/!\ forum interdit aux moins de 16 ans /!\

 

Partagez | 
 

 Sleepwalker tells me a story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Sleepwalker tells me a story
Lun 2 Juil - 23:23


Soren Soejima & Akira Soejima

Chambre de Soren & Akira ; 15 Octobre 2011 à 23h30

    Il était aux alentours de 23heure quand je décidais qu'il est temps que je rentre au dortoir. J'avais passé ma soirée dans un endroit calme à dessiné, j'avais fais plusieurs dessins pour le tatou d’Akira, mais aucune ne m’avait plu et je les avais tous jeté. A cette heure la quand j’arriverais dans la chambre Akira allait sûrement déjà dormir. En général je rentrais bien plus tard que ça. J’aimais bien sortir en ville pour m’amusé avec quelques amis. Mais aujourd’hui j’avais craché sur une soirée qui serait sûrement bien arrosé.
    De toute façon dans ses soirées, je finissais toujours pas me faire dragué par des filles que je repoussais et qui m’en voulais les mecs ne comprenaient pas pourquoi je repoussais toute les filles qui m’abordaient. Ils me disaient tout le temps. « Mais tu n’as pas de petite amie pourquoi tu es les repousse toute? » ou bien « Tu nous cacherais pas quelque chose? Tu as une petite amie au states? ».

    Si seulement c’était aussi simple que ça, mais ce n’était pas le cas et je me voyais vraiment mal leur dire. « Ah désolé, je suis seulement gay et je suis amoureux de quelqu’un… » de mon cousin de surcroit… Si je leur disais sa il était clair que je me retrouverais complètement seul et je passerais pour quelqu’un d’horrible et de dégueulasse. Et sa risquais devenir aux oreilles de mes parents et je m’imaginais déjà ce que mon père ferait. Premièrement, il me ferait embarquer dans le premier avion en direction de L.A pour ensuite m’envoyer dans un camp qui « guérit l’homosexualité ». Juste d’y pensé j’avais envie de gerbé. Et tout ce que je voulais c’est resté proche de mon cousin.

    Je marchais tranquillement dans le couloir en faisant le moins de bruit possible et une fois dans la chambre, je n’allumais pas la lumière, je laissais mes yeux s’habituer à la noirceur et je retirais mes vêtements sauf mon boxer bien évidemment et je me couchais dans mon lit après avoir posé mon calepin sur la table de chevet. Je regardais l’heure sur le réveille il était 23h30 j’avais mis 30 minutes pour me rendre ici. Je souris et regardant le lit à côté Akira dormais comme une buche, je ne l’avais pas réveillé encore heureux. Je me tournais sur le côté et fermais les yeux.

    Du bruit me fit toute fois me redresser dans mon lit et je regardais en direction de Akira, il semblait agité et il marmonnait quelques mots qui m’était inaudible. Je haussais un sourcil, mais n’osais pas bougé. Finalement je l’avais peut-être réveiller.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mar 3 Juil - 18:20

Akira avait passé la soirée seul. Pour changer. Soren était sorti s’amuser, alors Akira n’avait rien fait de particulier. Comme toujours, il avait dessiné, puisqu’il ne pouvait pas peindre dans la chambre, il aurait bien été dans un atelier si, interdits par le règlement le soir venu, les étudiants ne s’y réfugiaient pas pour s’amuser en enfreignant les règles. Lui aussi, il se fichait d’enfreindre les règles, mais comme il y avait des étudiants tout autour, ce n’était plus aussi calme, alors autant rester tranquillement dans sa chambre.

Il devait être aux alentours de 22h quand il décida de se coucher, en général il attendait que Soren revienne, mais ce soir il se sentait fatigué. Il s’allongea dans son lit mais ne trouva pas tout de suite le sommeil, il tourna et tourna dans le lit, l’esprit vagabondant à des tas de choses, comme toujours. Il avait conscience, cela faisait six ans à présent qu’il avait arrêté sa psychothérapie, bien entendu, ce n’était pas tant l’effet de l’avoir arrêté qui le perturbait encore aujourd’hui, mais plutôt ce qui s’était passé pour qu’il arrête de voir son psychologue, et tout ce qui en avait découlé ensuite. Et rien que d’y penser, le jeune homme se resserra sur lui-même en étreignant sa couverture. Il lui arrivait parfois d’y penser, il ne savait même pas pourquoi, alors qu’il essayait d’occulter au mieux cette partie de sa vie.

Au moins, Soren n’était pas là pour le voir rechercher en vain le sommeil, ça lui arrivait très peu… et ici, ça ne lui était encore jamais arrivé en fait. Soren ne savait pas. Akira n’avait pas trouvé utile de lui parler de ses problèmes, ça n’aurait servi qu’à inquiéter Soren, et il ne le voulait pas. Tout ça c’était du passé, même si ça le hantait encore parfois.

Il lui fallut près d’une heure, mais il parvint enfin à s’endormir. Mais ses angoisses ne le lâchèrent pas pour autant, et elles continuèrent, malgré son sommeil. C’est ainsi qu’il se retrouva une nouvelle fois dans la salle d’attente de son psychologue… bien sûr, avec le temps, avec les craintes, elle ne ressemblait plus à la réalité, ses cauchemars la dénaturaient, les contours n’étaient pas nets, tout bougeait, et le lieu était absolument désert. Les tests de Rorschach accrochés aux murs, ces tâches qui l’avaient effrayé lorsqu’il y avait été confronté la première fois, elles étaient toutes là, représentant une seule et même chose : un vase brisé. La clé de sa délivrance.
Akira se vit alors, petit garçonnet d’une douzaine d’année, entrer dans le cabinet de son psychologue. Il était différent, immense, entièrement blanc, ne contenant qu’un fauteuil, et un bureau. L’homme était là, sans visage, et attendait Akira qui sentait de plus en plus son angoisse augmenter.

Tourmenté, Akira commença à chuchoter dans son sommeil, à bouger dans son lit, mais dans son rêve il restait immobile, la simple vue de cet homme le paralysait. Il avait pourtant plus d’une fois essayé de relativiser, cet homme ne l’avait pas violé, il n’avait fait qu’essayer et trahir la confiance d’un enfant bien trop fragile. Mais la pensée que cet homme à qui il avait tout confié ait pu avoir de telles idées, envies, à son égard, répugnait Akira. A cette époque, il n’était qu’un enfant…

« Ne me touchez pas… »

Akira se redressa et s’adossa brusquement alors que l’homme sans visage s’approchait de lui… il passa ses mains sur son visage pour essuyer ses joues trempées de larmes. Il se mit à trembler, terrorisé par ce que l’homme pourrait lui faire, là il n’avait plus rien pour se protéger.

« Ne vous approchez pas… sensei… laissez-moi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mar 3 Juil - 18:59

    - Akira?

    Je n’eus aucune réponse tout simplement. Il dormait donc et je me faisais des idées, mais il semblait vraiment agité. C’était la première fois que je le voyais agité comme ça dans son lit. Alors que j’ouvris la bouche pour l’interpeller une nouvelle fois sa voix me pris de court.

    « Ne me touchez pas… »

    Je haussais un sourcil ne comprenant pas exactement ce qui se passait et il se releva brusquement dans son lit et s’adossa contre le mur et je le vis passé ses mains sur son visage, et j’entendais qu’il pleurait. Je me levais de mon lit m’approchait lentement du sien et je tendait la main vers lui pour le touchez.

    « Ne vous approchez pas… sensei… laissez-moi… »

    Je sursautais un peu surpris, mais j’allumais la lumière qu’il avait sur sa table de chevet et constatais qu’il dormait. Ses joues étaient inondées de larme. Je m’installais devant lui et je voulus me rapprocher de lui, mais il me poussa et il bougeait les bras comme si il chercher à se défendre de quelque chose c’était la première fois que je voyais sa. N’était-ce pas une terreur nocturne? Je réussis finalement a posé mes mains sur ses épaules.

    - Akira… est-ce que sa va?


    Est-ce que j’espérais vraiment avoir une réponse? Il ne semblait pas du tout connecté à la même réalité que moi. Il était tout sauf avec moi. Et j’étais un peu inquiet de le voir comme sa. Sur son visage je pouvais lire de l’inquiétude et la peur… surtout la peur… mais la souffrance. Je pris son visage entre mes mains. J’ignorais ce que je devais faire présentement.

    - Akira… c’est moi Soren, tu fais un cauchemar…


    Sa ne pouvait être que sa un vilain cauchemar… mais qu’il le rendrait comme ça? Pourquoi avais-je des doutes? Je me sentais vraiment impuissant présentement face à cette situation et je me demandais s’il n’y avait pas quelque chose que j’ignorais sur mon cousin. L’une de ses main s’écrasa sur ma joue et j’ouvrais grand les yeux surpris. Il venait de me giflé…

    - Akira merde, reprend-toi.

    Ma voix était bizarre sans doute du a la surprise de cette gifle je le secouais quelque peu espérant qu’il revienne à la réalité.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mar 3 Juil - 21:05

Durant plus d’un mois il n’avait pas eu de crise. Près de Soren, il se sentait calme et ses craintes disparaissaient, c’est pour ça qu’il l’attendait pour dormir, pour savoir qu’il était là, près de lui, et qu’il ne pouvait rien lui arriver… mais depuis le temps, la crise le guettait… mais tôt ou tard ce serait revenu de toute manière, il n’y avait pas de moyen de le guérir de ça complètement. Akira était trop tourmenté, et il y avait énormément de choses qu’il ne disait à personne, pas même à Soren. Et il avait beau exorciser ses rêves avec ses peintures, ça ne changeait rien sur le long terme, tout lui revenait toujours un jour.

Mais peut-être Akira aurait-il dû parler de son somnambulisme à son cousin, ça aurait au moins évité de lui faire peur. En voyant pleurer Akira, Soren s’approcha pour le rassurer, mais tout ce qu’Akira vit fut une ombre qui se couplait à celle de son agresseur onirique. L’ombre s’approcha plus rapidement et l’attrapa par les épaules. Akira eut l’impression que son cœur le lâchait, il était si proche, qu’allait-il lui faire maintenant ? Il n’y avait rien dans la pièce où il était coincé, rien pour l’aider, pas même de vase… Il se sentait désemparé, désespéré, et il ne pouvait s’empêcher de pleurer.
Les mains se posèrent ensuite sur son visage et Akira hurla dans son rêve, son agresseur recula mais l’ombre ne le lâchait pas, comme si elle avait été sourde à son cri. Une voix retentit, faiblement, et Akira ne comprit pas, il était terrorisé et avait envie de fuir loin… Il gifla l’ombre, et fut surpris que sa main touche quelque chose, mais il ne s’arrêta pas, une fois le choc passé, il se débattit pour repousser l’ombre et s’extirpa de son lit.

