-père me trainaient quand je n’acceptais de ne porter que des robes rectilignes parce que je ne pouvais pas rivaliser avec les autres gamines de riche. Je m’arrêtai finalement et soupirai, c’était pas la peine de penser à ça.

A peine trente secondes après que j’aie arrêté mon manège, je vis Ki Hyung arriver. J’aurais fait un tour de plus et il m’aurait vu faire ma gamine, la honte. Je me tournai vers lui en souriant.

« Comment tu la trouves ? Pas trop froufrouteuse ? »

J’avais un peu peur qu’il me dise « oui, on dirait une meringue vivante »… mais bon, après tout pourquoi pas, tout le monde aime les meringues, non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

High Five - Leader

○ Feat. : Hero JaeJoong

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mer 29 Aoû - 21:33

Doucement Ki Hyung se détendit. Il avait besoin de mettre de l’espace entre eux – il avait chaud. Se passant une main derrière la nuque il sentit les prémices de quelques gouttes de sueur logées sur sa peau, et les chassa bien vite. Malheureusement, il ne pouvait pas chasser aussi vite cette image provocante que lui avait laissée Xue Feng. Elle n’avait pourtant pas prit de pose, elle semblait même plutôt gênée, mais de la voir ainsi vêtue tout en affichant cet air candide et gêné l’avait excité davantage que ne l’aurai fait le numéro de séduction des pimbêches qu’il avait l’habitude de côtoyer.

Bien que Xue Feng soit dotée d’un entêtement et d’un foutu caractère qu’il n’avait que trop eu à supporter, elle était néanmoins semblable à toutes les filles du monde : pudique devant le regard d’un garçon, hésitante. Ce manque d’assurance qui ne lui était pas commun la rendait plus craquante encore, et Ki Hyung se félicita d’avoir aujourd’hui réalisé au moins l’un de ses objectif : entrevoir une Xue Feng que nulle autre que lui ne connaitrait. Il voulait tout d’elle, découvrir le moindre petit détail de sa personne . C’était étrange cette obsession, mais quelque part, puisque leur relation était si spéciale, il désirait aussi une Xue Feng spéciale. Une Xue Feng que les autres ne connaissaient pas. Une Xue Feng n’appartenant qu’à lui seul…
La vendeuse l’interpella alors, lui demandant de bien vouloir revenir dans la cabine.

Adoucie, il inspira profondément en se demandant quel genre de vêtement fantaisiste les deux vendeuses allaient avoir passé à sa belle. Sans escorte, les mains dans les poches, il se rendit de nouveau au salon d’essayage et découvrit enfin la facette « spéciale » de la jeune femme.
Là, devant son miroir, l’air enjoué, elle resplendissait. Sa robe était simple, mais aux yeux de l’héritier, il lui sembla qu’elle n’aurait jamais pu trouver plus parfait. Elégante et attirante sans tomber dans le vulgaire, sa belle ennemie lui demanda alors ce qu’il en pensait.

Il sentit son visage le brûler, et l’endroit étant empli de miroir, il ne lui fallut pas longtemps pour se voir confirmer son état. Tournant brusquement la tête, l’air agacé, il tortilla ses lèvres, trépigna. Inutile de dire que l’anxiété se lisait sur lui comme si l’on avait placé un panneau lumineux au-dessus de sa tête le signalant. Que dire qui ne soit pas « trop » ? Devait-il être honnête et lui dire combien il la trouvait magnifique, ou valait-il mieux se restreindre et jouer les indifférents ?
Non, surtout pas ! S’il agissait ainsi, elle allait l’envoyer sur les roses en lui faisant remarquer que c’est lui qui avait choisi le programme.
Continuant ses réflexions intérieures un peu trop longtemps, il fut attiré par la demoiselle attendant sa réponse.