Il sauta sur le sol et fila vers le mur opposé, rapidement ses mains trouvèrent la fenêtre, et elle apparut dans son rêve, enfin une échappatoire ! Mais une main se posa sur son épaule et il se retourna brusquement pour faire face à son agresseur. Le psychologue avait retrouvé son visage, il adressa un sourire bienveillant à Akira qui se laissa glisser le long du mur, tremblant.

« Non, ne faites pas ça… »

Sa voix suppliante sortait à peine de sa bouche et il contenait tant bien que mal ses sanglots. Comme dans ses souvenirs, les mains du psychologue se posèrent d’abord sur sa tête pour le rassurer, puis dans son cou et Akira remonta ses jambes contre son torse, il enfouit son visage contre ses genoux en le suppliant encore et encore d’arrêter. Et l’homme lui murmurait de se calmer, qu’il ne lui ferait pas de mal.

« Sensei pitié… pas ça… »

Akira se redressa, se plaquant contre le mur autant qu’il pouvait, espérant qu’il réussirait à s’éloigner de son bourreau, d’une manière ou d’une autre. Ses larmes ne cessaient pas, il recula tant qu'il put jusqu'à se retrouver dans le coin de la pièce, piégé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mar 3 Juil - 22:16

    Je ne comprenais tout simplement pas ce qu’il se passait, mais Akira c’était levé de son lit et avait filé vers le mur à l’opposé. Je le regardais faire ses mains se posèrent sur la fenêtre, je me levais d’un bond inquiet de ce qu’il pourrait faire. Avant même que je n’arrive près de lui, il se retourna brusquement et je le vis se laisser glisser le long du mur et il tremblait, j’étais vraiment inquiet maintenant.

    « Non, ne faites pas ça… »

    Je n’étais pas certain d’avoir entendu, mais c’était bien sa voix… et il sanglotait encore cela me fit mal au cœur de le voir ainsi alors que je ne comprenais tout simplement ce qu’il se passait. Je m’approchais doucement de lui il ramena ses jambes vers son torse et enfouit son visage contre ses genoux. Et il suppliait quelqu’un… je m’approchais encore et m’installais à une bonne distance de lui.

    « Sensei pitié… pas ça… »

    Il se redressa et se plaqua contre le mur, je m’approchais encore espérant réussir à l’approcher pour de bon. Il pleurait je voyais ses larmes qui ne cessaient pas. Je le vis reculé encore jusqu’à ce qu’il se retrouve dans le coin. Je profitais de ce moment pour le prendre dans mes bras et le serrer contre moi en espérant que sa change quelque chose. Et je nichais mon visage dans son cou et murmurai :

    - Akira calme toi personne ne va te faire de mal ici.

    Oh que non personne ne lui ferais du mal ici c’était certain. Je ne laisserais jamais personne lui faire du mal cette personne le regretterais amèrement de s’en être pris à mon cousin. Je le défendrais quoi qu’il arrive. Je le protègerais à n’importe qu’elle prix… plusieurs me dirait sûrement que je suis ridicule et aveugle.

    - Akira avec moi il ne t’arrivera rien je te le promets.

    Je le serrais un peu plus contre moi et je me reculais pour le regardais et je remontais une main à son visage et j’essuyais lentement ses joues. Je ne comprenais pas du tout ce qui se passait et je n’aimais pas voir Akira comme ça. Il semblait tellement souffrir et avoir peur. Puis ma main passa tranquillement dans ses cheveux que je caressais tendrement.

    - Revient vers moi Akira. Tu risque rien avec moi je te protègerais…

    J’espérais que le son de ma voix change quelque chose, mais en même temps j’avais peu d’espoir j’avais aussi peur qu’il me frappe de nouveau d’ailleurs ma joue qu’il avait giflé un peu plutôt me faisait un peu mal. Je le regardais et espérais qu’il se réveille vraiment…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mer 4 Juil - 1:52

Les bruits de pas autour d’Akira ne cessait pas, il les entendait, entre les pas du psychologue et ceux de son ombre, il avait l’impression d’être assailli de partout. Ses poumons lui faisaient mal à force de chercher l’air, sa gorge le brûlait à cause de ses sanglots et ses bras restaient crispés de part et d’autre de son corps, tétanisés.
Brusquement, sans qu’il ne le voie venir, des bras l’enlacèrent tendrement, il se crispa un instant avant de se détendre. Une voix qu’il connaissait bien commença à lui parler, à le rassurer, à lui promettre une protection. Mais Akira n’était pas dupe, il savait que rien ne pouvait combattre ses fantômes, son esprit lui-même n’était pas assez fort après six années à endurer cette situation.

Malgré tout, Akira commença à se calmer, il sentait le souffle chaud de son cousin bien-aimé dans le creux de son cou, même s’il était encore déconnecté, il dormait encore, mais il savait que Soren était là. Il ne le voyait pas, c’était à peine s’il l’entendait, mais il le sentait, son cœur le sentait, et jamais son cœur ne se trompait sur la présence de Soren.

Akira fixait toujours devant lui, l’immense salle blanche et presque vide, et son ancien psychologue à à peine quelques mètres de lui. Il ferma les yeux et baissa la tête espérant le faire fuir… mais l’homme continuait à tourner comme un lion en cage, attendant l’occasion de bondir sur le pauvre Akira qui aurait voulu disparaitre.
Heureusement, quand il rouvrit les yeux, son rêve s’était modifié, il se trouvait dans un grand parc qu’il s’était créé de toutes pièces dans sa tête, malgré de légères ressemblances avec un des parcs où il s’était rendu avec Soren.
Et Akira cessa de se débattre, emprunt de sommeil, son corps se reposa contre celui de Soren, Akira cala sa tête contre l’épaule de son cousin qui l’enlaçait toujours.

« Tu es là… » souffla-t-il faiblement.

Pourtant le parc était vide, et Akira en avait conscience. Il passa néanmoins ses bras autour de Soren pour s’agripper à lui, même à travers son sommeil, il ne comptait pas le laisser partir. Où il était, il ne se souciait même pas des réactions de son cousin, ni les questions que cette crise allait entrainer, il dormait juste paisiblement… plus paisiblement que quelques instants auparavant.

« Soren… me laisse pas… »

Ses bras s’agrippèrent un peu plus fort encore et Akira se blottit contre le torse de Soren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mer 4 Juil - 2:28

    J’ignorais si c’était mes paroles qui avaient fait effet, mais il était bien plus calme maintenant et j’étais soulagé, je dois dire. Son corps se reposa totalement contre le mien et sa respiration c’était calmé et il avait calé sa tête contre mon épaule et je le serrais toujours contre moi. L’une de mes mains remonta dans ses cheveux et je continuais de les caressé doucement, je voulais qu’il s’apaise totalement.

    « Tu es là… » souffla-t-il faiblement.

    Un petit sourire prit naissance sur mes lèvres en entendant sa voix et je hochais la tête, je serais toujours la pour lui. Je le sentis passé des bras autour de moi, j’étais un peu surpris. Mais je ne fis rien, je le laissais faire, il était calme maintenant et mon inquiétude me quitta enfin. Sa respiration était calme et a un rythme constant. Il dormait? Vraiment? Qu’est-ce que c’était que sa.

    « Soren… me laisse pas… »


    Ses bras se resserrèrent un plus fort sur moi et il se blottit contre mon torse. Mon cœur c’était accélérer à l’entente de ses paroles. Je restais la avec lui dans mes bras et comme j’étais debout je le poussais doucement au lit le plus près. Mais je le tenais toujours dans mes bras. Je m’installais sur le lit de façon a ce qu’il soit tout autant confortable que moi, mais je le gardais blottit contre moi.

    - Je ne te laisserais jamais Akira, je serais toujours la.

    J’espérais qu’il entendrait qu’il comprendrait que j’étais la pour lui pour de vrai. Je posais un baiser sur ses cheveux et le serrais un peu plus contre moi. Il m’avait vraiment fait peur n’empêche, mais maintenant c’était comme s’il ne c’était rien passé c’était à n’y rien comprendre quand même. C’était bizarre…

    - Akira qu’est-ce qui vient de se passé?

    Je voulais savoir, je voulais comprendre. Je me sentais encore un peu perdu par ce qu’il venait de se passé. Et je n’avais pas aimé le voir aussi apeuré… et ses larmes… non je ne voulais pas les revoir. Je détestais voir les gens pleuré, mais bien plus encore voir Akira pleuré sa me faisait mal.

    - Parle-moi…

    Je passais ma main sur sa joue et je me retins de soupiré, je devais avoir l’air con de parlé à quelqu’un qui n’était pas avec moi… Je posais ma tête sur la sienne et regardais devant moi attendant de voir s’il me parlerait. Sa chaleur me faisait du bien, je fermais les yeux pour profité pleinement de se moment.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Ven 6 Juil - 22:50

Sans que Akira s’en rende compte, Soren le poussa sur son propre lit et l’enlaça étroitement. Le petit cœur d’Akira se mit à battre beaucoup plus fort, il était toujours contre son cousin et espérait bien y rester.
Il ne quittait pas des yeux le paysage devant lui, ce parc verdoyant, les bancs de bois et le calme… un calme aussi exceptionnel qu’agréable… il s’y sentait bien, ce parc représentait à merveille ce qu’Akira ressentait près de Soren, dans ses bras, quand il parlait avec lui, quand il savait qu’il était dans les parages. Il se sentait rassuré, en sécurité, et accepté sans concession.

Et Soren le serrait contre lui, caressant son visage, l’entourant de sa chaleur. Et il lui parlait. Akira n’entendait, évidemment, pas ce que Soren disait, pourtant les réponses se formaient dans sa tête, instinctivement, et les images dans sa tête recommencèrent à se brouiller, se mêlant d’un blanc immaculé et terrifiant, le même blanc que la couleur du cabinet de son psychologue, et le garçon se remit à trembler dans les bras de son cousin, les larmes lui montant de nouveau aux yeux.

« Kagawa-sensei… » murmura-t-il d’une voix tremblante. « Non… »

Il enfouit son visage contre le torse de Soren, se protégeant du mieux qu’il pouvait, essayant de disparaitre aux yeux de ce médecin qui le guettait et lui inspirait la même peur atroce que lorsqu’il avait douze ans… pourtant il en avait dix-huit à présent, mais il le hantait toujours.

« Aide-moi… il est là… il va encore… encore essayer… »

Ses larmes lui échappèrent, abondantes, et il s’accrocha plus fort à Soren, pour s’assurer qu’il était bien là, près de lui, il perdait peu à peu la sensation d’apaisement qu’il avait ressenti et ça le terrifiait. Où était le parc ? Où était Soren ? Pourquoi est-ce qu’il se retrouvait dans ce cabinet ? Et l’homme recommençait à s’avancer vers lui, la distance entre eux s’allongeait pourtant, comme si le cabinet grandissait, grandissait, au fil des secondes… mais c’était habituel, et il savait que l’homme réussirait à l’approcher encore une fois…

« Il me fait peur, le laisse pas me toucher… »

Il suppliait Soren d’une voix désespérée, n’en pouvant plus de ce cauchemar qui n’en finissait pas, il était déjà épuisé par ce sommeil tourmenté, il aurait voulu trouver une porte de sortie, fuir enfin cette abomination .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Sam 7 Juil - 19:12

    Alors que je croyais que tout était terminé, mais bien au contraire, il se remit à trembler dans mes bras. Et je vis une larme roulé sur sa joue. Mon cœur ce serra une nouvelle fois. Je passais ma main sur sa joue.

    « Kagawa-sensei… » murmura-t-il d’une voix tremblante. « Non… »

    De qui parlait-il? J’étais tellement perdu maintenant. Si seulement il pouvait ce réveiller ce serait plus simple. Il enfouit son visage contre mon torse visiblement il cherchait a fuir quelqu’un qui lui faisait vraiment peur. Je le serrais un peu plus contre moi espérant l’apaisé encore une fois comme je l’avais fais tout à l’heure.

    « Aide-moi… il est là… il va encore… encore essayer… »

    Cette fois je sentis ses larmes contre mon torse et il s’accrocha bien plus fort à moi. Qu’est-ce qu’on lui avait fait? Que lui était-il arrivé ? Pourquoi avais-je l’impression qu’on m’avait caché quelque chose que je devrais savoir. Je remontais ma main dans ses cheveux et murmurais des mots doux à son oreille en espérant le calmé. Je posais un baiser sur son front.

    « Il me fait peur, le laisse pas me toucher… »

    Je haussais un sourcil à cause de sa voix si suppliante qui ne lui était pas habituel. Comment est-ce que je pouvais empêcher quelqu’un de faire quelque chose alors que je ne comprenais rien et ne voit rien de ce que lui voyait?

    - Akira personne ne te touchera… je ne laisserais personne te faire du mal.

    Je passais ma main dans ses cheveux et les caressais tout doucement. Je ne savais même pas s’il entendait ce que je disais. Mais je n’aimais pas du tout le voir comme ça. Sa me frustrait un peu car, j’avais se sentiment d’impuissance qui me venait. Car c’était quand même sa j’étais impuissant face à sa…

    - Tu sais pourquoi je ne laisserais jamais personne te blessé? Parce que je tiens à toi plus que tout, je t’aime.

    Je me mordis la lèvre me rendant compte de ce que je venais de dire et je souhaitais qu’il n’est rien entendu je dois dire. J’avais un peu peur de sa réaction s’il m’entendait ou me comprenait. J’avais espoir qu’il n’est rien compris et comme ça je ne me ferais pas rejeter ce que je craignais par-dessus tout.

    - Akira réveille-toi… si tu veux que je te protège, il faut que tu te réveille. Pour moi… réveille-toi.

    Je croisais les doigts pour qu’il se réveille et que tout cela cesse. Je n’aimais pas cette situation, je voulais que sa ce termine maintenant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Sam 7 Juil - 20:42

Soren ne comprenait rien à ce qui se passait, et Akira restait piégé dans ce sommeil trop réaliste, il cherchait désespérément un moyen de s’échapper, désespérément oui, mais en vain… comme toujours.. Et c’était à peine s’il continuait à sentir la chaleur de son cousin autour de lui, pourtant il faisait de son mieux pour s’y accrocher, pour le retrouver, il ne fallait pas qu’il perde cette chaleur salvatrice ou bien il serait de nouveau happé par ses peurs les plus sombres, il le savait.

Et Soren ne cessait ses tentatives pour le rassurer, il avait réussi plus tôt, mais à présent c’était comme s’il s’éloignait de plus en plus d’Akira… Akira était en train de se perdre dans son sommeil, et s’il ne se réveillait pas, alors il s’endormirait, et plus moyen d’échapper à son médecin.
Les doigts de Soren se perdait dans les cheveux d’Akira qui soupira, tremblant encore, mais avait plus l’impression d’imaginer cette sensation de douceur plus que de la sentir réellement… comme s’il en avait tellement besoin que son corps se fourvoyait et lui faisait croire qu’il était en sécurité alors que son esprit n’en était pas sûr… à moins que ce ne soit son esprit qui soit trop craintif pour faire confiance au sensation de son propre corps.
Et pourtant ces paroles arrivèrent jusqu’à lui.

- Parce que je tiens à toi plus que tout, je t’aime.

Le cœur d’Akira se mit à battre beaucoup plus fort encore. Était-ce encore son rêve, ou bien Soren lui avait-il vraiment dit ça ? Qu’il l’aimait… ? Soren continua de parler, lui demandant de se réveiller, mais Akira restait focaliser sur son « je t’aime », c’était tellement beau de l’entendre de la bouche de Soren. Ses larmes cessèrent, ainsi que ses tremblements, et le cabinet blanc disparut totalement.
Akira releva la tête, toujours plongé dans son sommeil et ses lèvres se posèrent doucement sur la peau de Soren. D’abord, sa mâchoire, et Akira soupira d’aise en sentant sa peau chaude contre sa bouche.

« Soren… »

Il remonta lentement ses lèvres sur la joue de son cousin, avant de prendre le chemin de ses lèvres. Il déposa un petit baiser sur ces lèvres charnues.

« Moi aussi… »
Il déposa encore un baiser sur sa bouche. « Je t’aim… »

A peine les mots furent-ils sortis de sa bouche qu’il embrassa encore Soren, plus suavement, de la même manière qu’ils s’étaient embrassés à Los Angeles, deux ans auparavant.
Mais cette douce étreinte sur sa propre bouche fit sortir Akira de sa torpeur. Il cligna doucement des yeux et rompit le baiser, choqué, gêné, troublé par ce qui venait de se passer.

« M-mais qu’est-ce que… »

Il lâcha Soren pour s’asseoir dans le lit. Comme souvent, il avait oublié ce qui s’était passé. Il tourna la tête pour regarder son lit, là où il aurait dû normalement se trouver. Il ne mit pas une seconde à comprendre qu’il avait eu une crise de somnambulisme, et en présence de son cousin… non, pire, il l’avait embarqué dans son délire…
Il soupira longuement, remonta ses jambes contre son torse et enfouit ses mains dans ses cheveux. Oh non, il n’avait quand même pas… pourquoi est-ce qu’il l’avait embrassé au juste ?

« Je suis désolé Soren… j’aurais pas dû t’embrasser, je ne sais pas ce qui m’a pris… »


Bien sûr qu’il ne savait pas… mais ça ne changeait rien à l’allure de son cœur qui n’avait pas ralentit depuis le « je t’aime » de Soren dont il ne se rappelait pas non plus. Il descendit une main sur son torse, sur son cœur, pour le sentir battre sous ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Sam 7 Juil - 21:17

    C’est tremblement cessèrent une nouvelle fois et ses larmes aussi, je laissais un petit sourire se dessiner sur mes lèvres finalement peut-être que mes paroles avait un effet sur lui. Qu’il retrouve son calme me calmait moi aussi. J’étais un peu rassuré en fait.
    Il releva la tête et je sentis ses lèvres se posé sur ma peau un long frisson me parcouru ses lèvre se posèrent sur ma mâchoire, je n’osais plus respiré alors que lui, il soupira.

    « Soren… »

    Sa voix était douce et non paniqué ou désespérer comme tout à l’heure. Ses lèvres remontèrent jusqu’à ma joue mon cœur rata quelque battements. Et il déposa ses lèvres sur les miennes, je fus d’abords surpris.

    « Moi aussi… » Il déposa encore un baiser sur ma bouche. « Je t’aim… »

    Mon cœur s’accélérait dans ma poitrine et je me demandais si j’avais bien entendue. Puis son baiser fut plus profond et les souvenirs ce bousculèrent dans ma tête. Se baiser était pareille que celui d’il y a deux ans. Je répondais à son baiser comme je le pouvais et le serrais tendrement contre moi. Mais le doux contacts de ses lèvres disparurent.

    « M-mais qu’est-ce que… »

    Il me lâcha et s’assit sur le lit face à moi et je ressentis un pincement à mon cœur. Pourquoi est-ce qu’il reculait ainsi? Il tourna la tête vers son lit et je compris alors qu’il était vraiment revenu à lui cette fois. Il soupira longuement avant de remonter ses jambes contre son torse et il enfouit ses mains dans ses cheveux.

    « Je suis désolé Soren… j’aurais pas dû t’embrasser, je ne sais pas ce qui m’a pris… »

    Mon cœur ce serra une nouvelle fois. Tout ce que je voulais c’est qu’il ne regrette pas ce qu’il venait de se passé. Mon cœur continuait de battre dans ma poitrine et je m’approchais doucement d’Akira et posais ma main sur sa tête et je caressais doucement ses cheveux et ma main descendis sur sa joue.

    - Ne t’excuse pas, soufflais-je. Ce n’est pas comme si je t’en voulais.

    Et je glissais ma main jusqu’à son menton et je relevais son visage pour qu’il me regarde et j’approchais lentement le mien du sien. Je sentais son souffle contre ma joue et sa devait être pareille pour lui. Et je posais mes lèvres sur les siennes une nouvelles fois, je ne voulais pas qu’il coupe le baiser comme ça. Mes lèvres caressaient doucement les siennes puis ma langue se mêla au baiser et la sienne aussi. Mon cœur tapait contre mes côtes si fort qu’il aurait pu quitter mon corps. Je mis fin au baiser après quelques instant.

    - Nous sommes quitte.

    Je lui fis une petit sourire et posais un baiser sur sont front et je le regardais droit dans les yeux j’espérais une chose que le lient qui ce créait présentement entre nous ne ce brise pas. Je ne voulais pas que tout ce détruise.

    -Tu m’as vraiment inquiéter tu sais, lui murmurais-je.