- « Hey ! » Le tirant de sa rêverie, il fronça les sourcils et déglutit difficilement.
Ce que ça pouvait être pénible de parler à cœur ouvert sérieusement…


- « C’est pas mal… »

Il se gifla mentalement. Pas mal ? C’est tout ce qu’il avait trouvé ? Quel idiot ! Pour toute réponse, Xue Feng émit un petit « ooh… » transparent de déception, tout en retournant dans la cabine la tête basse. Le leader du High Five plissa les yeux fortement toujours à cran. Dans sa tête se ressassait les paroles de Xue Feng, le fait qu’il devait se comporter comme un ami, et voilà ce que ça donnait !
Encore s’il avait été son ami gay il aurait pu dire avec une honnêteté des plus claires ce qu’il pensait mais là pour le coup il n’était ni gay (enfin… Presque pas.) ni son ami. Du moins, ce n’était pas le genre de chose qu’il souhaitait avec elle. Se maudissant une dernière fois et après avoir jeté un coup d’œil en arrière pour s’assurer qu’il ne serait pas vu des vendeuses, il se précipita vers la cabine, et sans demander la permission à la concernée se glissa derrière le rideau, avant de venir dans la seconde plaquer sa main sur la bouche de la jeune femme pour l’empêcher de lui hurler dessus.

Par chance, elle était encore vêtue de la robe, et étant seule dans la cabine n’avait pas réussi à descendre la fermeture aisément. Collée contre le torse de Ki Hyung, sa main contre ses lèvres, ils se tenaient à présent face au miroir par lequel l’héritier la regardait, captive.


- « Désolé je… j’ai du mal. Du mal à savoir comment être un ami pour toi… Alors même si tu m’en veux pour ça, même si tu te fâches parce que je ne sais pas me modérer… Il faut que je te dise combien tu es… » Lentement, sans s’en rendre compte, les yeux toujours posté sur le miroir, il laissa glisser sa main des lèvres de Xue Feng, lui rendant la parole. « Tu es magnifique. Vraiment magnifique. Je ne sais pas si tu as envie de continuer à en essayer d’autres mais celle-là… Je pense qu’elle est parfaite. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Against - Leader

○ Feat. : Rainie Yang
○ Localisation : Dans ma chambre

Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫
Mer 29 Aoû - 23:37

Ki Hyung tourna presque aussi la tête alors que j’avais l’impression de l’avoir vu rougir, mais ça avait été tellement rapidement qu’une seconde après je me demandais si je l’avais vraiment vu ou imaginé… c’était peut-être juste un effet de la lumière. Ceci dit, ce n’était pas à cause de la lumière que, encore une fois, il s’entêtait à garder le silence. Qu’est-ce que c’était pénible, lui qui avait toujours la langue si bien tendue pour donner son avis… Puis je pris conscience d’une chose : peut-être cherchait-il simplement ses mots pour ne pas me faire de peine. Peut-être qu’il n’aimait pas du tout la robe et qu’il cherchait un moyen de me le dire sans que je me vexe… ce qui serait raté de toute façon, j’aimais vraiment cette robe, ce serait vraiment dommage qu’il ne la trouve pas jolie.

Mon enthousiasme parti, j’interpelai Ki Hyung pour qu’il me dise ce qu’il en pensait. Inutile que je me torture les méninges, je n’arriverais sans doute jamais à deviner ce qui trotte dans la tête d’un type comme lui. Avais-je envie de savoir ce qu’il pouvait avoir dans la tête ? Non, probablement pas. Il se décida enfin « C’est pas mal… ». J’encaissai, sa phrase, le ton qu’il avait pris pour dire ça, tout. Je lâchai un léger « ooh » et me détournai en gonflant mes joues. J’avais raison, il ne l’aimait pas, ou si peu, mais il n’avait visiblement pas cherché à me ménager non plus… même si deux minutes avant j’avais pensé que je me fichais de la façon dont il me le dirait, beh maintenant je savais que j’aurais préféré qu’il prenne des gants.
Je retournai dans la cabine, inutile de garder cette robe plus longtemps si elle ne lui plaisait pas. Je refermai le rideau derrière moi et m’observai dans le miroir. Est-ce que c’était si terrible que ça ? Je ne trouvais pas… Je soupirai et me mis à me contorsionner pour atteindre la fermeture de la robe. J’étais souple, certes, et l’atteindre ne fut pas difficile, en revanche la faire descendre m’était quasiment impossible. Je la glissai sur un pauvre centimètre, ou quelque chose comme ça, puis elle ne bougea plus. Je me mordis la lèvre pour ne pas m’énerver, en plus cette robe ne m’avait rien fait de mal.