    J’attrapais l’une de ses mains et la serrait délicatement dans la mienne. Un geste banale que j’avais fais des millions de fois.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Sam 7 Juil - 21:53

Akira essayait toujours de se souvenir de ce qu’il avait fait, et de comprendre pourquoi son cœur battait si fort. De plus son visage était mouillé de larmes, ce qui était troublant. Il essuya doucement ses joues.
Soren se rapprocha de nouveau de son cousin et posa une main sur sa tête pour caresser ses cheveux. Mais Akira ne bougea pas, il était gêné de ce baiser… même s’il avait aimé ressentir encore une fois les lèvres de Soren. Ça lui rappelait tellement de choses… ce simple baiser…

- Ne t’excuse pas, souffla Soren. Ce n’est pas comme si je t’en voulais.

Il ne laissa pas le temps à Akira de réagir, sa main glissa sous son menton pour relever doucement son visage, et il l’embrassa. Akira ne protesta pas, sentant son cœur fondre encore une fois. Il répondit à ce baiser, laissant la langue de Soren se glisser jusqu’à la sienne pour qu’elles s’enlacent. Il frissonna, des images d’une certaine nuit lui venant en tête. Comment est-ce qu’il pouvait avoir autant envie d’être avec son cousin alors que, l’un comme l’autre, ils avaient été persuadé que cette attirance n’était que passagère. Alors pourquoi n’avait-il même pas envie de le repousser ?
Soren finit par rompre le baiser, et Akira se concentra de nouveau sur son cœur qui battait la chamade.

- Nous sommes quitte.


Akira referma les yeux quand les lèvres de Soren se posèrent sur son front. Non, ça ne pouvait pas être qu’une simple histoire d’attirance… et Akira n’avait qu’à regarder les yeux de Soren pour comprendre qu’il y avait autre chose, c’était plus fort que ça… en fait, pour Akira, c’était juste plus fort que tout le reste, et il aurait voulu ne jamais perdre ce qui les liait.

- Tu m’as vraiment inquiété tu sais.


Soren prit la main d’Akira, tendrement, et Akira baissa les yeux sur leurs doigts. Il l’avait inquiété, oui, il se l’imaginait facilement. Il savait parfaitement comment il inquiétait ses parents avec ses crises, alors Soren…
Akira soupira et regarda de nouveau son cousin.

« Je suis désolé… qu’est-ce qui s’est passé ? »

Il se mordit la lèvre, question idiote, Soren ne saurait pas… il venait d’ailleurs juste d’apprendre qu’Akira était somnambule, enfin il ne pouvait pas non plus savoir que c’était régulier. Aucun des deux ne savait se qui s’était passé dans la tête d’Akira pour qu’il se retrouve ainsi dans les bras de Soren, l’embrassant amoureusement comme il en avait très souvent envie.

« Enfin je… est-ce que j’ai dit quelque chose ? »

Il craignait d’en avoir trop dit, d’avoir encore eu un de ces horribles cauchemar… en fait, en général, quand il ne se souvenait pas c’était pas que ce n’était pas agréable, son inconscient faisait barrage pour l’empêcher d’y repenser… Alors il ne restait à Akira qu’à se demander de quoi il avait bien pu rêver pour en arriver là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Dim 8 Juil - 5:53

    « Je suis désolé… qu’est-ce qui s’est passé ? »

    Je regardais Akira en haussant un sourcil. Espérait-il que je lui répondre? Si je lui répondais, je ne savais pas ce que je lui répondrais exactement je dois dire. Sa avait été troublant de le voir ainsi et de voir que je ne pouvais faire grand-chose était encore bien plus troublant. Seule chose que je pouvais répondre je pense c’était euh… terreur nocturne? Et je suis pas sur que ma réponse serait bonne.

    « Enfin je… est-ce que j’ai dit quelque chose ? »

    Je le regardais et hochais doucement la tête et je passais ma main libre dans mes cheveux et les ébouriffais un peu. Et je réfléchis à tout ce qu’il avait dit. Il avait dit plusieurs chose qui m’avait inquiéter je dois dire et j’ignorais si je devais tout mentionner? Il fallait d’abords que je trouve comment formulé ma phrase. Et je me rapprochais encore un peu plus de mon cousin et resserrais ma main sur la sienne.

    - Tu as dis plusieurs choses… tu as parlé d’un Kagawa-sensei… humm ensuite tu as dis tu suppliais quelqu’un de ne rien te faire te toucher par exemple…

    Et tranquillement je glissais mon bras libre dans son dos pour le serrer contre moi au cas où parler de ce qu’il venait de ce passé risquait peut-être de provoquer autre chose. S’il venait à pleurer une nouvelle fois je voulais pouvoir le consoler. Je voulais qu’il sache que j’étais la pour lui quoi qu’il arrive.

    - Tu viens bien me dire ce qui c’est passé…

    J’espérais qu’il veule bien se confié à moi son cousin. J’ignorais s’il le ferait puisque je semblais avoir été tenu à l’écart de quelque chose. Et je n’aimais pas être l’idiot qui ne comprenait rien et qui ne savais pas quoi faire. Je détestais surtout me sentir impuissant.

    - Tu m’as vraiment fais peur… me sentir si impuissant… je n’aime pas te voir souffrir.

    Il fallait que je lui dise comment je me sentais face à ce qui venait de se passé. Mais je voulais qu’il sache aussi que le voir ainsi je le supportais très mal. Car je ne comprenais pas comment on pouvait faire souffrir quelqu’un comme Akira. Il méritait tellement qu’on soit gentil avec lui et qu’on prenne soins de lui seulement et rien d’autre. Je remontais ma main dans ses cheveux et les caressais doucement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Lun 9 Juil - 22:06

Voyant Soren hocher la tête, Akira commença à s’inquiéter. Il avait parlé, et vu la tête de son cousin ça ne devait pas être des paroles anodines… mince, qu’avait-il pu dire pour que son cousin soit soudain aussi inquiet pour lui. Il n’aimait pas inquiéter les autres, ça ne servait à rien, personne ne pouvait l’aider à présent de toute façon.
Soren se rapprocha doucement d’Akira et resserra ses doigts sur ceux de son cousin qui releva les yeux vers lui.

- Tu as dis plusieurs choses… tu as parlé d’un Kagawa-sensei… humm ensuite tu as dis tu suppliais quelqu’un de ne rien te faire te toucher par exemple…

Ce fut instinctif, il ne fallut que le noam de cet homme pour qu’Akira se remette à trembler. Soren passa un bras dans son dos pour l’attirer contre lui, mais Akira tentait de se contrôler. Kagawa-sensei… alors il avait encore rêvé de cet homme et de ce qu’il avait failli lui faire… s’il n’avait pas été aussi fragile à l’époque, sans doute n’aurait-il pas été à ce point blessé qu’il ait trahi sa confiance et usé de son pouvoir et de son influence sur lui.
Akira ferma les yeux et posa sa tête sur l’épaule de Soren, il fallait qu’il se reprenne, il le savait, il essayait, mais c’était impossible.

- Tu veux bien me dire ce qui s’est passé…

Parler de cette histoire encore ? A quoi bon ? Certes, Soren était celui qui comprenait le mieux Akira malgré qu’ils se soient perdus de vue pendant presque huit ans, mais est-ce que c’était une raison pour ressassait cette histoire, pour l’inquiéter ? Tout ça c’était du passé, et c’était bien suffisant qu’il soit le seul à être encore hanté, quand bien même il faisait tout pour assurer ses parents qu’il avait surmonté cette épreuve. Mais c’était faux, quoi qu’on puisse en dire, Akira était beaucoup plus fragile qu’il le laissait paraitre, et une telle blessure était trop difficile à supporter pour lui.

- Tu m’as vraiment fait peur… me sentir si impuissant… je n’aime pas te voir souffrir.

Soren était trop sensible… si Akira lui parlait de ce qui s’était passé, il allait évidemment très mal réagir, Akira le savait, et c’est pour ça qu’il ne lui avait jamais dit. Ce soir encore, il redoutait de le lui dire… à quoi cela servirait de toute manière, on ne pouvait plus rien y changer à présent.
Akira se redressa et détourna les yeux, il fallait qu’il trouve quoi dire à Soren pour que celui-ci cesse de s’inquiéter et, surtout, n’insiste pas pour en savoir plus.

« Ça va, ne t’en fais pas… ça fait quelques années que je suis somnambule, il ne faut pas faire attention à ce que je raconte… »

Akira n’aimait pas mentir à Soren, habituellement il était d’ailleurs bon menteur, mais là il continuait de trembler et ça l’énervait, il s’en était à peine rendu compte… Il repoussa doucement les mains de Soren et se releva. Il soupira doucement et regarda Soren.

« Je t’ai peut-être réveillé, je suis désolé… j’aurais peut-être dû demander à avoir une chambre où je serais seul… je risque de te déranger souvent avec mes crises… »

Ce n’était pas comme s’il pourrait être guéri un jour… Il avait pourtant cru que la présence de Soren l’avait grandement aidé, calmé… il avait peut-être été trop optimiste, ce qui ne faisait pourtant pas parti de ses traits de caractère principaux, au contraire.

« Enfin… essaie de ne pas penser à ce qui vient de se passer, j’ai l’habitude maintenant alors ce n’est pas aussi grave que ça en a l’air. »


Il se força à adresser un petit sourire à Soren pour le rassurer un petit peu, bien qu’il sache que ce n’était sûrement pas gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mar 10 Juil - 22:00

    Je le sentais trembler dans mes bras… à peine avais-je di le nom de « Kagawa-sensei » il c’était remit à trembler. C’était évident qu’il me cachait quelque chose. C’était écrit au ciel en fait. Il se redressa et détourna les yeux. J’attendais toujours qu’il me raconte ce qui c’était passé ou plutôt ce qui lui était arrivait. Sa cachait quelque chose c’était certain. Mais je ne savais pas vraiment s’il voudrait me le dire.

    « Ça va, ne t’en fais pas… ça fait quelques années que je suis somnambule, il ne faut pas faire attention à ce que je raconte… »

    Quoi? Avais-je bien entendu? Il ne pouvait pas être sérieux en disant sa quand même? Je ne devais pas faire attention à ce qu’il disait. Non, mais c’est n’importe quoi ça. Et j’avais l’impression qu’il ne cherchait qu’a fuir la discussion. Les gens n’avaient pas de mal à me faire croire des choses habituellement, mais la j’étais persuader que mon cousin me cachait quelque chose.

    « Je t’ai peut-être réveillé, je suis désolé… j’aurais peut-être dû demander à avoir une chambre où je serais seul… je risque de te déranger souvent avec mes crises… »

    Une chambre seule? Mon cœur se serra dans ma poitrine, il ne pouvait quand même pas être sérieux. Je le regardais droit dans les yeux espérant qu’il cesse de dire des conneries. Pourquoi il me disait sa maintenant hein? Et je l’écoutais me dire que je devais pas pensé à ce qui venait de ce passé. Je soupirais et secouais doucement la tête. Il ne pouvait quand même pas être sérieux avec ça. « Pas aussi grave que ça en a l’air »… j’avais des doutes la dessus.

    Au sourire qu’il m’adressa, je compris qu’il se forçait je soupirais une nouvelle fois l’attirait contre moi l’enlaçais et je le serrais contre moi.

    - Je t’interdis de me laisser seul dans cette chambre. Et t’a finit de me baratiné?

    Il était hors de question que je le laisse encore s’éloigné de moi. Deux ans sans lui avait été pénible après nos retrouvaille. J’avais trouvé le temps vraiment long sans lui. Et l’entendre dire sa me blessait en fait. J’avais l’impression qu’il ne tenait peut-être pas à moi autant que moi je tenais à lui. J’étais con de pensé comme ça. Je nichais mon visage dans son cou et soupirais et j’humais son odeur. Cette odeur que j’avais tant apprécié cette nuit la.

    - Et tu oublie tout de suite l’idée que j’oublie ce qui vient de se passer… baka, soufflais-je contre sa peau.

    Il me prenait pour qui? Il est évident que j’allais penser à sa constamment et chercherais une raison de pourquoi c’était arrivé. Et il le savait parfaitement que j’étais comme ça. J’avais toujours été comme sa après tout. Et en plus ayant passé la plus grande partit de mon enfant avec lui je le considérais comme mon frère alors il était normal que je me fasse du souci pour lui et que je veule comprendre ce qui lui arrivait.

    - S’il te plaît Akira dit moi la vérité qu’est-ce qui t’es arrivé? Raconte-moi s’il te plaît… je suis la pour ça, dis-je contre sa peau.

    Et je redressais l’écartait de moi et plongeais mon regard dans le sien, je voulais qu’il soit sincère avec moi. Je ne risquais pas d’aller répéter à qui que ce soit ce qu’il me dirait. Je n’avais jamais rien dit de ce qu’il m’avait dit quand nous étions ensemble. J’ai beaucoup de respect en vers Akira, mais surtout je l’aime et je veux le protéger et être la pour lui quoi qu’il arrive.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mer 11 Juil - 21:50

Evidemment, le petit jeu d’Akira n’avait pas porté ses fruits, Soren ne s’était pas laissé à voir, c’était presque écrit sur le front d’Akira qu’il mentait de toute façon… il avait beau être un bon menteur, quand il le faisait à contrecœur c’était plus que visible.
Soudain, Soren attrapa de nouveau la main de son cousin pour l’attirer dans ses bras, il le serra contre son torse pour empêcher Akira de s’échapper une nouvelle fois de son étreinte.

- Je t’interdis de me laisser seul dans cette chambre. Et t’as fini de me baratiner ?

Akira soupira, il n’était pas surpris des propos de Soren, ça lui ressemblait juste énormément. Ce n’était pas qu’il avait envie de quitter cette chambre, c’était qu’il avait peur qu’à force, Soren lui demande carrément d’aller ailleurs… alors il préférait tout autant être celui qui part plutôt que d’être rejeté par la seule personne qui pouvait réussir à le blesser. Seulement, c’était bien l’une des rares choses que Soren ne pouvait pas comprendre d’Akira, parce qu’il ne pouvait pas savoir qu’au fond, Akira doutait toujours de tout.
Mais il se mit à frissonner de bien-être quand il sentit le visage de Soren se glisser au creux de son cou, son souffle caressait doucement sa peau encore un brin endormie.

- Et tu oublie tout de suite l’idée que j’oublie ce qui vient de se passer… baka, souffla-t-il.

Akira se mordit la lèvre, mince, il avait espéré que Soren ne ferait pas trop sa mauvaise tête sur ce coup-là… pourtant il devait bien se douter que c’était difficile, alors pourquoi est-ce qu’il tenait tant à insister… certes, il y avait de grandes chances pour que cette situation vienne à se reproduire, et c’est pour ça qu’Akira voulait trouver une solution… et mettre Soren n’était pas une solution envisageable. Il avait peur que son regard change, qu’il le voie d’une manière différente en sachant à quel point il pouvait être faible… et ça le terrifiait.
Il réprima un soupir en se creusant de nouveau la tête, il fallait qu’il trouve un moyen de lui faire lâcher l’affaire, c’était tout ce qu’il pourrait accepter.

- S’il te plaît Akira dis-moi la vérité, qu’est-ce qui t’es arrivé ? Raconte-moi s’il te plaît… je suis là pour ça.

Soren s’écarta d’Akira pour le regarder dans les yeux, mais rapidement l’ainé détourna la tête. Non, c’était impossible, il ne pouvait pas lui en parler… parce que s’il lui disait ce qui était arrivé six ans auparavant, il serait obligé de raconter tout ce que ça avait engendré, et Soren n’avait pas à savoir ce genre de chose, parce que c’était du passé, parce qu’aujourd’hui Akira détestait la personne qu’il avait été à cette époque et qu’il voulait tout simplement oublier.
Il repoussa Soren, plus ou moins doucement, essayant de cacher son agacement, et il s’assit sur le bord du lit.

« Qu’est-ce que ça peut bien te faire de savoir ou non ? » lança-t-il froidement. « Contrairement à ce que tu imagines, tu n’as pas à savoir tout ce qui s’est passé dans ma vie quand tu n’étais pas là… »

Oui, le seul moyen qu’avait trouvé Akira pour dissuader Soren de le questionner encore était de le décourager en lui parlant le plus froidement qu’il le pouvait… ce dont il avait l’habitude puisqu’il s’adressait à la plupart des gens sur ce ton-là… la plupart des gens, mais pas Soren, jamais. Mais il était comme ça après tout, non ?
Il souffla en passant ses mains dans ses cheveux, il n’aimait pas ça malgré tout.

« J’ai le droit de te cacher des choses, c’est légitime, je n’ai aucun compte à te rendre, alors n’insiste pas… De toute façon, ose me dire que tu ne me caches rien, toi aussi ! On a très peu parlé de ce qui s’est passé depuis la dernière fois que nous nous sommes vu, alors je suis certain qu’il y a énormément de chose que tu ne tiens pas à me dire… pour moi, c’est la même chose. »

Akira n’était pas idiot, en deux années, surtout à leurs âges, beaucoup de choses pouvaient se passer, et Soren avait souvent soigneusement évité le sujet… et Akira avait eu la décence de ne pas insister, alors pourquoi Soren ne pouvait-il pas faire la même chose tout simplement hein ? Il n’aimait pas avoir à parler à Soren de cette manière, mais il semblait parfois que Soren était trop buté pour comprendre autrement.

Un léger silence s’installa, sûrement le temps que Soren encaisse les paroles d’Akira, et celui-ci se leva finalement. Il regarda un instant la fenêtre puis tourna la tête vers la porte de la chambre. Il fallait qu’il sorte, que Soren le laisse enfin tranquille sinon il allait craquer. Il attrapa une veste en passant à côté de son bureau et se dirigea vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Mer 11 Juil - 22:21

    Il détourna la tête au lieu de soutenir mon regard. Qu’est-ce qui lui arrivait maintenant? Pourquoi j’avais l’impression qu’il s’éloignait de moi. J’avais surtout l’impression qu’un fossé venait de ce former entre nous deux. Il me repoussa finalement et il s’assit sur le bord du lit, je n’arrivais même pas à prédire le comportement qu’il aurait en vers moi. Akira pourquoi tu es comme ça avec moi?

    « Qu’est-ce que ça peut bien te faire de savoir ou non ? » lança-t-il froidement. « Contrairement à ce que tu imagines, tu n’as pas à savoir tout ce qui s’est passé dans ma vie quand tu n’étais pas là… »


    Je me mordis la lèvre et ressentis de nouveau un pincement au niveau de ma poitrine. Et aussitôt je sentis les larmes me monté aux yeux. Alors c’est ce qu’il pensait… je pouvais savoir seulement les choses dont j’étais présent dans sa vie. Pourquoi était-il aussi froid avec moi. C’était la première fois qu’il me parlait aussi froidement et je trouvais sa vraiment douloureux… j’étais décidément trop sensible.
    Mais je ne méritais pas qu’il me parle comme ça pour sa… Il souffla et je le dis passé ses mains dans ses cheveux que je caressais, il y a quelques instant et maintenant je n’osais même pas poser ma main sur son épaule.

    « J’ai le droit de te cacher des choses, c’est légitime, je n’ai aucun compte à te rendre, alors n’insiste pas… De toute façon, ose me dire que tu ne me caches rien, toi aussi ! On a très peu parlé de ce qui s’est passé depuis la dernière fois que nous nous sommes vu, alors je suis certain qu’il y a énormément de chose que tu ne tiens pas à me dire… pour moi, c’est la même chose. »


    J’encaissais chacune de ses paroles… oui je lui cachais des choses évidemment… je lui cachais que je l’aimais, je lui cachais aussi que j’avais déjà consommé de la drogue et que j’avais été arrêté pour possession et consommation de stupéfiants. Mais il avait une différence moi je ne faisais pas des crises pour ça. J’avais souvent évité de répondre à ses questions, mais si j’avais sue… je lui aurais tout dit… non jamais je pourrais lui dire… il me détesterait j’en étais certain.
    Je voulais seulement qu’il m’explique…

    Un silence s’était installé et je n’osais pas le brisé de peur de me faire crier dessus ou parlé d’une façon froide comme tout à l’heure. Une larme roula sur ma joue et je l’essuyais aussitôt. Il se leva du lit et se dirigea vers la fenêtre et il regardait à l’extérieur. Puis je le vis attraper sa veste et ce diriger vers la porte. Je me levais d’un bond me plaçais derrière lui. Je passais mes bras autour de sa taille et collait mon torse à son dos.