Brusquement, sans que je m’en rende compte, le rideau bougea et Ki Hyung se faufila dans la cabine. Surprise, j’étais sur le point de hurler quand il plaqua une main sur ma bouche et colla son torse à mon dos en me pressant contre lui. Je voulus me défaire de son étreinte mais je croisai son regard en tournant les yeux vers le miroir, il fixait mon reflet, la robe. Comme toujours quand j’étais près de lui, je sentis mon cœur s’affoler, et ça ne s’arrangeait pas quand je l’entendis me dire que j’étais magnifique, et que cette robe était parfaite.
Si la colère ne m’avait pas tenu debout, je me serais probablement évanouie de bonheur. Mais je lui en voulais quand même, il n’avait pas le droit de me dire ce genre de chose… il ne m’aidait absolument pas, et puis c’était quoi cette façon d’entrer dans les cabines d’essayage, sérieux !
M’appuyant sur cette colère pour ne pas risquer de gâcher les efforts que j’avais fait jusque là, je me défis de ses bras et lui fis face.

« Non mais ça va pas !? D’où on entre comme ça sans prévenir ! » Furieuse, je croisai les bras sur ma poitrine de nouveau. « T’es pas possible, t’en fais vraiment qu’à ta tête hein ! C’est pénible, je te jure, comment veux-tu que j’arrive à réfléchir ! »

Je soupirai et me passai une main sur le front. Il fallait que je m’énerve pour qu’il ne voit pas à quel point ce qu’il m’avait dit pouvait me faire plaisir… et j’espérais être la seule à remarquer que mes joues avaient rosi. Comment est-ce qu’il pouvait réussir à dire ce genre de chose alors que je m’efforçais de le repousser ? Et même si j’avais voulu que la robe lui plaise… maintenant j’avais l’impression que mon cœur allait exploser.

Un léger silence s’installa et je vis Ki Hyung tourner les talons pour sortir de la cabine. Je soupirai doucement puis, en frôlant ma robe du bout des doigts, je me rappelai de la maudite fermeture.

« A-attends ! » Alors qu’il se tournait vers moi, je me mis dos à lui. « Est-ce que tu peux m’aider à baisser la fermeture de la robe s’il te plait ? »

Bien que dos à lui, je baissai la tête pour que mes cheveux cachent mon visage qui avait probablement plus que rougi lorsque j’avais demandé ça, mais il était un peu mon dernier recours. Je ne savais pas où était passée cette conne de vendeuse, et je n’avais pas envie d’arracher la robe à coups de dents. Je l’entendis vaguement accepter puis je sentis ses mains dans mon dos, comme une conne je frissonnai et me giflai mentalement. Mais je ne pipai mot, me mordis la lèvre, et quand il fut finalement ressorti de la cabine je soufflai longuement. Ce mec me faisait tellement d’effet…

Je quittai précautionneusement la robe et remis mes vêtements. Étrangement, comparé à deux minutes avant, je me trouvais soudain extrêmement banale… quoique je ne m’étais jamais rien trouvé de très extraordinaire, mais cette robe m’avait donné l’impression d’être une princesse… la robe et… les paroles de Ki Hyung. Je me giflai, pour de vrai cette fois, pas trop fort pour ne pas avoir de marque et j’attrapai la robe dans mes bras pour sortir de la cabine.
Je m’approchai doucement, en regardant où je mettais les pieds pour ne pas risque de marcher sur l’organza.

« Hm… on peut arrêter là les essayages je pense… j’aime beaucoup cette robe… »

Et alors, comme si ça venait tout juste de me faire tilt, je me sentis gênée qu’il puisse acheter une merveille pareille pour moi. Je n’avais même pas osé regarder le prix pour ne pas être dégoûtée, mais… tout de même, j’imaginais à peu près la catégorie de prix.

« T-tu sais » balbutiai-je pitoyablement. « T’es pas obligé de m’acheter une robe… je mérite sûrement pas que tu dépenses de l’argent pour moi. »

Surtout vu la façon dont je lui avais parlé aujourd’hui. Ça me gênait d’autant plus… ou peut-être que ce qui me gênait c’était de ne pouvoir faire baisser cette image qu’il avait de moi au niveau de ce que j’étais en réalité… j’étais persuadée qu’il y avait une énorme marge et que, comme tous les autres, il me surestimait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message Sujet : Re: Pretty woman, the kind I like to meet ♫

Revenir en haut Aller en bas
 

Pretty woman, the kind I like to meet ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ♪ Pretty Women ♪
» Pretty woman, walking down the street ♪
» Pretty woman
» [Event Bal] « Oh, pretty woman ! » | Thomas && Kim
» Pretty Woman, walking down the street ... | Pv Uriel Issei {Terminé}
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:



Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jīng Yīng Academy ::  :: Nanjing Road :: Magasins-