    - Excuse-moi d’être si curieux d’être si insistant, mais s’il te plaît ne t’en va pas…

    S’il s’en allait j’aurais vraiment l’impression que le fossé qu’il y avait entre nous deux serait trop grand pour le sauté. Je ne voulais pas qu’il parte comme ça… je me sentais mal de le savoir comme sa de savoir qu’il m’en voulait parce que c’était sa… j’étais casse pied et je le savais, mais avec lui je ne pouvais pas faire autrement. J’avais tellement peur de le perde à nouveau de me retrouver encore seul et de ne plus avoir personne avec qui parlé. Et surtout ne plu pouvoir l’admiré et l’aimé…

    - Je suis désolé de m’inquiéter pour toi de me faire du souci. Tu ne peux pas m’en vouloir pour ça Akira. Tu es la personne la plus cher à mes yeux et qui compte le plus pour moi. Je sais que je peux être insistant, mais ne m’en veut pas je t’en pris. Reste avec moi…

    Tout en disant cela mes larmes avaient continué de roulé sur mes joues. Pourquoi n’étais-je pas capable de les arrêter? Ma peur de le perdre était trop grande. Et me retrouver seul encore était la dernière chose que je voulais. Je posais ma tête sur son épaule et cachait mon visage vers son cou. Je me fichais qu’il se rendre compte que je pleure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Ven 13 Juil - 17:15

Akira connaissait évidemment la bienveillance de Soren à son égard… et même s’il ne pouvait pas être totalement sûr de l’ampleur des sentiments de son cousin, il savait parfaitement que Soren tenait à lui, au moins autant que lui tenait à Soren… et Soren était infiniment plus sensible qu’Akira, de telles paroles le blesseraient, il le savait, ça aussi, mais il ne pouvait s’en empêcher, c’était dans sa nature d’être ainsi, même avec la personne qu’il aimait le plus au monde.

Alors qu’il se reprochait de la porte, il entendit les pas de Soren le suivre et en une seconde, celui-ci passa ses bras autour de la taille d’Akira pour se coller contre lui, Akira soupira silencieusement.

- Excuse-moi d’être si curieux, d’être si insistant, mais s’il te plaît ne t’en va pas…

Akira avait ressenti la peine qu’il avait infligé à Soren avant même qu’il termine sa phrase. Mais qu’est-ce que ça pouvait faire qu’il parte ou non ? Il avait seulement besoin de se calmer, ce n’était pas comme s’il comptait abandonner Soren après ça… c’était justement pour ne pas avoir à s’enfuir définitivement plus tard qu’il voulait s’éloigner ce soir, ne serait-ce qu’une petite heure… mais Soren n’était probablement pas apte à comprendre un tel raisonnement. Parfois, Akira aurait voulu ne pas être à ce point aimé de son cousin, ça lui aurait évité de lui faire du mal et de le blesser lorsqu’il n’arrivait pas à contrôler sa colère.

- Je suis désolé de m’inquiéter pour toi, de me faire du souci. Tu ne peux pas m’en vouloir pour ça Akira. Tu es la personne la plus chère à mes yeux et qui compte le plus pour moi. Je sais que je peux être insistant, mais ne m’en veut pas je t’en prie. Reste avec moi…

Avant qu’Akira puisse réagir, il sentit les larmes de Soren couler contre son cou et il eut envie de se donner des gifles. Il l’avait fait pleurer… Soren était définitivement trop sensible et prenait les choses bien trop à cœur… surtout quand il s’agissait d’Akira malheureusement. Mais entendre ce genre de paroles donnait à Akira de bonnes raisons de ne plus partir, en fait il avait plus envie de secouer son cousin pour qu’il se reprenne, il ne pouvait quand même pas se laisser aller comme ça parce qu’Akira lui parlait froidement. Comment pouvait-il être l’exact opposé d’Akira alors qu’ils s’aimaient tant… ? C’était incompréhensible.
Et Akira était, bien évidemment, impuissant face aux larmes de Soren qu’il avait pourtant provoqué. En une seconde alors, il dénoua les bras de Soren et plaqua celui-ci contre la porte tout près d’eux et, comme prévu, la grande douceur d’Akira et sa subtilité avaient réussi à faire cesser les larmes de Soren. Akira le regarda dans les yeux, tristement, et il détourna la tête.

« Soren, je mérite pas que tu pleures à cause de moi… Je suis désolé si je t’ai fait penser que je pourrais partir pour de bon de cette chambre, mais c’est pas le cas… »

Il se rapprocha de son cousin et posa son front contre son épaule en se blottissant contre le torse de Soren. Il ferma les yeux, et des larmes commencèrent à se presser à ses paupières, il détestait que Soren soit si sensible à la moindre de ses paroles, parce qu’il avait parfois du mal à se contrôler, ce soir en était la preuve, même s’il avait souvent cru que jamais le besoin de parler aussi froidement à Soren ne se ferait sentir.

« T’es qu’un pauvre idiot… je suis un monstre et tu te laisses avoir par ce que je peux te dire… je pensais pourtant que tu étais celui qui me comprenait le mieux, tu ne devrais pas te laisser atteindre par mon venin. »

Mais étant donné qu’il manquait à Soren la moitié de la vie d’Akira, peut-être était-ce plus que normal qu’il ne puisse pas encore être immunisé contre sa froideur, et quelque part, dans ces moments-là, Akira espérait que Soren puisse être aussi insensible que lui.
Il essuya doucement ses joues, sans s’écarte de son cousin, puis il glissa ses bras autour du cou de Soren.

« Sache… que tu comptes énormément pour moi aussi… mais il y a des choses qui sont trop douloureuses à dire… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Ven 13 Juil - 21:57

    J’étais faible contrairement à Akira… ou plutôt quand c’est lui qui était face a moi j’étais faible car autrement avec quelqu’un d’autre j’aurais sans doute pas réagis comme ça, mais j’aurais plutôt agis froidement avec quelqu’un d’autre. Mon cousin avait un très grand pouvoir sur moi-même s’il l’ignorait. Il dénoua mes bras d’autour de sa taille et je me retrouvais plaqué contre la porte et mes larmes avaient cessé instantanément. Il me regarda dans les yeux et détourna la tête. Qu’allait-il me dire maintenant?

    « Soren, je mérite pas que tu pleures à cause de moi… Je suis désolé si je t’ai fait penser que je pourrais partir pour de bon de cette chambre, mais c’est pas le cas… »

    Avant même que je ne réagisse Akira s’approcha de moi et posa son front contre mon épaule avant de se blottir contre moi. Je resserrais mes bras sur lui et fermais les yeux. J’avais mal compris encore une fois, mais j’avais tellement peur d’être loin de lui encore. 8 ans avait été long, mais les deux dernières années avaient été encore bien plus longue et pénible. Je remontais l’une de mes mains jusqu’à sa nuque que je caressais doucement du bout des doigts.

    « T’es qu’un pauvre idiot… je suis un monstre et tu te laisses avoir par ce que je peux te dire… je pensais pourtant que tu étais celui qui me comprenait le mieux, tu ne devrais pas te laisser atteindre par mon venin. »

    Un petit sourire pris naissance sur mes lèvres oui j’étais un idiot et sa je le savais parfaitement, mais je ne considérais pas mon cousin comme un monstre. J’avais beau faire des efforts quand Akira était froid avec moi aussi rare soit-il sa m’atteignais sans que je le veule vraiment. Mais j’étais tout le contraire de mon cousin. Je le sentis bouger dans mes bras et il glissa ses bras autour de mon cou. Je n’osais plu bouger de peur de faire quelque chose de travers.

    « Sache… que tu comptes énormément pour moi aussi… mais il y a des choses qui sont trop douloureuses à dire… »

    Je baissais les yeux pour le regardé et mon cœur s’activa dans ma poitrine et j’avais un peu peur qu’il ressente les battements de mon cœur. Pourquoi est-ce que c’était si compliqué? Je le reculais un peu de moi et relevais son visage pour le regarder dans les yeux. J’aimais ses petits gestes d’affections aussi petit soit-il. Mais savoir que je comptais pour lui me faisait vraiment chaud au cœur et c’était vraiment rassurant. J’avais ma place dans son cœur. J’approchais une nouvelle fois mon visage du sien.

    - Je comprends… et je t’en veux pas, commençais-je en posant mes lèvres sur les siennes. Mais si tu change d’avis, je suis là pour toi.

    Mes lèvres se posèrent finalement vraiment sur les siennes et je l’embrassais tendrement, je savais parfaitement que ce n’était pas très saint comme relation que nous avions. Mais si personne n’en savait rien, je n’avais pas à avoir peur qu’on m’éloigne de lui. Je mis fin au baiser après quelques instant et serrait Akira contre moi. Je fermais les yeux et réfléchis et tout ce qui venait de se passé me revint en tête les paroles d’Akira durant sa crise… et c’est la que je compris ce qui c’était passé. Comment n’avais-je pas pu comprendre avant!

    - Je te demande pardon d’être di idiot et de ne pas avoir compris plutôt.


    Le « ne le laisse pas me toucher » aurait dut me parlé, mais non. Trop inquiet, je n’avais pas vraiment compris ses paroles, mais tout cela faisait du sens maintenant. L’un de mes poings frappa le mur. Comment est-ce que quelqu’un avait pu faire ça à lui? Je pris son visage entre mes mains et le regardais droit dans les yeux.

    - Je te protégerais maintenant Akira… plus personne ne posera les mains sur toi à moins que tu ne le désir vraiment… mais sans ton accord si quelqu’un ose te toucher en ma présence, je lui ferais regretté.

    J’étais vraiment sérieux, je posais un baiser sur son front et le serrait une nouvelle fois contre moi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Sam 14 Juil - 19:54

Bien sûr que Soren ne pouvait pas être insensible, et c’était bien ça qui les opposait aussi nettement, sans ça, ils seraient exactement les mêmes, sans ce caractère asocial qu’avait Akira, il n’y aurait probablement plus moyen de les séparer ne serait-ce qu’une heure… parce qu’ils se complèteraient à tel point qu’ils n’auraient plus besoin de personne d’autre.

Soren repoussa un peu Akira pour lui faire relever son visage et le regarder dans les yeux, Akira n’eut pas besoin de plus pour comprendre que ses paroles avaient rassuré son cousin… cela dit, il aurait aimé ne pas avoir à le rassurer là-dessus, jamais il n’avait dit quoi que ce soit qui pourrait laisser croire à son cousin qu’il ne l’aimait pas… alors, même s’il ne le lui disait pas, il devait le savoir, sans avoir aucun doute.
Soren se pencha doucement sur son cousin, rapprochant leurs visages et le cœur d’Akira se mit à battre bien plus fort. Il sentait son souffle, et sa douce chaleur, tout près de lui, le faisait se sentir presque trop bien, trop heureux.

- Je comprends… et je t’en veux pas. Mais si tu changes d’avis, je suis là pour toi.

Et il posa ses lèvres sur celles d’Akira qui ne se fit pas prier pour répondre à ce tendre baiser, l’étreinte de ses bras se resserra doucement autour du cou de Soren. Ils ne s’embrassaient pas souvent… en fait, c’était la première fois qu’ils s’embrassaient ce soir depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus à L.A, Soren avait vraiment dû s’inquiéter pour rompre les limites qu’ils s’étaient imposés tous les deux, aussi implicitement fut-ce fait. C’était difficile, parce qu’ils s’aimaient vraiment, et sincèrement, mais ils étaient forcés de prendre sur eux, pour que personne ne se rende compte de leurs sentiments… si bien, qu’eux-mêmes, parfois, doutaient.
Soren rompit le baiser et serra Akira contre lui de nouveau. Au silence qui s’installa, Akira comprit que Soren était en train de réfléchir à ce qui s’était passé, et ça se confirma quand Soren se crispa.

- Je te demande pardon d’être si idiot et de ne pas avoir compris plus tôt.

Akira soupira silencieusement, voilà il se faisait des idées… qu’est-ce qu’il pouvait s’imaginer celui-là, il pensait toujours au pire… et c’était pour ça qu’Akira avait voulu éviter le sujet, pour ça qu’il avait voulu cacher à Soren ce qui lui était arrivé… pour ne pas qu’il se fasse des films, ou qu’il pense qu’Akira ne disait pas toute la vérité… connaissant Soren, tout était possible.

- Je te protégerais maintenant Akira… plus personne ne posera les mains sur toi à moins que tu ne le désire vraiment… mais sans ton accord si quelqu’un ose te toucher en ma présence, je lui ferais regretter.

Soren déposa un baiser sur le front d’Akira, le garçon laissa un sourire glisser sur ses lèvres et il s’écarta de son cousin pour le regarder. Il ne pouvait pas le laisser penser de telles choses… si ça continuait, il allait le voir différemment, Akira ne voulait pas qu’on le victimise, qu’on le pense faible, il savait qu’il l’était et il faisait son possible pour le cacher aux autres, même à Soren… à Soren plus qu’aux autres, en fait.
Il secoua doucement la tête, son frêle sourire disparaissant et il lâcha Soren. Il allait devoir lui dire, même s’il avait tenu à tout lui cacher, maintenant c’était impossible.

« Ne te monte pas la tête… ça n’a pas été aussi grave que ça, hum… Kagawa-sensei… c’était mon psychologue quand j’étais gamin, jusqu’à mes 12 ans… jusqu’à ce que… » Akira soupira de nouveau et se détourna. « Un jour, il a commencé à me… me toucher… mais j’ai réussi à attirer l’attention de la secrétaire pour qu’elle vienne et il s’est arrêté avant de m’avoir fait quoi que ce soit… »

Il serra les dents pour retenir ses larmes, et il se mit dos à Soren, s’avança vers la fenêtre contre laquelle il s’appuya. Mais ce n’était pas tant ce que Kagawa avait fait que ce qui s’était passé après ça, qui avait détruit Akira. Les moqueries et les persécutions… l’isolement, les insultes.

« Maintenant que tu sais… on n’en parle plus s’il te plait… je ne veux plus y penser… »

Son esprit était assez hanté dans ses songes sans qu’il continue à y penser quand il était éveillé, ce serait un suicide psychologique ni plus ni moins… et il avait assez lutté pour ne pas se suicider réellement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Sam 14 Juil - 23:15

    Akira s’écarta de moi et me regarda j’en fis autant. Mais je n’en revenais toujours pas que quelqu’un est pu lui faire sa. Et moi qui n’avait pas compris aussitôt j’étais vraiment idiot quand même. Mais je savais que maintenant je me devais de le protéger bien plus encore. Et j’en voulais à mes parents de m’avoir arraché à cette famille que je considérais bien plus comme la mienne.
    Akira secoua la tête et il me lâchait tout simplement. Je le regardais cherchant à savoir si j’avais fais quelque chose… Il ouvrit la bouche finalement et je l’écoutais.

    « Ne te monte pas la tête… ça n’a pas été aussi grave que ça, hum… Kagawa-sensei… c’était mon psychologue quand j’étais gamin, jusqu’à mes 12 ans… jusqu’à ce que… Un jour, il a commencé à me… me toucher… mais j’ai réussi à attirer l’attention de la secrétaire pour qu’elle vienne et il s’est arrêté avant de m’avoir fait quoi que ce soit… »

    Ne pas me monté la tête, ce n’était pas aussi grave? Pour moi c’était grave aucun adulte n’avait le droit de posé les mains sur un enfant avec des arrières pensés c’était dégoutant. Mais il avait réussit à s’en sortir… je n’étais pas surpris, il était fort mon cousin bien plus que moi. Mais n’empêche je trouvais sa quand même grave. Il me tourna le dos et s’avança vers la fenêtre et s’y appuya. Je croisais les bras sur mon torse et fermais les yeux. Et sa voix se fit entendre une nouvelle fois.

    « Maintenant que tu sais… on n’en parle plus s’il te plait… je ne veux plus y penser… »

    Je comprenais totalement qu’il ne veule plus y penser et je n’allais pas lui en parlé de nouveau s’il ne voulait pas en parlé. Et je me doutais que c’était une épreuve dure dans sa vie qui lui faisait surement encore mal. Je m’approchais et restais derrière à quelques centimètres de lui. Et je regardais par la fenêtre. Et je m’approchais une nouvelle fois d’Akira et passait mes bras autour de sa taille.

    - Je comprends alors n’y pense plus. Je suis la pour te changé les idées si tu veux.

    Je rougis brusquement me rendent compte que ce que je venais de dire pouvait porter à confusion. Ah décidément, il fallait que je fasse attention à ce que je dis. Je posais mon menton sur son épaule et fermais les yeux. Si je n’avais jamais quitté le Japon est-ce que sa serait arrivé? J’avais quand même cette question qui me travaillait, mais je la gardais pour moi. Même si je me demandais pourquoi il avait vue un psychologue… enfin bref.

    -Si tu veux pour ce soir on peut dormir ensemble dans le même lit…

    Je proposais comme ça au cas où vue tout ce qui venait de se passé. Et je doute qu’il arrive quoi que ce soit si nous dormions ensemble. Nous avions souvent partagé le même lit de toute façon.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Dim 15 Juil - 15:25

Toujours face la fenêtre, Akira ferma les yeux et se mordit l’intérieur de la joue pour réussir à ne pas verser d’autres larmes. Maintenant que Soren savait, enfin en partie, il n’aurait plus à se sentir coupable de lui cacher quelque chose, il n’aurait plus à s’inquiéter d’avoir des crises de somnambulisme en présence de son cousin de peur de le surprendre, maintenant c’était fait, et il était au courant que ça risquait de se produire… chaque nuit… Enfin, ça ne voulait pas dire qu’Akira ne craindrait plus ses crises, parce qu’il était toujours un danger pour lui et pour les autres… peut-être qu’en fait, être seul serait une mauvaise idée, s’il n’y avait personne pour l’entendre se lever la nuit, il n’y aurait personne pour l’empêcher de se défenestrer, ou de sauter du toit de l’université. Dans ses songes, les fenêtres étaient des échappatoires bien trop tentantes, c’était ça le gros problème, dès que ses rêves se changeaient en cauchemar, il fallait craindre des réactions très brutales.

Les pas de Soren se rapprochèrent d’Akira, et après une petite hésitation, il enlaça de nouveau sa taille. Akira soupira, soulagé que son cousin ne l’évite pas après ce qu’il lui avait dit, tout le monde l’avait évité comme la peste quand on avait appris ce que son psy avait failli lui faire, était-ce une si grosse bêtise de penser que, peut-être, Soren aurait pu réagir de la même manière ?

- Je comprends alors n’y pense plus. Je suis là pour te changer les idées si tu veux.

Akira sourit, et quand Soren posa sa tête sur son épaule, il appuya doucement sa tête sur la sienne en regardant l’extérieur. Soren était là, et serait toujours là… s’ils n’avaient pas été séparé par les parents de Soren, sans doute ne se serait-il jamais quitté… en fait, sans doute n’aurait-il jamais eu cette relation qu’il avait à présent… ils seraient simplement des frères, sans aucune pensée ou envie malsaine, parce qu’ils n’auraient jamais eu à ressentir se désir de se voir, de se retrouver et de se livrer l’un à l’autre sans concession.

- Si tu veux pour ce soir on peut dormir ensemble dans le même lit…

Akira haussa les sourcils et, une nouvelle fois, il s’écarta de Soren pour lui faire face. Il était surpris que Soren lui propose ça, comme ça, cash, ça ne lui ressemblait pas tellement… il était plus diplomate que ça, c’était plus Akira qui était direct.
D’accord, ce ne serait pas une première, il avait dormi ensemble plus d’une fois, mais après ce qui venait de se passer, ça surprenait Akira que Soren veuille dormir avec lui.

« Tu veux vraiment qu’on dorme tous les deux ? » demanda-t-il d’un ton prudent. « Tu n’as pas peur que je fasse une autre crise ? »

Il y avait peu de chance que cela arrive, maintenant qu’il était calmé, maintenant que Soren était avec lui, surtout s’ils dormaient ensemble, Akira était rassuré de la présence de son cousin… mais Soren ne le savait pas, ça, et ce serait légitime qu’il ait peur qu’Akira se remette à paniquer dans son sommeil encore une fois, qu’il le repousse, sans ménagement, car un somnambule est incontrôlable… Akira s’en voudrait s’il blessait Soren, il avait déjà blessé son père plus d’une fois à cause de ses crises…

Akira posa doucement ses mains sur les joues de Soren et les caressa tendrement.

« Je n’ai pas dit que je voulais pas, » reprit-il, avant que Soren ne se sente blessé par ce qu’il pourrait prendre pour un refus. « Je veux juste pas risquer de te donner un coup ou… de te blesser encore. »

Physiquement ou verbalement, pour Akira ça revenait au même, il savait trop bien que les deux pouvaient être aussi douloureux. Il sourit à son cousin et se rapprocha pour déposer un petit baiser sur ses lèvres, et de nouveau son cœur s’emballa.
C’était pas possible, trop difficile, maintenant qu’ils s’étaient embrassés de nouveau, même s’ils ne se disaient pas ce qu’ils ressentaient, ils le savaient tous deux très bien, ils savaient qu’ils ne se repousseraient pas… alors s’imposer des limites serait, à présent, impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Dim 15 Juil - 23:05

    Encore une fois mon cousin s’écarta de moi et me fit face, avais-je dit une bêtise? Sans doute oui… Ou sinon ce que je venais de dire le surprenait autant que moi-même. Je regardais Akira droit dans les yeux et laissais un petit sourire se dessiné au coin de mes lèvres.
    Je ne voulais pas mal faire en disant cela, je voulais juste qu’on dorme ensemble et que peut-être comme ça sa le réconforterais et il se sentirait en sécurité peut-être…

    « Tu veux vraiment qu’on dorme tous les deux ? » demanda-t-il. « Tu n’as pas peur que je fasse une autre crise ? »

    Je secouais doucement la tête, je n’avais pas vraiment peur, mais me sachant à côté de lui, je me disais que je pourrais le rassuré si une autre crise se pointait. En étant près de lui j’avais l’impression de pouvoir l’aidé au moins un peu. Mais je devais bien avoué que j’avais quand même un peu peur qu’il me frappe de nouveau et me repousse, mais j’étais près à tout, je voulais l’aidé… je voulais être la pour lui tout simplement.
    Et dès demain je m’informerais sur le somnambulisme…

    Akira posa doucement ses mains sur mes joues et les caressaient tendrement, je fermains les yeux pour profité du moment.

    « Je n’ai pas dit que je voulais pas, » reprit-il. « Je veux juste pas risquer de te donner un coup ou… de te blesser encore. »

    Je hochais doucement la tête, je comprenais sont point de vue, mais je m’en fichais qu’il me frappe ou qu’il me repousse. J’étais quand même fait fort non? Et puis je savais que s’il me frappait ou me repoussait ce n’était pas parce qu’il me détestait. Il se rapprocha et posa ses lèvres sur les miennes et mon cœur s’activa dans ma poitrine.
    Je remontais l’une de mes mains sur sa nuque et j’approfondissais le baiser ma langue caressa ses lèvres et il me donnait accès à sa bouche. Je crois que nous avions franchis la barrière ce soir… on ne c’était jamais embrassé depuis la dernière fois. Je coupais toute fois cours au baiser.

    Je posais ma main sur sa joue et la caressais tout doucement.

    - Je n’ai pas peur que tu me frappe ou que tu me repousse… si ma présence peut calmer tes crises je veux dormir avec toi. Si c’est le seul moyen que j’ai de pouvoir t’aidé je veux prendre le risque que tu me frappe ou quoi que ce soit.

    Il ne me ferait pas changé d’avis c’était certain, je n’allais pas en démordre. Je le serrais contre moi et le poussais délicatement sur l’un des lits me fichant bien de quel lit sa pouvait être. Il n’y avait pas de différence. Je plaquais une main sur son épaule et le poussait pour qu’il s’étendre sur le lit et je m’installais à côté de lui. Je posais ma main sur ses cheveux et je les caressais doucement en souriant et je le regardais. Maintenant, il ne pouvait pas faire grand-chose. Je glissais mon bras autour de sa taille.

    - La tout de suite ne me repousse pas s’il te plaît.

    Je posais un baisé sur sa joue s’il me repoussait maintenant, je pense que je le prendrais mal. Je voulais seulement que nous dormions ensemble et j’espérais que maintenant que nous étions étendus sur le lit il me laisse rester avec lui.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Yuya Tegoshi

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Lun 16 Juil - 1:13

Le baiser qu’Akira avait voulu furtif, Soren s’empressa de l’approfondir en glissant l’une de ses mains sur la nuque de son cousin, et sa langue alla titiller les lèvres d’Akira. Il répondit à ce baiser, laissant la langue de Soren se faufiler jusqu’à la sienne, mais Soren rompit rapidement le baiser, et Akira se mordit doucement la lèvre. Son cœur allait exploser si Soren continuait de faire ce genre de choses… il allait vraiment devenir fou si ça continuait…

- Je n’ai pas peur que tu me frappes ou que tu me repousses… si ma présence peut calmer tes crises je veux dormir avec toi. Si c’est le seul moyen que j’ai de pouvoir t’aider, je veux prendre le risque que tu me frappes ou quoi que ce soit.


Akira secoua doucement la tête, Soren était un idiot. Ne se rendait-il pas compte que de telles paroles n’aidaient pas Akira à calmer ce qu’il ressentait ? Son cœur battait beaucoup trop fort, et il adorait ça, donc il devait se calmer… parce que son comportement n’était déjà pas le même quand Soren était dans les parages, si ça empirait les gens allaient forcément se rendre compte de quelque chose, et ça ne serait pas bon du tout pour eux.

Soren reprit Akira dans ses bras et il l’emmena doucement jusqu’au lit derrière eux, le sien. Il poussa Akira pour qu’il s’allonge sur le lit puis il prit place à côté de lui et il ne s’empêcha pas de l’enlacer de nouveau. Akira ferma les yeux alors que les doigts de Soren se perdaient dans ses cheveux et, tendrement, il passa un bras autour de sa taille.

- Là, tout de suite, ne me repousse pas s’il te plaît.

Soren déposa un baiser sur la joue d’Akira qui releva les yeux vers lui. Non, il ne le repousserait pas, il se sentait trop bien dans les bras de Soren pour ne pas vouloir rester indéfiniment ainsi contre lui. Akira se lova alors contre le torse de son cousin, posant sa tête tout contre son épaule pour pouvoir respirer l’odeur de son cou.

« Aucun risque que je m’éloigne de toi, » souffla-t-il contre sa peau.

Il déposa un baiser sur l’épaule de Soren et passa, encore une fois, ses bras autour de son cou pour se pelotonner encore un peu plus contre lui. C’était comme s’il n’arrivait jamais à être assez près de lui… en fait, Akira avait fini par se dire que cela venait du fait qu’ils avaient été séparé très longtemps, et que Soren lui avait tellement manqué qu’il n’arrivait pas à combler ce vide, même quand Soren était près de lui.

Aussi, alors qu’il se sentait si bien, alors que Soren ne pouvait voir son visage et l’expression gênée qui s’y était glissé, Akira soupira et décida de se confier.

« Je ne sais pas ce que je deviendrais si tu n’étais pas revenu dans ma vie, Soren… » Il marqua une légère pause, et le silence dans la chambre était tel qu’il avait l’impression que les battements de son cœur résonnaient comme le bruit d’un tambour. « Je crois que je ne t’ai pas encore dit… à quel point j’étais heureux qu’on soit ici ensemble… tu comptes plus que tout pour moi, j’aurais aimé que l’on ne nous ait jamais séparé… j’aurais peut-être moins désespérément besoin de toi aujourd’hui... »

Il rit doucement, c’était pourtant la vérité, il avait trop besoin de Soren, et il n’avait même pas envie que ça change… c’était un moyen de rattraper toutes ces années où ils avaient été loin l’un de l’autre. Il enfouit doucement son visage contre le cou de Soren et déposa de nouveau un baiser sur sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Étudiant

○ Feat. : Jin Akanishi
○ Localisation : Dans une bulle

Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story
Lun 16 Juil - 6:49

    Akira leva les yeux vers moi et je sentis aussitôt qu’il ne me repousserait pas cette fois-si. Un sourire pris naissance sur mes lèvres et il se lova contre mon torse. Mon sourire s’agrandit finalement peut-être que j’avaie eu peur pour rien. Il posa sa tête sur mon épaule et je sentais son souffle sur ma peau ce qui ne manqua pas de me faire frissonner.

    « Aucun risque que je m’éloigne de toi, » souffla-t-il contre sa peau.

    À ses paroles, je frissonnais, mais à son baiser sur mon épaule bien plus encore. J’étais si faible devant Akira. Puis il passa ses bras autour de mon cou pour se coller un peu plus à moi. Et je le serrais un peu plus contre moi. J’avais l’impression que j’avais peur qu’on m’arrache encore une fois à lui… combien de fois y avais-je pensé depuis que nous étions dans cette école? Beaucoup trop souvent. Je ne voulais pas le quitté ni être séparé de lui encore une fois.

    Le vide que j’avais ressentis une fois loin de lui avait été si dur… et je n’avais jamais réussis à le combler… je ne voulais pas revivre sa. La voix d’Akira me fit toute fois revenir a la réalité.

    « Je ne sais pas ce que je deviendrais si tu n’étais pas revenu dans ma vie, Soren… Je crois que je ne t’ai pas encore dit… à quel point j’étais heureux qu’on soit ici ensemble… tu comptes plus que tout pour moi, j’aurais aimé que l’on ne nous ait jamais séparé… j’aurais peut-être moins désespérément besoin de toi aujourd’hui... »

    Mon cœur tapait contre mes côtes alors que j’étais surpris par ses paroles. Akira n’était pas si démonstratif contrairement à moi. Moi-même je me demande ce que je serais devenue s’il n’avait pas été de retour dans ma vie. J’avais d’abords été surpris de le voir ici dans cette école et sa m’avait mit mal à l’aise à cause de ce qui c’était passé deux ans auparavant…
    Il enfouit son visage contre mon cou et y déposa un baiser et je frissonnais. Je posais alors un baiser sur sa tête.

    -Je n’avais pas pensé que je te reverrais… quand j’ai vue que tu étais dans la même école que moi j’étais surpris… mais je suis vraiment content de t’avoir retrouvé.


    Ma main remonta dans son dos et je le serrais un peu plus contre moi. Mon cœur tapait toujours contre mes côtes et je savais parfaitement qu’il entendait les battements de mon cœur du moins les sentais et je ne cherchais même pas à le repoussé pour lui caché sa ne servirais a rien.

    -Deux ans sans toi à été long Akira… je ne veux plus être séparé de toi.

    Je savais qu’en disant cela je lui avouais quasiment directement mes sentiments. Je venais de traversé le gouffre qui nous séparait un peu plutôt et ce dernier ne nous séparait plus ou très peu. Je remontais ma main libre sur sa joue et la caressais doucement.

    -Je ne supporterais pas d’être encore loin de toi, soufflais-je.

    Loin de lui encore une fois, j’allais devenir fou c’était évident… j’avais besoin qu’il soit à mes côtés.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message Sujet : Re: Sleepwalker tells me a story

Revenir en haut Aller en bas
 

Sleepwalker tells me a story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Maple story
» Love et Story
» Maple Story ^^
» Yuki de Anzu Story !
» World Wrestling Entertainment [ EWR Story ]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:



Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jīng Yīng Academy ::  :: Aile Ouest :: 2e étage :: #201-